Un site du Centre d'histoire de Montréal

Expo 67. Les témoignages : vivre l’événement

Expo 67 a laissé des souvenirs plus ou moins tangibles. Cependant, vous pouvez revivre l’événement grâce aux multiples témoignages, directs et vivants, de ceux et celles qui y ont participé.

À l’occasion du 50e anniversaire d’Expo 67, le Centre d’histoire de Montréal a organisé deux expositions, Explosion 67. Terre des jeunes et Expo Extra! C’est dans ce cadre que le musée a lancé un appel à témoignages. Cette initiative est aujourd’hui relayée au sein du site Mémoires des Montréalais.

Dans ce dossier, ceux et celles qui ont vécu l’événement font part de leurs souvenirs et de leurs impressions. Vous pourrez ainsi mieux imaginer l’expérience que fut Expo 67 sur le plan humain. Des personnes inconnues et des célébrités — vous croiserez notamment Janette Bertrand, Michel Barrette et Michel Rivard — livrent leur vision intime et directe de la grande fête.

La visite d’Expo 67 a totalement bouleversé la vie de certains. Par exemple, Expo 67 a contribué à lancer la carrière de l’architecte Bruce Allan car, en 1966, alors qu’il était stagiaire, il a participé à la conception de certains pavillons. L’Américaine Veronica Takács a, elle, décidé de s’installer à Montréal pour y rejoindre son futur mari, Claude Fragman, qu’elle a rencontré à l’Expo.

D’autres ont manqué le rendez-vous. Le fameux cinéaste et scénariste Denys Arcand a été sollicité pour saisir le Québec sur pellicule et le montrer au monde entier dans le pavillon du Québec. Mais le projet a été annulé. La journaliste et activiste Judy Rebick faisait, quant à elle, partie de la contreculture montréalaise en 1967 : elle a porté peu d’intérêt à Expo 67 et s’en souvient à peine.

Par ailleurs, un très grand nombre de visiteurs ont été marqués à vie. Expo 67 a procuré à Diane Groulx un sentiment de grande liberté et un désir de voyager qui l’habite encore aujourd’hui. Roger La Roche a lui été passionné par l’événement dès sa mise en chantier, et cette passion dévorante ne l’a jamais quitté. Et Pierre Huet, parolier de Beau Dommage, déclare que sa vie a commencé avec Expo 67!

Grand dossier :