Bienvenue dans l'encyclopédie du MEM - Centre des mémoires montréalaises

Résultats de recherche

Réintialiser la recherche
Affichage 61 à 70 de 688 résultats
Photo en couleurs montrant quatre des six modules autoportants de l’exposition dans l’aire d’accueil d’une bibliothèque.

Fenêtres sur l’immigration est une exposition itinérante réalisée par le Centre d’histoire, à partir des récits qu’il a collectés. Six modules autoportants abordant six thèmes clés la composent.

Photo en noir et blanc d’un marché public avec des charrettes sur le côté de l’édifice.

La municipalité Saint-Jean-Baptiste a été intégrée à Montréal, son marché a disparu. Mais le souvenir de cet ancien lieu de commerce et de vie reste dans la mémoire du Plateau Mont-Royal.

Photo de la famille Farah-Lajoie. Y figurent le père à droite, la mère à gauche, et trois de leurs enfants au centre.

Après des débuts discrets, l’immigration montréalaise originaire du Moyen-Orient a fortement augmenté à partir de 1947. Ce dossier révèle les multiples aspects de ce mouvement de population.

Un homme et une femme, derrière le comptoir d’un restaurant.

En 1979, trois immigrants libanais arrivés depuis peu à Montréal y ouvrent une modeste épicerie orientale. Quelques années plus tôt, un restaurant libanais avait été établi sur la même rue.

Photo en noir et blanc d’un homme âgé se tient devant un kiosque de légumes dans un marché.

Les Italiens de Montréal ont inventé un argot qui leur est propre. Une étude sociolinguistique explore ses liens avec plusieurs langues et dialectes, et souligne ses étonnantes spécificités.

Un orchestre joue à l’extérieur, devant un édifice de pierre, et une foule assise écoute.

Depuis 1924, l’œuvre de la fondation Campbell est un bel exemple de la démocratisation de la musique à Montréal, et de l’influence de la tradition protestante sur ce mouvement.

Photo noir et blanc floue qui montre le profil d’un homme d’âge moyen tirée d’un article d’une revue.

En 1923, les Montréalais reçoivent un cadeau aussi inespéré que généreux. Dans son testament, l’avocat Charles Campbell leur offre, notamment, parcs et concerts gratuits.

Portrait de Léa Roback en 1940

En 1937, Léa Roback réussit à syndicaliser 5 000 ouvrières après une grève féminine d’une ampleur inégalée à Montréal. Sa vie durant, elle s’est dévouée « à la cause des femmes et de l’humanité ».

Le révérend Charles Este serre la main d’une paroissienne.

Lieu essentiel pour la communauté noire de la Petite-Bourgogne et de Montréal, l’Union United Church est associée à deux figures marquantes, Anne Greenup et le révérend Charles Este.

Découpes de personnes portant des pancartes avec des slogans.

L’ère des grands projets a laissé un héritage contrasté. Étonnamment discret, le grand héritier de cette époque, le citoyen, est un acteur qui a graduellement pris la place qui lui revient.