Un site du Centre d'histoire de Montréal

Incendie de l’église Koimisis Tis Theotokou : la communauté grecque en deuil

02 juin 2017
Temps de lecture

Le 13 avril 2015, un violent incendie détruit l’église orthodoxe grecque du quartier Parc-Extension. Les paroissiens attristés témoignent de leur attachement à ce lieu de culte.

Église Koimisis Tis Theotokou

Photo montrant le terrain où se trouvait l’église Koimisis Tis Theotokou
Photo de Denis-Carl Robidoux, Centre d'histoire de Montréal.
Deux jours auparavant, on y célébrait les Pâques orthodoxes. La fête débordait dans les rues environnantes, fermées pour l’occasion. Qui aurait cru que le feu frapperait si durement l’église Koimisis Tis Theotokou en ce printemps 2015?

C’est peu après 20 heures, le lundi 13 avril, que l’incendie se déclare dans ce lieu de culte situé au coin de l’avenue de l’Épée et de la rue Saint-Roch, dans le quartier Parc-Extension. Sous l’œil consterné des voisins, les flammes et la fumée s’échappent par les grandes fenêtres du bâtiment. Il faut plus de 50 pompiers pour venir à bout du brasier. Le révérend Nicolaos Papageorgiou, témoin de l’incendie, est hospitalisé pour choc nerveux. Richard Bourdeau, chef aux opérations du Service des incendies de Montréal, craint que l’édifice ne soit une perte totale. L’intervention dure jusqu’à minuit, attirant des dizaines de résidants et de paroissiens bouleversés de voir leur église ravagée. La nouvelle se répand rapidement dans la communauté hellénique, qui fréquente le lieu depuis 1968.

Plusieurs paroissiens témoignent de leur attachement à l’église, que certains qualifient même de deuxième maison. Émus, entre les larmes et les prières, ils partagent avec les journalistes les souvenirs des événements marquants qui s’y sont déroulés : mariages, baptêmes et funérailles, sans compter les messes dominicales, rendez-vous incontournables pour beaucoup.

Une perte totale, ou presque

Église Koimisis Tis Theotokou

Terrain où se trouvait l’église Koimisis Tis Theotokou
Photo de Denis-Carl Robidoux, Centre d'histoire de Montréal.
Une enquête menée par le Service de police de la Ville de Montréal permet d’éliminer toute cause criminelle de l’incendie. L’édifice est en ruine, à part la petite chapelle et quelques éléments de structure. Seuls les murs extérieurs ont survécu. On estime les dommages à environ un million de dollars. Le 27 avril 2015, le conseil d’administration de la Communauté hellénique du Grand Montréal se réunit pour discuter du sort du bâtiment. À l’issue de la rencontre, les membres du conseil votent à l’unanimité pour la démolition, puis la reconstruction, de la première église orthodoxe grecque de Parc-Extension. La firme EVOQ Architecture est mandatée pour ce travail. La petite chapelle sera conservée et le nouveau plan respectera les caractéristiques propres aux traditions religieuses orthodoxes grecques. Le phénix, modernisé, renaîtra de ses cendres!