Un site du Centre d'histoire de Montréal

Résultats de recherche

Réintialiser la recherche
Affichage 1 à 10 de 441 résultats
Scène de rue en soirée avec la vente-trottoir de la Plaza St-Hubert qui est en cours, les gens se promènent et magasinent.

Le Centre d’histoire de Montréal vous invite à découvrir Mémoires d’immigrations. Au travers de petites et grandes histoires, suivez le parcours des communautés culturelles qui, depuis toujours, enrichissent l’identité montréalaise.

Foule qui célèbre dans le Quartier chinois. On peut lire sur une banderole "V-J Day celebration by the Chinese community of Montreal".

Le Centre d’histoire de Montréal consacre ici un dossier à la communauté chinoise montréalaise, sur laquelle le lecteur est invité à poser un nouveau regard.

Le 2 septembre 1945, le défilé de la Victoire parade sur la rue De La Gauchetière Ouest dans le Chinatown. En avant-plan, un petit garçon porte une pancarte de l’association Chinese Free Mason.

En 1945, les Chinois de Montréal organisent un grand défilé célébrant la fin de la guerre. Toute la population de la ville est conviée à des festivités pittoresques et d’envergure.

Foule qui célèbre dans le Quartier chinois. On peut lire sur une banderole "V-J Day celebration by the Chinese community of Montreal".

Au XXe siècle, trois partis politiques organisent la communauté sino-montréalaise. Ils maintiennent aussi un lien avec la mère patrie et favorisent la solidarité entre les Chinois de Montréal.

Bernard et Jean-Pierre, les fils aînés d'Adeline et de Max Chancy, devant le 798 Champagneur

Bienvenue au 798, avenue Champagneur. Cet appartement a été la principale résidence montréalaise de la famille Chancy, et certains le nomment la « première Maison d’Haïti ».

Un frère et ses deux sœurs

Dans ce dossier que le Centre d’histoire de Montréal lui consacre, la communauté latino-américaine de Montréal vous invite à découvrir son histoire et sa culture.

Joé Armando prend la pose dans un restaurant

Pionnier de la musique latino-américaine au Canada, figure majeure de ce genre et du jazz, « Tito Puente de Montréal », génie de la percussion, gagnant d’un prix Grammy… tel est Joé Armando.

Pompiers au travail devant le Blue Bird

Avec un bilan de 37 victimes et des dizaines de blessés, l’incendie criminel qui a ravagé le bar le Blue Bird, une institution en 1972, est l’une des pires tragédies survenues à Montréal.

MEM

Le Centre d’histoire de Montréal se métamorphosera en MEM, pour déployer sa mission de faire connaitre la ville, tout en intégrant les multiples histoires que garde en mémoire chaque Montréalais.

Élèves présentant leur réponse théâtrale dans le projet "Qui a mis le feu à Montréal le 10 avril 1734?"

Depuis 2006, des élèves du deuxième cycle du primaire participent à une enquête aussi pertinente qu’originale. Ce projet de médiation culturelle porte sur l’incendie de 1734 et le procès d’Angélique.