Un site du Centre d'histoire de Montréal

Mémoires d’immigrantes : retour sur une riche collaboration

Mémoires d’immigrantes est un projet de collecte de témoignages du Collectif des femmes immigrantes du Québec et du Centre d’histoire de Montréal. Des femmes y racontent l’immigration et l’intégration.

« Les revendications des immigrantes ne sont pas et n’étaient pas celles des Québécoises. »
— Aoura Bizzarri, directrice du Collectif des femmes immigrantes du Québec

Genèse de la collaboration

Mémoires d'immigrantes - 20 mars

Invitation à l’événement Mémoires d’immigrantes le 20 mars 2019
Centre d’histoire de Montréal
Le 6 juin 2017, dans le hall d’honneur de l’hôtel de ville de Montréal, Aoura Bizzarri, directrice du Collectif des femmes immigrantes du Québec, assiste au lancement du grand dossier Mémoires d’immigrations du site Internet Mémoires des Montréalais. Elle est emballée par le projet et discute avec Annick Brabant, une collaboratrice du Centre d’histoire de Montréal. Annick découvre la riche histoire du Collectif et souhaite la communiquer à son tour à tous les Montréalais. Elle rencontre Aoura aux bureaux du Collectif le 8 novembre 2017 et rédige un article pour Mémoires des Montréalais. Cet article ne sera publié qu’un an plus tard, lors de la Journée internationale des femmes, car le Centre d’histoire avait vu qu’une telle collaboration pouvait mener à bien plus qu’un article!

À la fin d’octobre 2017, le Centre d’histoire a donc fait les premiers pas vers le Collectif pour mettre sur pied un partenariat. La réponse du Collectif est enthousiaste. Quelques rencontres ont lieu pour peaufiner un projet et préparer une demande de subvention, qui est déposée au début de décembre 2017, dans le cadre du programme Inter-Action, volet évènement, de Patrimoine Canada. La réponse, positive, arrive enfin le 29 août 2018.

Mémoires d’immigrantes : le projet

Mémoires d'immigrantes - 11 déc. 2018

Deux femmes souriantes dans un bureau, l'une assise derrière le bureau, l'autre debout devant
Centre d’histoire de Montréal
Connaître et comprendre l’histoire et la réalité des femmes immigrantes, qu’elles soient arrivées au Canada dans les années 1960 ou tout récemment, à travers leur propre voix est l’objectif principal du projet Mémoires d’immigrantes. Dans leur témoignage, des femmes immigrantes racontent leur parcours d’immigration et d’intégration à la société québécoise. Avec, pour finalité, la création d’un court métrage documentaire qui a été diffusé lors d’un évènement public au Centre d’histoire de Montréal le 20 mars 2019.

Plusieurs rencontres de planification, d’organisation et de suivi du projet ont rassemblé le Collectif des femmes immigrantes du Québec, le réalisateur et le Centre d’histoire de Montréal. Cette collaboration entière, à chaque niveau de décision et d’avancement du projet, illustre parfaitement l’orientation prise par le Centre d’histoire de Montréal depuis 2011 : « En intégrant les sources orales à ses pratiques de collecte et de médiation, le Centre d’histoire de Montréal s’est rapproché des pratiques émergentes en muséologie dite sociale. »

Les femmes immigrantes « se racontent »

preparation_tournage-site.jpg

Salle dans laquelle il va y avoir un tournage.
Photo d'Antonio Pierre de Almeida
Plusieurs étapes ont précédé les entrevues et ont couvert le choix des participantes et des questions, la durée des entrevues, la réalisation des entrevues préliminaires, la gestion des formulaires de consentement, etc.

Julie Noël (coordinatrice du projet au Centre d’histoire de Montréal) et Laura Noyer (responsable du Centre des femmes au Collectif des femmes immigrantes du Québec) ont réalisé les entrevues, en suivant le conseil du réalisateur, expérimenté et bienveillant, de « laisser parler les participantes » et de « laisser place au silence, même dans les moments de fortes émotions ».

« Clap! Une minute de silence… et on tourne! », voilà le mot d’ordre du réalisateur avant le tournage de chaque témoignage. Est ainsi lancée une série d’entrevues de femmes immigrantes, au parcours singulier, avec comme dénominateur commun, la volonté de s’intégrer, économiquement et socialement, à la société québécoise.

Aoura, Dary, Darling, Farida, Faustina, Marta, Sana, Perpétue et Laura ont été sélectionnées pour leur lien avec le Collectif des femmes immigrantes du Québec et pour la diversité de leur parcours d’immigration et d’intégration à Montréal. Elles ont raconté leurs difficultés et leurs succès, avec générosité et vulnérabilité, pendant quelques minutes ou plusieurs heures. Le récit a parfois surpris, notamment quand il s’est révélé différent des faits connus. Par exemple, Faustina évoque les raisons pour lesquelles elle a dû apprendre l’anglais avant le français, dans les années 1960. D’autres évoquent le problème de la reconnaissance des acquis. Mais plus encore! Pour certaines d’entre elles, le récit attendu d’évènements considérés importants ou anecdotiques lors de la sélection des participantes n’a finalement occupé qu’une place mineure dans leur discours. Ce travail de recueil de l’histoire orale à travers le témoignage démontre qu’il est primordial, pour mieux « se raconter », de placer au cœur de la narration son propre acteur, en l’occurrence, les femmes immigrantes.

Le Collectif des femmes immigrantes du Québec, espace de vie et de travail

20 mars 2019

Un homme parle au micro et une femme se tient à ses côtés
Collectif des femmes immigrantes du Québec
Plus que des témoignages de participantes, il était également important de filmer l’espace de vie et de travail qu’offre aux femmes le Collectif des femmes immigrantes du Québec. En effet, parmi les participantes sélectionnées, certaines ont bénéficié des services gratuits de l’organisme : cours d’anglais, cours d’informatique et cours de français.

D’autres, comme Dary, Farida ou Marta, ont suivi un processus de recherche d’emploi au Collectif des femmes immigrantes du Québec, à la suite duquel elles ont été embauchées par l’organisme. Ceci leur a permis de s’intégrer et de participer, économiquement et socialement, à la société québécoise.

Les autres employé(e)s, filmé(e)s sur leur lieu de travail, témoignent de la diversité et de l’importance de la main-d’œuvre venue d’ailleurs à Montréal. Ils et elles soulignent également la nécessité du travail du Collectif des femmes immigrantes du Québec pour l’intégration professionnelle des personnes nouvellement arrivées au Québec.

Le temps a été l’un des principaux défis dans la réalisation du projet Mémoires d’immigrantes. Après quelques journées de tournage, qui ont eu lieu en décembre 2018 et janvier 2019, le réalisateur a produit un premier extrait du documentaire axé sur l’histoire du Collectif, essentiel puisqu’il allait servir d’outil promotionnel pour accompagner les invitations du lancement du court métrage. Encore une fois préalablement approuvé par le Collectif des femmes immigrantes du Québec et le Centre d’histoire de Montréal, il a été diffusé, comme prévu, le 8 mars 2019, Journée internationale des femmes dans l’article sur le Collectif sur le site Mémoires des Montréalais.

Mémoires d’immigrantes : le documentaire

20 mars 2019

Une femme tenant un cahier devant un écran
Centre d’histoire de Montréal
« Et… Coupez! » L’évènement public et festif Mémoires d’immigrantes a eu lieu le 20 mars 2019 au Centre d’histoire de Montréal, en présence de près d’une centaine de personnes. Les participantes du projet y étaient invitées, de même que les employé(e)s et les membres du Collectif, les bailleurs de fonds et le grand public. La soirée a débuté avec une prestation de l’humoriste Nabila Ben Youssef, qui a elle aussi vécu l’expérience migratoire, suivie par la projection du court métrage documentaire de 22 minutes. Les réactions spontanées du public pendant et après la projection ont démontré de façon émouvante que les objectifs avaient été atteints! Comme ils le souhaitaient, le Centre d’histoire et le Collectif ont valorisé et diffusé la parole de femmes issues de l’immigration et ont fait un geste de reconnaissance envers leur expérience et leur contribution à la vie montréalaise.

« Coupez! » Non, pas vraiment, car l’expérience n’est pas terminée. Qu’en reste-t-il? Des capsules individuelles et des articles rédigés à partir des témoignages des participantes seront diffusés dans le dossier Mémoires d’immigrantes du site Internet du Centre d’histoire. Pour le Collectif des femmes immigrantes, un article et un documentaire intitulé Le soleil d’Aoura. Mémoires d’immigrantes témoignent de la nécessité de son travail, encore aujourd’hui. Pour le Centre d’histoire, en plus de la diffusion du dossier sur son site Internet, cette collaboration a illustré avec succès le processus d’une muséologie participative, et a procuré de nouveaux témoignages à sa collection d’histoire orale. Et il reste encore beaucoup d’autres histoires inconnues, à compléter ou à recréer.

Aujourd’hui, l’expérience se poursuit. « Clap! Et… on tourne! »

Références bibliographiques

BAILLARGEON, Denyse. « Histoire orale et histoire des femmes : itinéraires et points de rencontre », [En ligne], Temps et mémoire des femmes, vol. 6, no 1, 1993, p. 53-68.
https://www.erudit.org/en/journals/rf/1993-v6-n1-rf1647/057724ar.pdf

CHARLEBOIS, Catherine, et Jean-François LECLERC. « Les sources orales au cœur de l’exposition muséale. L’expérience du Centre d’histoire de Montréal » », Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 69, no 1-2, 2015, p. 99-136.

RICCI, Amanda. « Un féminisme inclusif? La Fédération des femmes du Québec et les femmes immigrantes ou racisées, 1966-1992 », L’histoire politique au Québec : un état des lieux, vol. 25, no 3, 2017, p. 102-123.

CHOUAKRI, Yasmina. « Femmes immigrantes nouvellement arrivées et égalité entre les sexes : État de la situation dans la région de Montréal. Projet La caravane des solidarités féministes », [En ligne], Table des groupes de femmes de Montréal, 2009. (Consulté le 15 février 2019).
https://www.tgfm.org/files/femmes-immigrantes---%C3%A9tat-de-situation-1.pdf