Un site du Centre d'histoire de Montréal

La Coupe du monde de 2010 et la communauté algérienne

02 juin 2017

En 2010, la communauté algérienne de Montréal se mobilise pour suivre la Coupe du monde alors que l’Algérie accède à la phase finale de l’événement pour la première fois depuis 1986.

Coupe du Monde 2010

Une foule arborant le drapeau de l'Algérie. En arrière-plan, des maisons
Collection personnelle de Dom Bernier
Tous les quatre ans, la Coupe du monde de soccer suscite un engouement marqué au sein de plusieurs communautés immigrantes établies à Montréal. L’événement se prépare plusieurs mois à l’avance, et les qualifications pour l’édition de 2010 ont lieu entre les mois d’août 2007 et de novembre 2009.

L’effervescence des qualifications

Le 18 novembre 2009, l’Algérie affronte l’Égypte à Khartoum, au Soudan, dans un match d’appui des qualifications. Les Maghrébins affluent de partout au Québec vers la rue Jean-Talon entre Saint-Michel et Pie-IX. On s’entasse au Café Lina ou dans d’autres établissements de l’artère principale où des écrans géants ont été installés pour l’occasion. Lorsque l’Algérie remporte le match d’appui et se qualifie pour la Coupe, c’est toute la communauté algérienne montréalaise qui se réjouit. C’est la première fois depuis 1986 que l’Algérie se rend en phase finale de la Coupe du monde, et l’excitation est à son comble. La joie s’empare des partisans et des familles du quartier! La fierté et l’enthousiasme sont palpables. On arbore le fleurdelisé à côté des drapeaux algériens à bandes verte et blanche. Dans les médias, on parle de 5000 personnes, même de 8000 personnes, dans les rues du Petit Maghreb. À l’étonnement de plusieurs, l’escouade anti-émeute est déployée dans Saint-Michel afin de contrôler les fêtards.

L’Algérie à la 19e édition de la Coupe du monde

Coupe du Monde 2010

Une foule tenant un grand drapeau de l'Algérie dans le Petit Maghreb.
Collection personnelle de Dom Bernier
À la suite des qualifications, la 19e édition de la Coupe du monde de soccer, qui se déroule du 11 juin au 11 juillet 2010, est suivie de près par la communauté algérienne de Montréal. Dans plusieurs quartiers montréalais, on se prépare pour l’évènement qui se tient pour la première fois en sol africain, en Afrique du Sud.

La fièvre sportive s’empare à nouveau du Petit Maghreb alors que débute la compétition sportive. L’équipe algérienne subit une défaite face à la Slovénie, suivie d’un match nul contre l’Angleterre. La veille de la fête nationale du Québec, l’équipe algérienne affronte les États-Unis. Le drapeau algérien flotte dans les rues du Petit Maghreb. L’Algérie s’incline 1-0 contre l’équipe américaine, ce qui met un terme à son parcours. La participation algérienne à cette étape finale de la Coupe du monde demeure une source de fierté pour de nombreux Montréalais originaires de ce pays.

Pour une population qui subit de nombreuses difficultés d’insertion économique et qui profite de peu de visibilité positive dans les médias, les festivités qui entourent la Coupe du monde constituent une occasion de révéler une autre facette de sa culture à la société montréalaise. L’image d’une communauté stigmatisée par les préjugés contre sa majorité musulmane s’estompe pendant quelques jours. La Coupe du monde de 2010 a été un événement rassembleur au sein de la diaspora algérienne établie à Montréal.

Collaboration à la recherche et à la rédaction : Daisy Boustany.

La présence algérienne à Montréal en quelques chiffres

L’immigration algérienne est recensée au Canada dès le début des années 1960, et elle est caractérisée par une forte prédominance masculine jusqu’au début des années 1980. La présence algérienne au Canada et au Québec s’accroit de manière considérable à partir de 1990 à cause de la guerre civile et de l’insécurité liée au terrorisme dans le pays. La forte majorité des immigrants algériens du Canada s’installent au Québec et plus précisément dans la région de Montréal. En 1996, 5920 immigrants nés en Algérie habitent dans la région métropolitaine de recensement de Montréal. En 2001, ce chiffre passe à 15 200, puis il grimpe à 26 820 en 2006. Entre 2001 et 2006, les immigrants algériens sont le deuxième groupe immigrant le plus nombreux à arriver à Montréal, après les immigrants originaires de Chine. 

Références bibliographiques

CAMARASA-BELLAUBE, Marion. La Méditerranée sur les rives du Saint-Laurent. Une histoire des Algériens au Canada, Paris, Éditions Publibook, 2010, 244 p.

MANAI, Bochra. La ‟Mise en scène” de l’ethnicité maghrébine à Montréal, Thèse (Ph. D.), Montréal, Institut national de la recherche scientifique (INRS), 2015, 313 p.

VILLE DE MONTRÉAL. DIVISION DES AFFAIRES ÉCONOMIQUES ET INSTITUTIONNELLES. « Coup d’œil sur les immigrants nés en Algérie », [En ligne], Montréal, 2010.
http://ville.montreal.qc.ca/pls/portal/docs/page/mtl_stats_fr/media/docu...