Un site du Centre d'histoire de Montréal

L’immigration maghrébine à Montréal

02 juin 2017

Les premiers immigrants maghrébins s’installent à Montréal dans les années 1950. Quarante ans plus tard, étudiants et demandeurs d’asile du Maghreb y arrivent nombreux.

Arrivés en masse dans les années 1990, les Maghrébins ont commencé à immigrer à Montréal, d’abord au compte-goutte, dès la fin des années 1950. La communauté maghrébine de Montréal est surtout constituée d’Algériens, de Tunisiens et de Marocains.

Une communauté maghrébine naissante

Expo 67 - pavillon de la Tunisie

Une foule marche devant le pavillon de la Tunisie à Expo 67
Collection personnelle Bill Cotter
À la fin des années 1950, dans la foulée des mouvements de décolonisation des pays d’Afrique du Nord, des immigrants d’origine maghrébine s’installent à Montréal. Avec la montée du nationalisme arabe et l’indépendance du Maroc en 1956, plusieurs familles juives sépharades arrivent dans la ville. L’immigration juive marocaine se poursuit tout au long des années 1960 et 1970, bien qu’elle demeure modeste. Des pieds-noirs, Français établis dans les pays du Maghreb, arrivent aussi à Montréal pendant le mouvement de décolonisation.

À partir des années 1960, le Québec et le Canada se font concurrence afin d’affirmer leur influence économique, politique et culturelle auprès des pays du Maghreb indépendants. L’Exposition universelle de 1967 permet au Québec d’obtenir une meilleure visibilité dans les pays de cette région. Des citoyens nord-africains, par l’intermédiaire des délégations officielles ou comme touristes, s’offrent le voyage vers la métropole québécoise pour venir visiter Expo 67 et plusieurs sont charmés par Montréal. Dans les années qui suivent l’Expo, des étudiants, des entrepreneurs et des artistes maghrébins, que les chercheurs qualifient d’« électrons libres », s’établissent à Montréal.

img_2179.jpg

Une femme, au longs cheveux noirs, de profil. En arrière-plan, des cadres accrochés au mur et des boites de dossiers.
Photo : Serge Emmanuel Jongué. Collectif des femmes immigrantes du Québec.
Dès les années 1960, le gouvernement du Québec souhaite privilégier l’immigration francophone. Les immigrants d’Afrique du Nord constituent en ce sens une immigration de choix. La langue, au cœur de l’intégration, peut être pour eux un avantage. Quelques décennies plus tard, le recensement de 2011 indique que plus de 96 % des Maghrébins installés au Québec connaissent le français, langue maternelle de 30,8 % d’entre eux.

Les premières cohortes de maghrébins musulmans élisent domicile dans la ville dans les années 1970. En 1981, la modeste communauté maghrébine du Québec, principalement installée à Montréal, compte près de 5000 personnes. Les ententes de coopérations dans le domaine de l’éducation attirent un grand nombre d’étudiants algériens à Montréal et ailleurs au Québec au courant des années 1980. L’instabilité politique et sociale ainsi que la montée de l’islamisme expliquent aussi l’arrivée de près de 4000 Maghrébins à Montréal pendant cette décennie.

Une immigration massive dans les années 1990 et 2000

Maghreb - Hafida

Une femme cuisine. Son jeune enfant est derrière elle et lui touche la jambe.
Photo: Serge Emmanuel Jongué. Collectif des femmes immigrantes du Québec.
À partir des années 1990, l’immigration maghrébine s’intensifie à Montréal et elle est à majorité musulmane. Si des étudiants du Maroc et de la Tunisie s’installent dans la métropole dans les années 1990, de nouveaux arrivants en provenance d’Algérie immigrent dans des conditions plus difficiles. L’Algérie s’enlise dans une période de conflits qui culminent à partir de 1992 dans une guerre civile sanglante. Des émigrants algériens demandeurs d’asile arrivent en grand nombre alors à Montréal.

Une importante cohorte d’immigrants en provenance des pays du Maghreb s’installe à Montréal dans les années 2000. En 2001, 17 940 Algériens, 25 815 Marocains et 5 040 Tunisiens sont recensés dans la ville de Montréal, pour un total de 48 795 Maghrébins en provenance de ces pays. En 2011, cette population a augmenté considérablement : on compte dans l’agglomération de Montréal 90 630 Maghrébins, tous pays confondus. Bien qu’ils possèdent une forte scolarisation et une très bonne maitrise du français, une enquête de Statistiques Canada révèle que plus de 20 % d’entre eux se trouvent au chômage à l’échelle québécoise en 2006.

Choisir Montréal et sa banlieue

Maghreb - Coupe du monde

Une foule réunie devant des commerces du Petit Maghreb.
Collection Dom Bernier
Le Maghreb est devenu, depuis 2001, le troisième bassin de recrutement pour les immigrants au Québec. La forte majorité des immigrants maghrébins installés au Québec vivent dans la région de Montréal. Selon le recensement de 2006, 80 330 personnes d’origine maghrébine habitaient au Québec cette année-là. Parmi elles, 71 945 étaient installées dans la région métropolitaine de recensement de Montréal. Cette région comprenait l’île de Montréal et les banlieues avoisinantes. La ville de Montréal comptait quant à elle 51 490 personnes d’origine maghrébine.

La présence maghrébine est dispersée dans plusieurs quartiers montréalais en 2011 : 56,2 % des Montréalais d’origine maghrébine habitent Ahuntsic-Cartierville, Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, Saint-Laurent, Saint-Léonard et Villeray–Saint-Michel–Parc Extension. Les Marocains sont plus nombreux à vivre dans le quartier Côte des Neiges bien qu’on les trouve aussi à Saint-Laurent, Saint-Léonard et Montréal Nord, alors que les Algériens habitent en grand nombre dans le secteur Ahuntsic Cartierville et dans le quartier Saint-Michel.

Contribution à la recherche et à la rédaction : Daisy Boustany.

Les Berbères

Les Berbères se définissent comme les peuples autochtones du Maghreb. Ce grand groupe qu’on nomme aussi Amazigh se divise en de très nombreux sous-groupes selon les territoires nationaux de naissance. Provenant de plus d’une douzaine de pays africains, ces multiples ensembles occupent un territoire si vaste qu’ils se côtoient peu. Leur langue, le berbère, est morcelée en différents idiomes. Au Québec, en 2006, les Berbères représentaient 13 415 personnes et venaient principalement d’Algérie, où se trouvent les Kabyles, et du Maroc, où vivent les Amazyghs. Les personnes identifiant les langues berbères comme leur langue maternelle représentaient 4160 personnes dans l’agglomération de Montréal en 2011. De nombreuses associations kabyles et amazighes existent à Montréal.

Références bibliographiques

AZDOUZ, Rachida. « Les Québécois d’origine maghrébine, entre bricolage, affirmation et reconstruction identitaire », Histoire d’immigrations au Québec, Québec, Presses de l’Université de Québec, 2014, p. 233-250.

COHEN, Yolande. « Les Juifs sépharades à Montréal », Histoire d’immigrations au Québec, Québec, Presses de l’Université de Québec, 2014, p. 95-110.

BERDUGO-COHEN, Marie, Yolande COHEN et Joseph LÉVY. Juifs marocains à Montréal. Témoignages d’une immigration moderne, Montréal, VLB Éditeurs, 1987, 209 pages.

CAMARASA-BELLAUBE, Marion. La Méditerranée sur les rives du Saint-Laurent, Une histoire des Algériens au Canada, Paris, Publibook, 2010, 224 pages.

DELEUZE, Magali. « Le Maghreb à l’expo 67 (Tunisie, Maroc, Algérie) », dans Bulletin d’histoire politique, vol. 17, n° 1. [En ligne].
http://www.bulletinhistoirepolitique.org/le-bulletin/numeros-precedents/...

MANAI, Bochra. La « Mise en scène » de l’ethnicité maghrébine à Montréal, Thèse (Ph. D.), [En ligne], Montréal, Institut national de la recherche scientifique (INRS), 2015, 313 pages. (Consulté le 21 juillet 2016).
http://espace.inrs.ca/3313/ 

GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. MINISTÈRE DE L’IMMIGRATION ET DES COMMUNAUTÉS CULTURELLES, DIRECTION DE LA RECHERCHE ET DE L’ANALYSE PROSPECTIVE DU QUÉBEC. Portrait statistique de la population d’origine ethnique maghrébine recensée au Québec en 2011, [En ligne], 2010.
http://www.quebecinterculturel.gouv.qc.ca/publications/fr/diversite-ethn...

GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. MINISTÈRE DE L’IMMIGRATION ET DES COMMUNAUTÉS CULTURELLES, DIRECTION DE LA RECHERCHE ET DE L’ANALYSE PROSPECTIVE DU QUÉBEC. Portrait statistique de la population d’origine ethnique maghrébine recensée au Québec en 2006, [En ligne], 2010.
http://www.quebecinterculturel.gouv.qc.ca/publications/fr/diversite-ethn...

GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. MINISTÈRE DE L’IMMIGRATION ET DES COMMUNAUTÉS CULTURELLES, DIRECTION DE LA RECHERCHE ET DE L’ANALYSE PROSPECTIVE DU QUÉBEC. Portrait statistique de la population d’origine ethnique berbère recensée au Québec en 2006, [En ligne], 2010.
http://www.quebecinterculturel.gouv.qc.ca/publications/fr/diversite-ethn...

VILLE DE MONTRÉAL. Annuaire statistique. Agglomération de Montréal. Recensement de 2011– Enquête nationale auprès des ménages de 2011, [En ligne], Montréal, Montréal en statistiques, 2014.
http://ville.montreal.qc.ca/pls/portal/docs/PAGE/MTL_STATS_FR/MEDIA/DOCU...