Un site du Centre d'histoire de Montréal

Résultats de recherche

Réintialiser la recherche
Affichage 21 à 30 de 30 résultats
Photo d'une femme souriante en gros plan

Une bonne préparation à l’intégration à la société québécoise, une insertion rapide au marché du travail et un progrès constant, voilà ce qui caractérise le parcours de Darling Étienne Métayer.

Gros plan sur une femme rwandaise portant un habit tradtionnel

Il y a de ces récits que l’on écoute dans un silence de respect et de recueillement tant l’expérience et le courage de la témoin sont difficilement concevables.

Photo d’une jeune femme en plan rapproché

Comme pour beaucoup de jeunes immigrants, c’est l’esprit d’aventure qui mène Laura à Montréal. Cette folie de jeunesse a toutefois pris une forme inattendue, une réelle mission sociale.

Construction d'un pavillon thématique conçu par la firme Affleck, Desbarats, Dimakopoulos, Lebensold & Sise

Bruce Allan, aujourd’hui architecte associé du groupe ARCOP à Montréal, raconte la conception de certains pavillons d’Expo 67 et sa participation à leur élaboration, en tant que stagiaire.

Gérard Beaudet

Gérard Beaudet est professeur d’urbanisme à l’Université de Montréal. Il a été interviewé dans le cadre de l’exposition-documentaire du Centre d’histoire Quartiers disparus.

2010. Françoise Lemieux au moment de son entrevue.

Françoise Lemieux a habité dans le Faubourg à m’lasse, rue de la Visitation, de sa naissance en 1939 à 1962. Sa grand-mère habitait à côté. Elles ont vécu la démolition de leurs maisons.

2010. Françoise Lemieux au moment de son entrevue.

Rollande Prieur a habité dans le Red Light de 1928 à 1950.

Plan rapproché d’une femme

De multiples raisons peuvent mener à la décision d’immigrer. Certaines, comme la guerre et la peur, sont plus tragiques que d’autres.

Plan rapproché d'une femme

Il faut avoir les reins solides pour persévérer dans les démarches d’immigration! Les exigences gouvernementales sont nombreuses et les aléas de la vie, inévitables. Marta en sait quelque chose…

Photo couleur gros plan d’Aoura Bizzarri

Lorsqu’elle arrive à Montréal, au début des années 1970, Aoura ne parle que l’italien, est tricoteuse de formation et ne connaît personne. Vingt ans après, elle est décorée chevalière du Québec.