Un site du Centre d'histoire de Montréal

Les communautés moyen-orientales montréalaises

Après des débuts discrets, l’immigration montréalaise originaire du Moyen-Orient a fortement augmenté à partir de 1947. Ce dossier révèle les multiples aspects de ce mouvement de population.

Le Centre d’histoire présente un dossier dédié à l’immigration montréalaise provenant de la vaste région du Moyen-Orient.

Dans certains articles, cette vague migratoire est envisagée dans sa globalité. On y apprend que les premiers immigrants en provenance du Moyen-Orient viennent de la Grande Syrie, une ancienne partie de l’Empire ottoman. Entre 1882 et 1945, Montréal attire la majorité des immigrants moyen-orientaux arrivés au Canada. Ce déplacement croit progressivement dans les décennies suivantes, souvent en lien avec les guerres et les crises géopolitiques qui secouent le Moyen-Orient. Entre 1945 et 1975, des Moyen-Orientaux issus des minorités et des classes privilégiées s’installent à Montréal. Plusieurs sont chrétiens ou juifs, bien qu’on compte aussi des musulmans. Dès 1975, le nombre d’immigrants d’ascendance arabe augmente de manière considérable dans la métropole.

D’autres articles abordent l’immigration au travers de prismes plus précis. Par exemple, plusieurs évoquent une région ancienne correspondant en partie à la Syrie actuelle. De la fin du XIXe siècle à 1940 arrivent à Montréal quelques milliers de personnes natives de cette Grande Syrie. Grâce au travail, principalement, ces immigrants ont créé un quartier montréalais nommé, au début du XXe siècle, la Petite-Syrie et ont établi des relations sociales au-delà de leur communauté. Georges Farah-Lajoie entre en effet dans la police montréalaise en 1906, devient graduellement un véritable personnage montréalais et, pour certains, un héros.

Reflétant la diversité sociale, culturelle, politique du Moyen-Orient, des textes du dossier retracent en particulier un pays de provenance, un événement survenu à Montréal, une activité rassembleuse, etc. Ils exposent notamment l’immigration libanaise depuis 1940, les communautés égyptiennes de Montréal, l’affaire des Turcs, la vie culturelle iranienne dans la métropole. De plus, le dossier s’étoffera de nombreux nouveaux documents, élargissant encore notre connaissance des Montréalais moyen-orientaux.

Photos individuelles en médaillon de quinze femmes et d'un homme.

Quelques milliers de personnes venues de la Syrie « historique » sont entrées au Canada avant 1940.

Homme dans les gradins du stade olympique.

À partir des années 1960, la présence libanaise se diversifie et s’intensifie à Montréal, qui, 40 ans plus tard, compte la

Portrait taille de Georges Farah-Lajoie vers la fin de sa vie

Immigrant de Syrie au début du XXe siècle, Georges Farah-Lajoie entre dans la police montréalaise en 1906.

Magasin Aboud

En 1925, marcher sur la rue Notre-Dame Est, de Saint-Laurent à Berri, c’était découvrir la Petite-Syrie, authentique cœur

Trois femmes et deux hommes assis sur un banc, souriant

Des groupes minoritaires au sein de la société égyptienne émigrent à Montréal dès les années 1950.

Bibliothèque et tables avec des livres.

Arrivés à Montréal à partir des années 1980, des artistes et des intellectuels iraniens y forment des groupes culturels, l

Des gens marchent dans les rues brandissant des pancartes plusieurs en turc. Des voitures sont stationnés sur la rue.

Entre septembre 1986 et janvier 1987, 2000 immigrants turcs arrivent à Montréal, les lois canadiennes n’imposant alors auc