Un site du Centre d'histoire de Montréal

Les associations socioculturelles de la communauté portugaise

02 février 2016

Pour briser l’isolement de l’immigration, les Portugais de Montréal se rapprochent et, progressivement, mettent en place des associations structurées qui diffusent leur langue et leur culture.

« À cette époque, j’aimais aller à l’Association portugaise pour jouer aux cartes et parler avec les autres Portugais. »

Un immigrant portugais, clinique de mémoire, 2003

Au début, l’immigrant se sent isolé. Ses amis et ses loisirs sont restés là-bas, de l’autre côté de l’Atlantique, et son nouvel environnement lui est complètement étranger. En lui, le désir de vivre en communauté renaît inévitablement. Il recherche la compagnie d’autres Portugais pour discuter, pour se divertir, pour échapper à la saudade autour d’un jeu de cartes ou d’un verre de vin. Pour briser l’isolement, les compatriotes se rapprochent et, peu à peu, des associations plus structurées se mettent en place.

Une première association pour briser l’isolement

Association portugaise du Canada (APC) - édifice

Édifice de l’Association portugaise du Canada sur la rue Saint-Urbain à Montréal
Photo de Denis-Carl Robidoux, Centre d'histoire de Montréal.
C’est ainsi que, le 7 janvier 1956, un petit groupe de Portugais arrivés depuis peu fondent la première association portugaise au pays, l’Associação Portuguesa do Canada (APC), qui s’installe à l’angle de la rue Sherbrooke et du boulevard Saint-Laurent. Elle souhaite proposer aux Portugais de Montréal des activités culturelles, artistiques, récréatives et sportives ainsi que protéger « moralement et matériellement les éléments de la colonie en situation précaire », notamment en leur offrant des cours de français et d’anglais et en les aidant à se trouver un emploi.

Les débuts de l’APC sont particulièrement mouvementés : le consul souhaite qu’elle appuie la position du régime dictatorial de Salazar et les conflits idéologiques qui opposent anti- et pro-salazaristes au sein de la direction menacent son existence. À partir de 1961, elle s’oriente davantage vers des activités socioculturelles. Elle est, entre autres, à l’origine de la création de l’équipe de football Luso-Stars (1971) et du premier ensemble de musique philharmonique (1972). Elle déménage en 1972 dans une ancienne synagogue de la rue Saint-Urbain. Le nombre de ses membres s’accroît alors considérablement. En 2016, l’année où elle fête son 60e anniversaire, l’Association Portugaise de Montréal reste toujours un pilier socioculturel de la communauté portugaise.

D’autres organismes semblables voient le jour au fil des années pour répondre aux besoins des Portugais de Montréal. Leur but est de les réunir tous et de diffuser leur culture au moyen d’activités sportives, récréatives ou culturelles. Souvent confrontés à des difficultés financières, tous ces organismes survivent et réussissent grâce, en grande partie, à l’implication et à l’engagement d’innombrables bénévoles : une qualité caractéristique de la communauté portugaise.

Des organismes qui viennent en aide

En juillet 1972, ce souci du bien-être de la communauté donne naissance au Centre portugais de référence et de promotion sociale (CPRPS), un organisme phare de la communauté, qui s’appellera plus tard le Centre d’action sociocommunautaire de Montréal. Le CPRPS met en œuvre plusieurs projets novateurs : la première campagne d’alphabétisation en langue maternelle au Québec (1979), une campagne de promotion du syndicalisme auprès des ouvrières portugaises (1980), des activités de sensibilisation aux problèmes de violence conjugale et d’alcoolisme, des cours de français et d’anglais ainsi qu’une assistance individuelle aux nouveaux arrivants. Au milieu des années 1980, le CPRPS est à son apogée; il répond alors aux besoins d’une clientèle de plus de 15 000 personnes! Depuis le milieu des années 1990, le vieillissement et la diversification ethnique constituent ses nouveaux défis.

Le Centre de l’aide à la famille est un autre important lieu de ressources. Fondé dans les années 1990, il se concentre sur un problème qui n’est pas exclusif à la communauté portugaise : la violence conjugale.

La musique et les danses populaires

Portugais - Troupe folklorique portugaise, 2003

Jeunes filles faisant partie d'une troupe folklorique portugaise.
Collection privée Ruis Santiago.
La musique aussi rassemble les gens. Les fondateurs des formations philharmoniques portugaises de Montréal et la quasi-totalité de leurs membres sont originaires des Açores. Au Portugal, sur le continent ou dans les îles, la grande majorité des villages ont leur ensemble musical. Ils constituent de véritables écoles.

Avec la musique arrivent également les danses populaires du monde rural portugais, dont sont originaires la plupart de ceux qui vivent désormais à Montréal. Dans les années 1950, au Portugal, les groupes folkloriques se multiplient. Souvent liés à des associations, ils sont particulièrement populaires ici auprès de ceux qui sont originaires du Portugal continental. Les jeunes des deuxième et troisième générations font maintenant revivre fièrement ce lointain passé. Entre 1966 et 1997, huit groupes folkloriques apparaissent sur scène. Depuis, le Rancho Folclórico « Verde Minho » et le Grupo Folclórico Português de Montreal ont fusionné et se trouvent, en 2016, sous l’égide du Portugal de Montreal Santa Cruz, apportant avec eux un riche patrimoine de tenues traditionnelles.

Les processions des fêtes de Saint-Antoine (13 juin), Saint-Jean (24 juin) et Saint-Pierre (30 juin) font aussi partie des traditions qui s’ancrent en terre québécoise. Ces marches populaires typiques de Lisbonne offrent l’occasion de fuir la saudade et même, le 24 juin, de prendre part à la Saint-Jean-Baptiste, la fête nationale des Québécois.

La passion du sport

Portugais - Exposition, chandail de Mike Ribeiro

Chandail de Mike Ribeiro dans l'exposition Encontros présentée au Centre d'histoire de Montréal.
Photo de Normand Rajotte. Centre d’histoire de Montréal.
La passion du sport, et surtout celle du football (soccer), a aussi traversé les océans. En témoignent de nombreux clubs sportifs parrainés par les grandes équipes nationales du Portugal ainsi que des équipes montréalaises souvent éphémères. Les passionnés de foot sont partout, dans les cafés, dans les clubs sportifs et même sur le parvis de l’église puisque quelques irréductibles s’y retrouvent, transistor à l’oreille, pour écouter religieusement les matchs du dimanche. Les jeunes, quant à eux, suivent les exploits de Cristiano Ronaldo, une vedette internationale du foot portugais; de José Mourinho, le charismatique et controversé entraîneur chef de foot (Primeira Liga au Portugal, Série A en Italie, Premier League en Angleterre et La Liga en Espagne); ou encore, la Seleção A, l’équipe nationale portugaise.

Ce n’est pas qu’au foot qu’on trouve des sportifs d’origine portugaise. Recruté en 1998, Mike Ribeiro a été le premier joueur de hockey luso-montréalais à intégrer les Canadiens de Montréal. En 2016, à l’âge de 37ans, il est toujours actif avec les Nashville Predators, où il vient de franchir la marque des 1000 parties jouées en carrière professionnelle.

L’athlète luso-montréalaise de plongeon individuel et de plongeon synchro, Meaghan Benfeito, est source de grande fierté pour la communauté. Elle a été médaillée aux Jeux olympiques à Londres (2012), aux Championnats du monde de la FINA (2016, 2015, 2013, 2005) et à la Coupe du monde (2014, 2012, 2010), entre autres. Elle représente le Canada aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro, en 2016.

Les mouvements politiques

La vie politique mouvementée du Portugal ne peut laisser indifférents les immigrants, réfugiés et exilés de Montréal. En 1963, une trentaine de Portugais décident de ranimer le militantisme politique en créant un mouvement de gauche anti-salazariste : le Movimento Democrático Português (Mouvement démocratique portugais ou MDP). Dans son bulletin, ses manifestes et ses actions, le MDP dénonce la dictature de Salazar, les crimes de la police politique (PIDE) et le colonialisme. Dès ses débuts, il se montre sensible aux besoins de la communauté et met sur pied des classes de français, de portugais et d’alphabétisation. Il milite pour les droits des ouvrières portugaises en formant une troupe de théâtre qui présente des pièces en faveur des syndicats.

Une institution financière qui s’inspire des coopératives d’épargne

L’enracinement n’aurait pu être aussi réussi sans l’existence d’institutions financières telles que la Caixa de Economia dos Portugueses de Montreal qui s’est inspirée des coopératives d’épargne du Mouvement Desjardins. Installée au rez-de-chaussée d’un vieil édifice de l’avenue des Pins, elle ouvre ses portes le 8 janvier 1969. Les débuts sont ardus, mais la croissance est au rendez-vous au cours de la décennie suivante et permet la construction, sur le boulevard Saint-Laurent, d’un nouvel immeuble qui sera inauguré le 29 juin 1980. À partir de 1983, la Caixa de Economia dos Portugueses de Montreal compte aussi des membres non portugais. Aujourd’hui, ce pilier économique de la communauté, renommé Caisse Desjardins Portugaise, continue de soutenir les projets communautaires et l’éducation chez les jeunes.

Une nouvelle association pour les jeunes

L’un des organismes derniers-nés est le Carrefour des jeunes lusophones du Québec. Fondé en 2001 par des jeunes qui ont entre 15 et 35 ans, il privilégie le dialogue entre les différentes communautés lusophones et encourage la participation sociale des jeunes. C’est un signe d’espoir pour l’avenir.

Au cours de son histoire tumultueuse, la vie associative portugaise a fait preuve d’un grand dynamisme. Le déclin de l’immigration, le vieillissement et la dispersion de la communauté ainsi que, plus récemment, le désintérêt relatif des nouvelles générations mettent aujourd’hui au défi un mouvement qui n’a sûrement pas dit son dernier mot!

Ce texte est tiré du cahier Rencontre. La communauté portugaise de Montréal. 50 ans de voisinage, une réalisation du Centre d’histoire de Montréal, en collaboration avec le Carrefour des jeunes lusophones du Québec. Il a été mis à jour en 2016 par Nisa Remigio.

Associations socioculturelles
  • Associação Portuguesa do Canadá (1956)
  • Centro Comunitário Santa Cruz—Missão Santa Cruz (1963)
  • Clube Portugal de Montreal (1965)
  • Centro de Acção Sócio-Comunitária de Montreal (1972)
  • Associação Portuguesa de Sainte-Thérèse (1974)
  • Associação de Nossa Senhora de Fátima (Laval, 1974)
  • Casa dos Açores do Québec (1978)
  • Clube Oriental Português de Montreal (1979)
  • Sporting Clube de Montreal (1982)
  • Portugália,Tradição e Cultura – (Brossard, 1982)
  • Associação Portuguesa Espírito Santo – (Hochelaga, 1983)
  • Associação Portuguesa de LaSalle (1984)
  • Sport Montréal e Benfica (1985)
  • Instituto Cultural Açoriano (1986)
  • Circulo Socialista (Antero de Quental) (1988)
  • Centro Comunitário Divino Espírito Santo de Anjou (1989)
  • Associação Saudades da Terra Quebequente (1996)
  • Associação Portuguesa do West Island (1997)
  • Casa do Ribatejo Associação dos Pais (1993)
  • Grupo de Jovens em Acção da Missão Santa Cruz (1995)
  • Círculo dos Amigos de Rabo de Peixe (2000)
  • « Carrefour » dos jovens lusófonos do Québec (2001)
  • Festival Portugal International de Montréal (2014)
  • Centro Cultural Luis de Camões (2015)
  • Centre d’Intégration et de Culture Lusophone (2016)
Groupes philharmoniques
  • Filarmónica Portuguesa de Montréal (1972)
  • Filarmónica Divino Espírito Santo, Laval (1982)
  • Banda de Nossa Senhora dos Milagres (1997)
Groupes folkloriques
  • Grupo Cultural « Cana Verde » (1979)
  • Grupo Folclórico Praias de Portugal (1983)
  • Grupo Folclórico « Estrelas do Atlântico » de Laval (1985)
  • Rancho Folclórico « Cantares e Bailares dos Açores » (1992)
  • Grupo Folclórico « Campinos do Ribatejo » (1994)
  • Grupo Folclórico « Ilhas de encanto » da Casa dos Açores do Québec (1997)
  • Portugal de Montreal Santa Cruz
Organismes ou associations disparus ou inactifs
  • Movimento Democrático Português de Montréal (1963) 
  • Aliança dos Empresários e Profissionais Portugueses
  • Micaelense Açores Clube
  • Associação dos Homens de Negócios Portugueses do Québec
  • Federação dos Organismos Portugueses do Québec
  • Grupo de Teatro Português de Montreal
  • Centro Cultural Português do Canadá
  • Movimento da Juventude Portuguesa de Montreal (Missão Santa Cruz)
  • Grupo de Escuteiros Corte Real
  • Portuguese Canadian Community School
  • União Católica Portuguesa do Canadá
  • Casa de Portugal
  • Casa dos Portugueses
  • Montréal-Stars
  • Sporting Club Açores
  • Soccer Portugais du Québec
  • Luso Sporting de Montreal
  • Luso-Stars de Montréal
  • Liga comercial portuguesa de futebol de Montreal 
  • Club Soccer de Montreal
  • Grupo Coral Alentejano (1980)
  • Grupo Folclórico Português de Montreal (1966)
  • Rancho Folclórico « Verde Minho » (1997)