Un site du Centre d'histoire de Montréal

Le site patrimonial de Côte-Saint-Paul

16 novembre 2017
Temps de lecture

Entre 1887 et 1911, le centre-ville de Côte-Saint-Paul se dote de plusieurs bâtiments remarquables. Dessinés par des architectes de renom, ils sont le signe de l’expansion de ce secteur de Montréal.

Lieu : Rue de l’Église

1887-1911 : Construction des principaux bâtiments

Site patrimonial de Côte-Saint-Paul

Dessin de la façade d'une église, accompagné d'un texte énonçant son projet de construction imminente.
Bibliothèque et Archives nationales du Québec (Vieux-Montréal). MAS 1-130-a.
Au début du XIXe siècle, la Côte-Saint-Paul est traversée par un chemin et occupée principalement par des fermes. À partir des années 1840, des industries s’installent le long du canal de Lachine et attirent des travailleurs et leurs familles. En 1859, la quincaillerie Frothingham et Workman implante par exemple son usine dans le secteur, près de l’écluse de Côte-Saint-Paul. En 1874, le village de la Côte-Saint-Paul est formé et un noyau de population se développe près de l’actuelle rue de l’Église. À l’époque, le village comprend tout le territoire situé entre le canal de Lachine au nord, les rails du chemin de fer du Grand Tronc à l’est, le canal de l’Aqueduc au sud et la ville de Lachine à l’ouest. En 1878, cependant, la partie ouest du village se sépare. Les deux secteurs distincts seront plus tard connus sous le nom de Ville-Émard et Côte-Saint-Paul.

Un centre-ville prend forme

Site patrimonial de Côte-Saint-Paul

Photographie ancienne de deux édifices connexes.
Bibliothèque et Archives nationales du Québec (Vieux-Montréal). Collection Édouard-Zotique Massicotte. P750, MAS 7-78-a.
C’est également en 1874 qu’on érige officiellement la paroisse de la Côte-Saint-Paul. L’église Saint-Paul est construite dans la rue de l’Église en 1876. Frappée par la foudre en 1899, elle est reconstruite en 1900. On en profite pour bâtir un nouveau presbytère en pierre, adjacent à l’église. La façade actuelle de l’église date d’une deuxième reconstruction en 1910-1911, suivant les plans de l’architecte Joseph-Arthur Godin.

Une imposante école pour filles sera également érigée dans la rue de l’Église dans les années 1880. En 1876, le curé Beaubien demande aux Sœurs de Notre-Dame de donner des cours pour les jeunes paroissiennes. L’école est d’abord tenue dans la petite maison d’un dénommé M. Kane, dans la rue de l’Église, puis en 1878 dans un édifice en face de l’église appartenant à un certain Dr H. Roy. Alors que le nombre d’élèves s’accroît, on accorde aux religieuses des lots de terre au nord-ouest de l’église pour y construire une école. Le pensionnat Notre-Dame-du-Saint-Rosaire, dessiné par le célèbre architecte Victor Bourgeau, ouvre ses portes en septembre 1888 et accueille dès son inauguration une centaine d’élèves. Une cour de récréation ainsi qu’un jardin potager sont également aménagés par les religieuses. Outre le pensionnat, la paroisse compte à la fin du XIXe siècle quatre écoles, dont l’école des garçons de la Côte-Saint-Paul, fondée en 1882.

Un nouveau quartier montréalais

Site patrimonial de Côte-Saint-Paul

Coupure de presse ancienne incorporant trois photographies d'édifices.
Bibliothèque et Archives nationales du Québec (Vieux-Montréal). Collection Édouard-Zotique Massicotte. P750, MAS 7-76-c.
En 1910, les villes de Côte-Saint-Paul et Ville-Émard sont annexées à la ville de Montréal et en deviennent des quartiers. La même année, on construit dans la rue de l’Église un hôtel de ville d’inspiration néo-classique et une caserne de pompiers, qu’on doit à l’architecte J.-Émile Vanier. Sur un plan du secteur de 1912, on remarque que d’autres institutions sont également ouvertes à côté des dernières mentionnées, entre autres, une banque, une pharmacie et une boulangerie. De nouvelles manufactures se sont également installées à proximité au début du XXe siècle, notamment la Canadian Car & Foundry, la Montreal Light, Heat and Power et la Mount Royal Spinning Company. D’autres bâtiments d’importance sont construits plus au sud, comme le bain Émard (1913) situé dans la rue Laurendeau. Ainsi dès les années 1920, la plupart des rues de Côte-Saint-Paul sont occupées, par des bâtiments institutionnels ou par des habitations.

Reconnaissant l’importance historique et architecturale du centre-ville de Côte-Saint-Paul, la Ville de Montréal le classe site patrimonial en 1991.

Contribution à la recherche : Société d’histoire Saint-Paul-Émard.