Un site du Centre d'histoire de Montréal

La présence autochtone à Montréal

13 janvier 2016
Temps de lecture

Des traces d’occupation humaine datant de 4000 ans jusqu’à la présence des Autochtones dans l’actuelle grande région métropolitaine, voici toute une histoire à raconter. 

Couple de Hurons

Aquarelle présentant un couple de Hurons du milieu du XVIIIe siècle, en costume.
Archives de la Ville de Montréal. CA M001 BM007-2-D27-P003.
Des milliers d’années avant l’arrivée du premier Européen sur l’île de Montréal, de nombreux Autochtones la fréquentent déjà, et ils y sont toujours demeurés après l’arrivée de nouveaux colons. Les Autochtones évoluent dans la ville coloniale française, puis dans la ville anglaise. Dans la grande région métropolitaine montréalaise, encore aujourd’hui, les Premières Nations sont bien présentes. Mais il faut beaucoup d’attention pour y déceler les traces de leur histoire.

Il y a 4000 ans

L’arrivée des premiers groupes humains en sol nord-américain remonte à la toute fin de la dernière période glaciaire, il y a 14 000 ans, peut-être même plus. Venus d’Asie par voie terrestre entre la Sibérie et l’Alaska, ils colonisent rapidement l’Amérique du Nord et du Sud. Le sud du Québec est graduellement peuplé à partir de 12 000 ans avant aujourd’hui.

Couple d'Algonquins

Aquarelle présentant un couple d'Algonquins du milieu du XVIIIe siècle, en costume.
Archives de la Ville de Montréal. CA M001 BM007-2-D27-P004.
Toutefois, sur l’île de Montréal même, les traces d’occupations les plus anciennes trouvées à ce jour remontent à environ 5000 ans. Ces quelques indices (pointes de projectile, outils en pierre polie, outils en cuivre natif) ont été découverts près des rivages de l’île, notamment sur le site Nivard à Verdun ou encore sur le site Saint-Éloi dans le Vieux-Montréal. Ils appartiennent aux traditions des chasseurs-cueilleurs de l’époque dite archaïque. Ceux-ci fréquentent déjà depuis longtemps la vallée du Saint-Laurent, et il ne serait donc pas étonnant de trouver des traces encore plus anciennes sur l’île.

Les siècles suivants marquent une tendance à la sédentarisation. Pendant la saison chaude, les Autochtones s’installent près des meilleurs sites de pêche. En hiver, ils continuent de se déplacer à cause de leurs activités de chasse. Il est certain qu’à partir de ce moment la présence humaine sur l’île se maintient en continu jusqu’à aujourd’hui. Plusieurs sites archéologiques nous instruisent sur des présences humaines : on y reconnaît diverses traditions culturelles qui se succèdent au cours des millénaires et qui participent aux réseaux commerciaux, politiques et idéologiques qui façonnent l’histoire de la région. Ces sites se concentrent en grande partie dans le Vieux-Montréal en raison de la plus grande quantité de travaux archéologiques qui y ont eu cours, mais ils se situent aussi un peu partout sur l’île, tant sur les rivages que sur les versants de la montagne, de la pointe ouest à la pointe est.

Des artefacts révélés sur plusieurs sites

Par exemple, des outils en pierre datant de l’époque où apparaît la poterie dans ce coin du continent, il y a environ 3000 ans, ont été déterrés sur le site de la chapelle Notre-Dame-de-Bon-Secours ainsi que près de la rue Saint-Sulpice au nord de la rue Saint-Paul, dans le Vieux-Montréal. Des fragments de poterie datant d’entre 2400 et 1000 ans ont été mis au jour à différents endroits riverains, comme à Pointe-aux-Trembles, dans le Vieux-Montréal, à Verdun et sur de nombreuses îles de l’archipel montréalais, dont l’île Sainte-Thérèse, les îles de Boucherville, l’île des Sœurs, etc.

Couple d’Abénaquis

Aquarelle présentant un couple d’Abénaquis du milieu du XVIIIe siècle, en costume.
Archives de la Ville de Montréal. CA M001 BM007-2-D27-P002.

Entre les années 1000 et la fin des années 1500 de notre ère, des Autochtones sédentaires, appelés Iroquoiens du Saint-Laurent, s’installent sur l’île de Montréal. L’actuelle place Royale est un lieu très fréquenté pendant cette période, et de nombreuses activités quotidiennes, telles que la pêche et l’accostage de canots, s’y tiennent. Mais les villages sont situés plus à l’intérieur, comme le constate Jacques Cartier quand il visite Hochelaga en 1535. Le site archéologique Dawson, situé en plein centre-ville, témoigne également de cette époque.

Pour le meilleur et pour le pire

Vers 1580, les Iroquoiens quittent la vallée du Saint-Laurent à cause de bouleversements géopolitiques subis par plusieurs groupes autochtones, possiblement liés à la présence européenne accrue sur la côte atlantique. Dans les décennies suivantes, les Français prennent une place grandissante dans le commerce des fourrures et signent des alliances avec plusieurs groupes comme les Micmacs, les Algonquins et les Hurons. Lorsque les premiers colons français viennent s’établir sur l’île de Montréal en 1642, accompagnés des fondateurs de Ville-Marie, Jeanne Mance et Paul de Chomedey, sieur de Maisonneuve, le village d’Hochelaga n’existe alors plus depuis un siècle environ. L’île continue toutefois d’être un lieu de campement pour plusieurs nations autochtones. L’effort de christianisation des peuples autochtones lié à la fondation de Ville-Marie entraîne l’établissement de nombreuses missions sur l’île et dans ses environs. La création de la mission jésuite de Kahnawake, sur la rive sud de Montréal, remonte à cette époque. Une communauté mohawk y habite toujours.

Mission du Sault-Saint-Louis en 1670

Dessin représentant la mission amérindienne du Sault-Saint-Louis dans les années 1670.
Bibliothèque nationale de France. EST VD-20 (B, 1).

En marge du conflit franco-anglais, les besoins reliés aux échanges d’armes et de produits européens contre des fourrures influencent les relations entre Français et Autochtones. Les foires estivales de fourrures sont des moments forts : échanges, pourparlers diplomatiques et fêtes marquent le début du XVIIe siècle. Les rivalités commerciales viennent par contre envenimer les relations. À Lachine, en 1689, une armée iroquoise tue une partie des habitants et fait plusieurs prisonniers. À l’été 1701, le gouverneur Louis Hector de Callière invite à Montréal les représentants de 39 nations autochtones pour négocier avec eux une entente appelée la Grande Paix. En août 1701, l’accord est signé grâce à l’entremise du chef huron Kondiaronk. Il garantit, entre autres, la neutralité des cinq nations iroquoises en cas de conflit entre les Français et les Anglais, en plus d’éliminer la menace iroquoise sur Montréal. Cette entente sera respectée jusqu’à la fin du Régime français.

La Conquête, la paix et quelques déboires

Kahnawake - Carte postale

Vue du village Mohawk de Kahnawake.
Carte postale, Centre d’histoire de Montréal.
Après la Conquête, la Proclamation royale de 1763 définit la nature que doivent avoir les relations angloautochtones. Elle garantit aux Autochtones le droit de jouir en toute tranquillité des terres qu’ils n’auront pas cédées ou vendues au roi et préserve leurs droits sur leurs territoires de chasse. Dans la pratique, plusieurs terres réservées aux Premières Nations sont cédées à des Blancs et le droit de pêche des Autochtones est souvent violé. Les premières réserves modernes apparaissent en 1851, alors que le Parlement du Canada-Uni adopte l’Acte pour mettre à part certaines étendues de terre pour l’usage de certaines tribus de Sauvages dans le Bas-Canada. Tout en les dédommageant, cette loi vise aussi à favoriser leur sédentarisation et le développement d’une activité agricole. Ces réserves sont souvent situées sur des territoires ancestraux et les Autochtones s’y installent pour freiner l’occupation de leurs terres. Les bonnes intentions ne sont pas garantes de bons résultats, comme l’histoire le démontrera.

Présence autochtone d’aujourd’hui

Pavillon des Indiens à Expo 67

Pavillon des Indiens du Canada à Expo 67 sur l’île Notre-Dame.
Carte postale, Centre d’histoire de Montréal.
Aujourd’hui encore, les Premières Nations sont présentes sur l’île et autour de celle-ci. Selon le recensement de 2001, 11 085 personnes s’identifiant comme Autochtones habitent la région montréalaise, sur un total de 79 400 personnes dans la province de Québec. On remarque cette présence de plusieurs manières. D’abord la réserve de Kahnawake, sur la rive sud du Saint-Laurent, où une grande communauté mohawk habite toujours. Des fêtes telles que le pow-wow de juillet attirent des centaines de visiteurs. Des organismes autochtones, comme le Centre d’amitié autochtone, veillent à l’intégration et au bien-être des Autochtones dans la métropole même. Montréal accueille aussi des évènements autochtones comme le Festival Présence autochtone qui célèbre la culture autochtone. Plusieurs institutions muséales et culturelles soulignent aussi l’importance de l’histoire des Premières Nations à Montréal.

Un nouveau drapeau et de nouvelles armoiries pour Montréal

Armoiries de Montréal 2017

Nouvelles armoiries de Montréal intégrant un pin blanc
Ville de Montréal
Le 13 septembre 2017, journée célébrant la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones (adoptée en 2007), la Ville de Montréal a présenté ses nouvelles armoiries et son nouveau drapeau qui intègrent un symbole autochtone : le pin blanc. Ce symbole a été choisi au terme d’un processus d’environ un an regroupant des représentants des nations autochtones et de la Ville de Montréal. Les Premières Nations n’étaient pas présentes sur les symboles officiels de la Ville jusqu’alors. Le pin blanc représente la paix, l’harmonie et la concorde. Il prend place au  centre d’un cercle ouvert aux quatre directions, qui représente le cercle de la vie ainsi que le feu du conseil, lieu de rencontre et de discussion.  

Cet article est paru dans le numéro 47 du bulletin imprimé Montréal Clic, publié par le Centre d’histoire de 1991 à 2008. Il a été mis à jour en 2019.

Références bibliographiques

BEAULIEU, Alain, VIAU, Roland. La Grande Paix, chronique d’une saga diplomatique, Montréal, Libre Expression, 2001, 127 p.

MORIN, Michel. L’Usurpation de la souveraineté autochtone, le cas des peuples de la Nouvelle-France et des colonies anglaises de l’Amérique du Nord, Montréal, Boréal, 1998, 320 p.

POTHIER, Louise, TREMBLAY, Roland. « Un havre préhistorique » dans L’histoire du Vieux-Montréal à travers son patrimoine, Québec, Les publications du Québec, 2004, p. 7-25.

TREMBLAY, Roland. Peuple du maïs : les Iroquoiens du Saint-Laurent, Éditions de l’Homme, 2006, 139 p.

VAUGEOIS, Denis. La fin des alliances franco-indiennes, enquête sur un sauf-conduit de 1760 devenu un traité en 1990, Montréal, Boréal, Septentrion, 1995, 286 p.