Un site du Centre d'histoire de Montréal

Résultats de recherche

Réintialiser la recherche
Affichage 1 à 10 de 21 résultats
La cavalerie de la police de Montréal au belvédère du mont Royal

À la recherche d’une vue imprenable sur la ville et ses gratte-ciels? Envie de concerts estivaux ou d’activités hivernales? Rendez-vous au belvédère Kondiaronk, lieu suranné mais toujours enchanteur.

Photographie en couleurs, d’un homme noir assis devant un piano. Sur le piano est posée une partition de Chopin.

Dès l’âge de neuf ans, Oliver Jones se produit en spectacle et goûte à la vie nocturne montréalaise. Ce prodige musical s’est ensuite fait un nom sur la scène jazz locale et internationale.

Une vue en noir et blanc de l’intérieur d’un bar. En haut à gauche, un portrait de Rufus Rockhead.

Dans les années 1930 et 1940, le Rockhead’s Paradise a connu une popularité folle. Son fondateur, Rufus Rockhead, a été le premier propriétaire noir d’un club à Montréal.

Dans un bar, un chanteur et guitariste joue pour des personnes attablées.

De 1940 à 1960, sortir à Montréal n’est pas banal, car toutes les grandes stars européennes et américaines s’y produisent, et les autorités sont peu regardantes quant aux mœurs et au couvre-feu.

Oscar Peterson au piano en duo avec Johnny Holmes à la trompette

À partir des années 1920, Montréal a vécu à l’heure du jazz. La Petite-Bourgogne, alors surnommée le « Harlem du Nord », lui a donné des salles et des musiciens de renommée internationale.

Plan rapproché d’un homme cubain

Pour Vues transversales. Panorama de la scène artistique latino-québécoise de LatinArte, 10 LatinArtistes évoquent leurs expériences professionnelles et Montréal. Ici, le parcours de Rafael Zaldivar.

Photo de Joe Trouillot souriant et portant chapeau et cravate.

Une voix de crooner, un modèle de vigueur et d’élégance sur scène, ainsi se souvient-on de Joe Trouillot, ce grand homme de spectacle qui a fait danser les foules de Port-au-Prince à Montréal.

Jorge Ross et son orchestre, 13 personnes au total, reçoivent un prix

Depuis les années 1960, la musique latino-américaine s’est épanouie à Montréal. Riche de multiples origines, influences et fusions, elle a créé un pont entre les populations immigrantes et d’accueil.

Estampe d’Emma Albani

Saluée par des monarques européens à la fin du XIXe siècle, la chanteuse montréalaise Emma Lajeunesse, alias Emma Albani, a bâti une prestigieuse carrière internationale.

Joé Armando prend la pose dans un restaurant

Pionnier de la musique latino-américaine au Canada, figure majeure de ce genre et du jazz, « Tito Puente de Montréal », génie de la percussion, gagnant d’un prix Grammy… tel est Joé Armando.