Un site du Centre d'histoire de Montréal

Résultats de recherche

Réintialiser la recherche
Affichage 1 à 10 de 19 résultats
Un orchestre joue à l’extérieur, devant un édifice de pierre, et une foule assise écoute.

Depuis 1924, l’œuvre de la fondation Campbell est un bel exemple de la démocratisation de la musique à Montréal, et de l’influence de la tradition protestante sur ce mouvement.

Musiciens sur une scène extérieure.

Depuis trois générations, une famille venue du Venezuela fait vivre, à Montréal, la musique folklorique de son pays d’origine. Elle y a fondé des groupes musicaux, mais aussi une école.

Photo de Joe Trouillot souriant et portant chapeau et cravate.

Une voix de crooner, un modèle de vigueur et d’élégance sur scène, ainsi se souvient-on de Joe Trouillot, ce grand homme de spectacle qui a fait danser les foules de Port-au-Prince à Montréal.

Entrée du Club Balattou de soir, deux hommes se serrent la main

Depuis plus de 30 ans, le Club Balattou, bar-spectacle de la rue Saint-Laurent, est un endroit incontournable pour qui s’intéresse aux musiques d’ascendance africaine.

Coupure de journal avec le titre « Montreal sings to Ottawa by telephone without wires » avec deux photos et une légende.

Le soir du 20 mai 1920, la voix d’une chanteuse résonne en direct de Montréal jusqu’au Château Laurier à Ottawa. Une expérience presque surnaturelle pour les auditeurs de l’époque!

Le chef d’orchestre Jean Deslauriers au pupitre de l’Orchestre des concerts symphoniques de Montréal, lors d’un concert commandité par la compagnie Dow et radiodiffusé par la station radiophonique de CBC à Montréal

Avant l’essor de la musique préenregistrée, les stations de radio montréalaises s’invitent aux grands concerts et soirées dansantes de la métropole pour diffuser du contenu en direct.

La une de La Presse du 3 mai 1922 intitulée « La Presse fait installer sur le toit de son immeuble le plus puissant poste de radiotéléphonie d’Amérique ».

L’année 1922 marque l’entrée en scène d’un nouveau média à Montréal : la radio commerciale.

Photographie en couleurs, d’un homme noir assis devant un piano. Sur le piano est posée une partition de Chopin.

Dès l’âge de neuf ans, Oliver Jones se produit en spectacle et goûte à la vie nocturne montréalaise. Ce prodige musical s’est ensuite fait un nom sur la scène jazz locale et internationale.

Une vue en noir et blanc de l’intérieur d’un bar. En haut à gauche, un portrait de Rufus Rockhead.

Dans les années 1930 et 1940, le Rockhead’s Paradise a connu une popularité folle. Son fondateur, Rufus Rockhead, a été le premier propriétaire noir d’un club à Montréal.

Dans un bar, un chanteur et guitariste joue pour des personnes attablées.

De 1940 à 1960, sortir à Montréal n’est pas banal, car toutes les grandes stars européennes et américaines s’y produisent, et les autorités sont peu regardantes quant aux mœurs et au couvre-feu.