Un site du Centre d'histoire de Montréal

Quand Maisonneuve fêtait la France!

11 juillet 2018

Entre 1901 et 1906, les fêtes du 14 juillet, présentées au parc Riverside de la ville de Maisonneuve, étaient célébrées avec un faste hors du commun.

Hôtel Parc Riverside

Ancienne résidence de Luce Cuvillier devenue l’Hôtel Riverside avec un court paragraphe sur le parc
Bibliothèque et Archives nationales du Québec. Notice : 0002731729.
Au début du XXe siècle, trois grandes fêtes étaient soulignées à Montréal durant l’été : la Saint-Jean-Baptiste, le 24 juin, la fête nationale des Français, le 14 juillet, et la fête du Travail, le premier lundi de septembre. Nulle célébration de la fête du Canada à cette époque. Les célébrations de la Saint-Jean et du Travail donnaient lieu à des défilés et à des processions. Cependant, un parc d’attractions accueillait habituellement la fête nationale française.

Le parc Riverside était un grand parc d’attractions de la ville de Maisonneuve, situé rue Notre-Dame à l’angle de l’avenue Desjardins. Ouvrant ses portes le 24 juin 1900, il était un concurrent direct du parc Sohmer, établi plus à l’ouest, rue Notre-Dame à l’angle de la rue Panet. D’ailleurs, les fêtes du 14 juillet, présentées au parc Sohmer de 1890 à 1900, ont été tenues au parc Riverside pendant les six années suivantes. L’entrée principale du parc se trouvait rue Notre-Dame. Il était donc facilement accessible par le tramway de cette même rue. Le lieu bénéficiait d’une grande scène, et l’ancienne résidence de Lucy Cuvillier y servait d’hôtel et de restaurant. On pouvait aménager quantité de kiosques et de tentes pour différents événements. Une allée d’érables longeait le fleuve auquel la population avait accès. Le parc pouvait accueillir plusieurs milliers de personnes. En 1905, le propriétaire, Levie Tremblay, avait même fait aménager des montagnes russes, une attraction alors exceptionnelle.

L’Union française mène la fête

La Patrie 15 juillet 1901

Page couverture du journal La Patrie annonçant la Fête de la France
La Patrie, 23e année, no 118, lundi 15 juillet 1901. BAnQ.
Le 14 juillet, la journée débute par une messe solennelle à la chapelle du Sacré-Cœur de l’église Notre-Dame où le chœur interprète la Messe solennelle de Sainte-Cécile de Charles Gounod. On se rend ensuite au parc Riverside pour les fêtes organisées par l’Union française. Celle-ci est en ce temps-là dirigée par Jules Helbronner, qui en sera le président de 1901 à 1909. À cette époque, Helbronner est également rédacteur en chef de La Presse.

Voici le déroulement d’une journée typique du 14 juillet dans le parc Riverside tout au début du XXe siècle. Le lieu est décoré de drapeaux tricolores, de banderoles et de fleurs. Il ouvre à 13 h puis le consul général de France lance les célébrations à 15 h. On interprète La Marseillaise et d’autres chants patriotiques français. La troupe du parc et d’autres artistes présentent des vaudevilles et des chansons françaises. On a installé un kiosque de fleurs, et l’on vend des billets pour la tombola dont les profits iront aux œuvres de l’Union française. À 19 h 30, l’Union organise un banquet pour des invités sélectionnés. Le soir, le parc est illuminé de lanternes chinoises ou décoré à la vénitienne. Puis, à 22 h 30, c’est le feu d’artifice intitulé « Vive la France » et lancé à partir du fleuve. Ces feux sont préparés pendant plusieurs années par la maison Stanislas Robitaille & Cie de Montréal.

La fête nationale s’étend en moyenne sur trois ou quatre jours. Les après-midis de fin de semaine, on organise des courses et des jeux pour les enfants et les adultes. On propose également des ascensions à bord du ballon La France et même des sauts en parachute. Comme le parc est au bord du fleuve, une année, des compétitions de natation sont disputées face au parc. Devant le parc, des yachts illuminés circulent avec à leur bord des orchestres pour divertir les gens. En 1903, une des activités principales est un concours de fanfares. Le soir, les fêtes se terminent presque toujours par un feu d’artifice. 

Une bataille navale théâtrale

La Patrie 7 juillet 1906

Page du journal La Patrie du 16 juillet 1906 annonçant les fêtes françaises au parc Riverside
La Patrie, lundi 16 juillet 1906, p. 2. BAnQ.
Mais l’événement le plus spectaculaire de toutes les fêtes tenues de 1901 à 1906 est sans doute la fête nautique qui recrée un épisode de la bataille navale entre le bateau français le Vengeur du Peuple et une flottille anglaise durant la Première République française de 1794. Cet événement a été présenté le 17 juillet 1906 en conclusion des fêtes françaises. Le Vengeur du Peuple est figuré par un bateau de 60 pieds (18,3 mètres) dont les contours sont illuminés. La flotte anglaise est simulée par une douzaine d’embarcations illuminées qui attaquent le vaisseau français avec des pièces détonantes. Le Vengeur répond à l’aide de fusées canons et de fusées volantes. Attaqué de toutes parts, le Vengeur cède, ses mâts s’écroulent au milieu d’une explosion de mines, pour reproduire les explosions des boulets de canon. Finalement, le bateau disparaît dans les flots.

Les fêtes du 14 juillet sont très populaires puisque le parc enregistre 6000 entrées le samedi 14 juillet 1906 et 15 000 le dimanche 15, seule journée de la semaine où l’on ne travaille pas. Cependant, 1906 sera la dernière année d’exploitation du parc Riverside. Il subit la dure concurrence du beaucoup plus moderne parc Dominion, qui vient d’ouvrir plus à l’est, rue Notre-Dame. Il fait faillite en octobre 1906. Les fêtes nationales françaises se tiendront au parc du Bout-de-l’Île en 1907, mais avec beaucoup moins de faste.