Un site du Centre d'histoire de Montréal

La fête des Morts : du Mexique à Montréal

02 juin 2017

La fête des Morts, célébrée au Mexique depuis environ 3500 ans, se transporte à Montréal aux mois d’octobre et de novembre 2011.

Fête des Morts

Trois hommes et trois femmes dansent dans un parc en habits traditionnels mexicains
Photo de Francisco Salazar

La communauté mexicaine arrive à Montréal en nombre important au courant des années 2000. En 2011, la métropole québécoise compte 83,9 % des 25 045 Mexicains établis au Québec. Parmi eux, 76,3 % étaient arrivés depuis 10 ans ou moins. Venues à Montréal principalement pour des raisons économiques ou politiques, ces personnes d’origine mexicaine apportent des traditions et des fêtes, comme la fête des Morts, qu’ils font découvrir à l’ensemble des Montréalais.

La fête des Morts au Mexique

Célébrée au Mexique depuis 3500 ans, la fête des Morts (el Dia de los Muertos) marque le retour transitoire sur terre de proches décédés. Les célébrations se déroulent entre la fin du mois d’octobre et le début du mois de novembre, lorsque la récolte du maïs est terminée. Afin de faciliter le retour des esprits sur la terre, la famille du défunt décore le chemin qui mène de la maison au cimetière de pétales de fleurs, de chandelles et d’objets d’artisanat, et prépare un autel, ainsi qu’une grande fête au cimetière pendant laquelle les plats préférés de la personne décédée sont servis. Ces rituels sont accomplis avec beaucoup de soin, afin d’honorer la personne décédée. L’ambiance est festive, et on dépose des offrandes sur les tombes telles que des bonbons de sucre ou de la tequila. On mange, danse et chante au cimetière afin d’honorer les défunts qui y reposent. Les témoignages de respect rendus aux défunts sont aussi réputés pour attirer la prospérité.

Fête des Morts

Femme costumée en noir avec un foulard rose tenant devant un micro
Photo de Francisco Salazar

Telle que célébrée au Mexique, la fête des Morts comprend à la fois des rites religieux préhispaniques et des rites religieux catholiques introduits par les Européens au XVIe siècle. En 2003, la fête des Morts a été reconnue par l’UNESCO comme patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Cinq ans plus tard, les fêtes des Morts indigènes ont été officiellement inscrites sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Première édition de la fête des Morts à Montréal

Fête des Morts

Offrandes près de trois tombes.
Photo de Francisco Salazar

Le projet de diffuser la célébration mexicaine de la fête des Morts à Montréal auprès des Montréalais prend forme en 2011. Le consulat du Mexique préparait déjà un autel chaque année pour souligner ces festivités. Un partenariat entre le Centre d’histoire de Montréal, l’Espacio Mexico et l’Écomusée de l’Au-Delà permet d’organiser, cette année-là, un événement qui fait connaitre cette tradition mexicaine auprès d’un public plus large. Mariana Castellanos, d’origine mexicaine, fait alors un stage au Centre d’histoire et assure la coordination du projet. Lors de cette première édition de la fête des Morts, en 2011, plusieurs activités sont proposées afin de faire découvrir cette tradition aux Montréalais. Un atelier de confection d’offrandes, un événement autour d’un autel commémoratif au consulat du Mexique, puis une grande cérémonie commémorative au square Dorchester et à la place du Canada, ancien cimetière Saint-Antoine, marquent cette première édition de la fête des Morts à Montréal. Le choix de l’ancien cimetière pour tenir la cérémonie est symbolique : entre 1799 et 1854, le cimetière catholique Saint-Antoine a abrité les sépultures de plusieurs milliers de Montréalais, dont les victimes des épidémies de choléra et de typhus. La cérémonie de 2011 est dédiée à la mémoire des défunts de ce cimetière.

La cérémonie propose une réflexion sur le thème de la mort et de l’enterrement. Les traditions mexicaines et québécoises par rapport au trépas sont abordées : une mise en scène présente à la fois un cortège funéraire portant un cercueil, pour évoquer les traditions funéraires québécoises, ainsi qu’un cortège mexicain honorant le défunt à côté de sa tombe. Plusieurs artistes, dont l’ensemble musical MiàSol, les groupes de musique mexicaine Yohualichan et SonSuRyLuna, et les ballets Nadxieli, participent aussi à l’événement festif. Mariana Castellanos note la grande participation des membres de la communauté mexicaine de Montréal lors de cette première édition montréalaise de la fête des Morts. Selon elle, la rencontre autour du thème de la mort et des pratiques funéraires constitue un point de jonction important pour favoriser le dialogue entre les différentes communautés culturelles.

La fête des Morts depuis 2013

Fête des Morts

Squelette décoré tenant l'affiche de la Fête des Morts 2014
Photo de Francisco Salazar

Après une pause en 2012, la célébration de la fête des Morts reprend, sous différentes formes. En 2013, une seconde édition de la fête des Morts est célébrée à Montréal. Engagée par le consulat du Mexique, Mariana Castellanos est chargée de s’occuper de la préparation de l’autel de la fête des Morts. Elle organise aussi en parallèle d’autres activités liées à cette fête, dont des ateliers culinaires et un projet de réflexion autour de la mort avec le salon funéraire Memoria. Agissant de manière indépendante en 2014, Mariana organise des activités autour du thème de la mort avec la communauté haïtienne. Cette année-là une exposition est présentée à l’Artothèque sous le titre Offrandes : trois façons de vivre la mort, Québec, Mexique et Haïti. Cette exposition propose des œuvres qui évoquent les différentes traditions funéraires des trois pays. Une journée d’étude sur le thème de la mort accompagne les festivités. L’année suivante, une exposition-parcours évoquant les processions funéraires à l’Artothèque, une conférence à la crypte du Musée Marguerite Bourgeoys et un atelier de confection de crânes en sucre pour les enfants sont proposés dans le cadre de l’événement au début du mois de novembre. En 2016, l’Écomusée de l’Au-Delà, une fédération qui fait la promotion de la conservation, de la restauration et de la sauvegarde des cimetières, prend le relai. L’Écomusée propose un brunch des Morts qui, à la fois, souligne le 25e anniversaire de l’institution et propose plusieurs conférences autour des traditions funéraires dans le cadre de la fête des Morts.

Fête des Morts

Enfants décorant des crânes pour la Fête des Morts
Photo de Francisco Salazar
Les festivités entourant la célébration de la fête des Morts à Montréal depuis 2011 ont permis de faire mieux connaitre aux Montréalais les traditions funéraires mexicaines, mais aussi de s’interroger sur d’autres pratiques, dont les traditions québécoises et haïtiennes, et sur leur transformation au fil du temps.

Références bibliographiques

CATELLANOS, Mariana. Dossier de recherche pour la préparation de la Fête des morts 2011, Centre d’histoire de Montréal, 2011.

QUÉBEC. Ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles. Portrait statistique de la population d’origine ethnique mexicaine recensée au Québec en 2011, Direction de la recherche et de l’analyse prospective, [En ligne], 2014.
http://www.quebecinterculturel.gouv.qc.ca/publications/fr/diversite-ethn...