Un site du Centre d'histoire de Montréal

José-Louis Jacome, une enfance d’immigrant à Montréal

18 décembre 2019

José-Louis Jacome nous entraîne dans les quartiers de la Petite Italie et de Villeray où, enfant immigrant, il a vécu ses premières expériences montréalaises.

En 2018, le Centre d’histoire de Montréal a rencontré José-Louis Jacome, Montréalais d’origine açorienne, qui nous emmène dans les quartiers de son enfance. Au travers de cette promenade, il décrit comment un jeune immigrant s’intègre à la société québécoise.

Mémoires des Montréalais : José-Louis Jacome et les quartiers de sa jeunesse

Mémoires des Montréalais : José-Louis Jacome et les quartiers de sa jeunesse

Une production du Centre d’histoire de Montréal.

Réalisation: 
Stéphanie Lessard-Bérubé

Au cours d’une balade dans les quartiers Petite-Patrie et Villeray, José-Louis Jacome raconte ses premiers jours et premières années à Montréal. Il nous entraîne vers les logements qu’il a habités, les écoles qu’il a fréquentées, le parc où il a tant joué…

Au travers de ces souvenirs d’enfance, José-Louis explique les chocs qu’il a vécus : habiter au troisième étage, ne parler aucun mot de français quand il est arrivé à l’école, être le seul immigrant dans sa nouvelle classe. Mais aussi les bonnes surprises, comme découvrir une table familiale couverte de nourriture.

José-Louis Jacome décrit aussi les repères que sa famille a trouvés dans le quartier, dans la ville : la rue Dante, les fêtes religieuses italiennes semblables aux fêtes catholiques des Açores, le jardin potager, les commerces portugais du quartier Saint-Louis, la verdure du parc Jarry, l’achat de volaille vivante au marché Jean-Talon. Ces petites choses du quotidien ont maintenu un lien avec les origines de la famille tout en facilitant son intégration à la métropole montréalaise.

Merci à la Société d’histoire nationale du Canada pour sa contribution financière pour le tournage et le montage de cette entrevue.

Référence bibliographique

JACOME, José-Louis. D’une île à l’autre. Fragments de mémoire, Montréal, autoédition, 2018, 255 p.