Localisation

Légende : Vue de Montréal depuis le fleuve et l’extrémité est du Vieux-Port.
Source : Ville de Montréal, Direction du greffe, Section des archives
Credit : Ville de Montréal, Caroline Durocher, 2005

Une montagne sur l’île de Montréal

L’île de Montréal fait partie de l’archipel d’Hochelaga, un ensemble de 325 îles naturelles ou naturalisées situées dans la plaine laurentienne, à l’endroit où le fleuve et la rivière des Outaouais se rencontrent. Le mont Royal est la seule élévation de tout l’archipel.

Les trois collines du mont Royal. Schéma morphologique.

Localisée au centre de l’île, dans sa partie méridionale, la montagne présente trois sommets, ou collines selon les sources : au nord, le sommet Outremont (211 m) – aussi appelé le mont Murray; à l’ouest le sommet Westmount (201 m) et à l’est, le sommet Mont-Royal, qui culmine à 233 m.

La montagne offre des vues imprenables sur Montréal, le fleuve Saint-Laurent et les territoires environnants, dont les collines Montérégiennes au sud.

Les « Montérégiennes » désigne neuf collines (mont Royal, mont Saint-Bruno, mont Saint-Hilaire, mont Rougemont, mont Saint-Grégoire, mont Yamaska, mont Shefford, mont Brome et mont Mégantic) et deux dépressions (Oka et Saint-André), alignées sur un même axe, qui se distinguent par leur formation rocheuse différente, constituée de roches intrusives de l’âge du Crétacé, provenant de montées de magma dans la croûte terrestre au-dessus d’un point chaud. L’évaluation du nombre de collines montérégiennes varie selon les sources documentaires et les groupes d’acteurs.