Traces. Lieux. Mémoires.


1760-1849 : Consolidation


Bien que le français soit la langue presque universellement parlée, la plupart des journaux, les affiches, et jusqu'aux enseignes des marchands français sont en anglais. […] C'est véritablement la classe dirigeante du Canada. Je doute qu'il en soit longtemps ainsi.

Alexis de Tocqueville, Voyages en Sicile et aux États-Unis, 1831.

Années 1750 : les guerres européennes trouvent écho dans les Amériques. 1760 : devenue britannique, Montréal se transforme à nouveau. Anglaise de langue et d’architecture, canadienne-française, irlandaise et écossaise par ses habitants, elle devient la capitale économique du Canada.

Un événement marquant (en baladodiffusion dans l'exposition)

1849 : Le parlement brûle

Le soir du 25 avril 1849, une foule en colère met le feu au parlement du Canada-Uni (la partie sud actuelle du Québec et de l’Ontario) pour protester contre l’adoption d’une loi. Les émeutiers sont des tories, membres du parti politique des marchands britanniques, un parti conservateur. Depuis la mise en place d’un gouvernement responsable, ils ont perdu leur pouvoir politique. Ils se sont retrouvés dans l’opposition. Le parlement était situé juste en face du Centre d’histoire de Montréal.

Que reste-t-il de cette époque?

L’église Notre-Dame

L’actuelle église Notre-Dame est la deuxième à porter ce nom. Elle a été construite pour remplacer la vieille église du 17e siècle (1672 à 1830), qui était là où passe aujourd'hui la rue Notre-Dame. La construction de la nouvelle église de la paroisse dure cinq ans, de 1824 à 1829. L’église est inaugurée sans ses tours, qui sont construites entre 1841 et 1843. L’église est élevée au rang de basilique (titre accordé par le pape à certaines grandes églises) en 1982.