Apprentis historiens


Charles McKiernan dit Joe Beef

Il existe dans toutes les villes des personnages qui se démarquent par leur originalité ou leurs activités. Charles McKiernan est un de ceux-là. Généreux, flamboyant et coloré sont quelques-uns des qualificatifs qui s'appliquent à ce personnage plus grand que nature. Mais si sa personnalité fait de lui un personnage unique, c'est aussi l'auberge qu'il tenait dans le Vieux-Montréal qui a fait de lui un monument de l'histoire populaire montréalaise.

Originaire d'Irlande, né en 1835, Charles McKiernan s'enrôle dans le Royal Regiment of Artillery de l'armée britannique et participe à la guerre de Crimée (1854-56) en tant que cantinier. Son surnom, Joe Beef, lui vient d'ailleurs de là : lorsque les rations se faisaient maigres, il parvenait toujours à dénicher quelques morceaux de viande pour la troupe. Cette réputation l'a accompagné jusqu'ici lorsqu'il a été affecté à Montréal vers 1864. Il s'occupe de la cantine militaire de l'île Sainte-Hélène jusqu'en 1868, année où il obtient sa décharge de l'armée. Il ouvre alors la Joe Beef's Canteen, qui allait rapidement être connue de tous les marins du monde.

D'abord située sur la rue Saint-Claude près du marché Bonsecours et du port, la taverne de Joe Beef s'installe en 1875 sur la rue de la Commune à l'angle de la rue de Callière. Cet établissement aurait pu ressembler à n'importe quel autre, mais c'était sans compter sur la personnalité de Joe Beef. Véritable personnage, il a le calembour facile, la voix tonnante, et le cœur aussi grand que son ours dressé à se mettre debout pour calmer les clients au boc toujours vide. Mijote en permanence dans des chaudrons de 60 gallons, quelque ragoût à 15 sous le bol. À l’étage, 200 lits sont pareillement accessibles : Joe Beef ne refuse jamais le gîte et le couvert à qui ne peut payer. Mais silence après 11h! Joe Beef s'attire encore plus la sympathie des gens lorsqu'il aide, en 1877, les ouvriers du canal Lachine en grève. Il les soutient et leur fournit 3 000 pains et 500 gallons de soupe. Mais la générosité de Joe Beef attire des critiques. Car s'il est si généreux, il est loin d'être un homme pieux. Harcelé sa vie durant par la police, l’évêque et les ligues anti-alcooliques, il aura, à sa mort en 1889, des funérailles publiques – commerces spontanément fermés. À la tienne, Joe.

 

Liens vers d'autres sites intéressants sur Charles McKiernan

• Le patrimoine du Vieux-Montréal en détail sur le site officiel du Vieux-Montréal :
http://www.vieux.montreal.qc.ca/inventaire/fiches/fiche_pers.php?id=390


Information complémentaire sur l'époque du personnage (pour l'activité après la visite au musée)

• Le patrimoine du Vieux-Montréal en détail sur le site officiel du Vieux-Montréal :
http://www.vieux.montreal.qc.ca/inventaire/fiches/periode.php?per=4 
Et cliquez sur "Synthèse historique de la période".

Joe Beef, de son vrai nom Charles McKiernan, est connu des marins du monde entier à l'époque.


Source de l'image :
Hebdomadaire Le canard, 28 décembre 1878, Bibliothèque et Archives nationales du Québec. http://collections.banq.qc.ca/ark:/52327/1776227

Charles McKiernan

Image en haute rsolution

4,2 Mo - 4115 x 5632 pixels