Bienvenue dans l'encyclopédie du MEM - Centre des mémoires montréalaises

Fil de tendresse, fio de ternura

D’une émotion est né un projet sur la relation entre grands-parents et petits-enfants originaires du Portugal et vivant à Montréal. Leurs témoignages sont à la fois intimes et universels.

Le dossier Fil de tendresse, fio de ternura du site Mémoires des Montréalais dévoile les documents produits pour l’exposition du même nom, présentée par le Centre d’histoire de Montréal du 1er février au 14 mai 2017. Il contient un texte de fiction, des textes témoignages accompagnés de photographies, trois vidéos présentées dans deux textes distincts et un article sur la genèse et la teneur de l’exposition comprenant une vidéo best of.

L’événement déclencheur de l’élaboration de cette exposition remonte à l’automne 2015. À l’écoute d’un texte écrit par un Luso-Canadien, Joaquina Pires, une Luso-Montréalaise fortement impliquée auprès des immigrants, est submergée par une immense émotion. Elle raconte ainsi cette prise de conscience :

« Par un bel après-midi d’automne 2015, j’ai assisté à une manifestation littéraire, un Café avec des lettres, rassemblant des passionnés de la langue portugaise. Nous avons eu le privilège de rencontrer quelques auteurs luso-canadiens de Toronto. Chacun à sa manière nous a captivés. Cependant, lors de la lecture du texte d’Emanuel Melo, Avó lives alone (Grand-maman vit seule), j’ai été prise par une émotion tellement forte que je n’ai pu contenir mes larmes.

Les jours suivants, les paroles d’Emanuel résonnaient dans ma tête, et j’étais habitée par de nombreuses images de personnes âgées de ma communauté vivant la grande solitude qu’il avait décrite. J’éprouvais de la colère et je sentais le besoin de vérifier si ma réaction était justifiée.

J’ai donc appelé deux amis, Fernando dos Santos, photographe, et Francisco Peres, vidéaste, pour leur proposer d’aller à la rencontre de grands-parents et de petits-enfants luso-montréalais et de capter des regards, des gestes, des mots qui pourraient soulager ce moment de souffrance. »

Cette démarche a conduit à l’exposition Fil de tendresse, fio de ternura, puis au dossier de Mémoires des Montréalais. Pertinemment, Joaquina Pires constate que « des événements, et même des projets, naissent d’une émotion ».

 

Salle d’exposition montrant deux murs avec des photos en noir et blanc, des panneaux de texte, un écran et deux personnes, debout, qui la visitent.
Projets et coulisses

Un portrait authentique de la relation grands-parents–petits-enfants, révélateur pour tous, est dressé par une exposition

1 vidéo