Un site du Centre d'histoire de Montréal

L’édifice Robillard : premier cinéma du Canada

21 janvier 2016
Temps de lecture

Dévasté par un incendie en 2016, l’édifice Robillard avait une valeur patrimoniale indéniable. De 1896 à 1897, il avait abrité la première salle exclusivement cinématographique du Canada.

Édifice Robillard, mai 2016

Édifices commerciaux sur le boulevard Saint-Laurent au nord de Viger.
Photo de Denis-Carl Robidoux, Centre d'histoire de Montréal.

C’est sur le boulevard Saint-Laurent, juste au nord de l’avenue Viger, dans le Quartier chinois, qu’était situé l’édifice Robillard, un bâtiment commercial de quatre étages qui cachait bien son exploit, celui d’avoir abrité la première projection cinématographique intérieure à Montréal, le 27 juin 1896.

Le 17 novembre 2016, plus de 120 pompiers sont dépêchés pour combattre le feu qui s’est emparé du bâtiment. Malgré leurs efforts, les flammes le ravagent totalement, et ses ruines sont par la suite rasées pour des raisons de sécurité. Vacant depuis des années au moment des faits, l’édifice faisait l’objet de rénovations qui avaient été suspendues en avril 2016.

Au micro de Radio-Canada, Dinu Bumbaru, directeur des politiques d’Héritage Montréal, déclare que « l’édifice était un morceau très important de l’histoire du XIXe siècle », que sa valeur historique ne se mesure pas et qu’un tel bâtiment patrimonial ne se remplace pas. Selon M. Bumbaru, l’édifice Robillard, doté d’une très belle architecture, témoignait de la reconstruction du boulevard Saint-Laurent à la fin du XIXe siècle.

Le bâtiment n’attirait pas le regard a priori, camouflé en quelque sorte par son voisin plus grand et légèrement plus haut, un bâtiment commercial de six étages – le sixième étage étant toutefois un peu en retrait – construit en 2009, l’immeuble Swatow. L’édifice Robillard avait pourtant une valeur historique et patrimoniale indéniable. Il avait été construit dans un secteur en plein développement à la fin du XIXe siècle, qu’on ne nommait pas encore le Quartier chinois et où la bourgeoisie francophone marquait sa présence, avec entre autres la construction du Monument-National, au même moment et dans un style semblable, juste un peu au nord. L’édifice Robillard était l’œuvre des architectes montréalais Daoust et Gendron, actifs sur cette portion de rue en 1889 et 1890, car ils y ont laissé deux autres immeubles en héritage, soit l’édifice Brunet et l’édifice Drapeau et Savignac, aux 1068-1074 et aux 1076-1080, boulevard Saint-Laurent, dans le même style, avec des arcs en plein cintre, de larges ouvertures et une structure à composantes de fonte.

Spectacles et « curiosités »

Édifice Robillard 1921

Boulevard Saint-Laurent en direction nord, prise à partir de la rue Vitré (aujourd'hui l'avenue Viger). On peut remarquer sur le flanc gauche une succession d'édifices abritant différents commerces dont l’édifice Robillard.
St. Lawrence looking North from Vitre . 26 mai 1921, Archives de la Ville de Montréal, VM98-Y_1P018.
Le bâtiment abrite le Gaiety Museum and Theatorium en 1891. Comme tous les établissements du genre, il compte une salle des « curiosités » – essentiellement des personnages de cire à la manière du musée Grévin – et une petite scène où se produisent des artistes américains de variétés : chanteurs, danseurs, musiciens, prestidigitateurs, comédiens. La salle compte près de 300 places.

Quatre ans plus tard, l’établissement change de propriétaire et de nom. La galerie de « curiosités » est délaissée, et il devient un théâtre de variétés et de vaudeville américain sous le nom de Palace Theatre. C’est à ce moment qu’il entre véritablement dans l’histoire montréalaise du spectacle. En effet, le 27 juin 1896, le Français Louis Minier, concessionnaire du célèbre cinématographe des frères Lumière, y réalise la première projection cinématographique en salle au Canada. Montréal inaugure donc le cinématographe deux jours avant New York et à peine six mois après Paris. Il s’agit bien de la première projection en salle puisqu’une expérience similaire avait été tentée en mai 1896 à l’extérieur, juste à côté du Palace, dans la cour de l’hôtel voisin, aujourd’hui disparu.

Pendant quelques mois, en 1896 et en 1897, l’édifice devient la première salle exclusivement cinématographique du Canada. Les aléas de l’industrie cinématographique ne permirent pas le maintien de la salle qui redevint un théâtre, puis abrita une centrale téléphonique – l’une des plus vieilles de Montréal – et enfin des magasins.

Cet article est paru dans le numéro 39 du bulletin imprimé Montréal Clic, publié par le Centre d’histoire de 1991 à 2008. Il a été mis à jour à la suite de la destruction de l’édifice Robillard en 2016.

Références

ICI RADIO-CANADA. « Un bâtiment patrimonial du quartier chinois de Montréal détruit par un incendie », [En ligne], Ici Radio-Canada, 18 novembre 2016.
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1000529/incendie-batiment-patrimoni...

NORMANDIN, Pierre-André. « Incendie dans le Quartier chinois. Le SPVM a ouvert une enquête criminelle », [En ligne], La Presse, 18 novembre 2016.
http://plus.lapresse.ca/screens/01cac0fe-f1d5-4e5f-b332-3f136a623cd1__7C...