Un site du Centre d'histoire de Montréal

Imprévisible docteur Bethune!

Chirurgien, humaniste, communiste, artiste, les rôles du docteur Bethune sont innombrables. Enthousiaste, héroïque, dérangeant, il est célébré en Chine, mais quelque peu oublié dans son pays natal.

Les Chinois le vénèrent. Les Canadiens en ont fait leur ambassadeur posthume. Pourtant, les Québécois connaissent à peine leur concitoyen d’adoption. Son époque fut violente et mouvementée : guerres mondiales, crise économique, guerres civiles, épidémies, instauration du fascisme et du communisme. Le docteur Béthume l’a vécue pleinement, car, personnage haut en couleur, il a connu de multiples vies.

Né en 1890 en Ontario, Norman Bethune est le fils d’un révérend presbytérien et d’une missionnaire. De 1912 au début des années 1920, il est alternativement étudiant en médecine au Canada et en Grande-Bretagne, et soldat, blessé dans le conflit mondial. Le chirurgien est aussi un homme amoureux. Il épouse par deux fois Frances Campbell Penney, et, malgré un double divorce, il lui reste très attaché. Quelques années plus tard, il tombe follement amoureux de la peintre montréalaise Marian Dale Scott, qui sera son âme sœur.

Bien malgré lui, le médecin devient un patient. En effet, alors qu’il exerce à Détroit, Bethune apprend qu’il est atteint de tuberculose. Guéri, il s’installe en 1928 à Montréal pour travailler avec un pionnier canadien de la chirurgie thoracique. Bethune se hisse rapidement au sommet de sa profession : il est nommé chirurgien à l’Hôpital Sacré-Cœur et élu au conseil de l’Association américaine pour la chirurgie thoracique. À Montréal, Bethune exprime également une tout autre facette de sa personnalité : le voici artiste! Il côtoie les figures pionnières de l’art moderne au Canada. Doué pour la peinture et l’écriture, il considère que son inventivité s’exprime autant en médecine qu’en art.

Durant la même période, Bethune, l’humaniste, s’engage socialement auprès d’une école d’art pour enfants défavorisés et d’une clinique pour les familles des chômeurs. Puis, en 1935, il participe à un congrès international de médecine en URSS. Sa conversion idéologique est en cours, il adhère au Parti communiste. En 1936, touché par la guerre civile espagnole, Bethune travaille comme médecin aux côtés des forces républicaines antifranquistes.

En 1937, Bethune, le communiste, prend conscience du conflit majeur qui oppose le Japon et la Chine, et s’embarque pour l’Asie. Après une rencontre avec Mao Zedong, il mobilise sans relâche son expérience de terrain. Mais, en 1939, il décède d’une septicémie. Des milliers de soldats et de civils pleurent alors sa mort, et Mao publie un texte célébrant son action. Encore aujourd’hui, sa mémoire est honorée dans l’empire du Milieu.

Plusieurs fois dans sa vie, Bethune, le médecin bon vivant, le bohème, aurait pu choisir la facilité et le confort. L’homme d’action a plutôt opté pour l’engagement, le communisme et le combat, ne laissant personne indifférent sur son passage.

Ce dossier regroupe des articles réalisés avec le matériel de l’exposition Les aventures de l’imprévisible Dr Bethune présentée par le Centre d’histoire de Montréal du 17 novembre 2009 au 29 août 2010.