Un site du Centre d'histoire de Montréal

Emily Coonan, de Pointe-Saint-Charles aux musées d’art

30 novembre 2017
Temps de lecture

Emily Coonan (1885-1971), peintre canadienne reconnue pour ses portraits et paysages modernistes, a grandi et vécu à Pointe-Saint-Charles.

1885 : Naissance d’Emily Coonan à Pointe-Saint-Charles

Emily Coonan - œuvre

Peinture d’Emily Coonan représentant une femme en noir et blanc
Musée McCord. VIEW-14005.

Emily Coonan naît à Pointe-Saint-Charles en 1885 de parents irlandais catholiques. Elle aurait grandi dans la maison familiale de l’ancienne rue de la Ferme (Farm Street), située entre les rues Wellington à l’est, De Condé à l’ouest et Saint-Patrick au nord. Son père, William Coonan, travaille à l’époque comme machiniste pour la compagnie ferroviaire du Grand Tronc, installée à l’extrémité est du quartier. Dans sa jeunesse, Emily fréquente l’académie Sainte-Anne, située dans la rue McCord (aujourd’hui de la Montagne). Malgré de modestes revenus familiaux, les parents d’Emily tiennent à investir dans des cours d’arts et de musique pour leurs enfants. Ainsi, très tôt, Emily Coonan est exposée au monde artistique et littéraire.

Une carrière remarquable

Emily Coonan - Musée des beaux-arts du Canada

Oeuvre Le ballon vert d'Emily Coonan
Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa. No 1706.
Déjà à la fin des années 1890, elle entame des études au Conseil des arts et manufactures du Québec. De grands noms du monde artistique, comme Edmond Dyonnet, lui enseignent la peinture. Entre 1905 et 1917, elle fréquente la Art Association of Montreal, société précurseure du Musée des beaux-arts de Montréal. Dès les années 1910, ses œuvres attirent l’attention des critiques d’art. Le Daily Herald la qualifie en 1913 de « prodige de Pointe-Saint-Charles ». Trois années consécutives, en 1914, 1915 et 1916, elle est lauréate du Women Art’s Society Prize. Elle reçoit également en 1914 une bourse de 1000 dollars lui permettant d’aller étudier en Europe. Au tout début des années 1920, Emily Coonan se joint au Beaver Hall, un important regroupement d’artistes modernistes. Coonan se distingue des autres femmes du groupe en raison de ses origines : la plupart sont protestantes et proviennent de milieux aisés.

À partir de 1933, cependant, Coonan travaille seule et se concentre par la suite sur des œuvres impressionnistes, inspirées des paysages du fleuve Saint-Laurent. Emily Coonan meurt en 1971 à Montréal, après avoir passé une bonne partie de sa vie dans la maison familiale de la rue de la Ferme. Ses œuvres sont désormais exposées dans les grands musées d’art canadiens, notamment au Musée des beaux-arts du Canada.

Contribution à la recherche : Société d’histoire de Pointe-Saint-Charles.

Références bibliographiques

WALTERS, Evelyn. The Women of Beaver Hall: Canadian Modernist Painters, Toronto, Dundurn Press, 2005, 192 p.

WALTERS, Evelyn. The Beaver Hall Group and Its Legacy, Toronto, Dundurn Press, 2017, 183 p.