Un site du Centre d'histoire de Montréal

Claire Morissette, la grande dame du vélo urbain

15 novembre 2017
Temps de lecture

Écologiste, féministe et militante visionnaire de la cause cycliste, Claire Morissette a contribué de façon remarquable au développement du transport à vélo à Montréal.

« La bicyclette était auparavant considérée comme un jouet. Elle a maintenant obtenu ses lettres de noblesse. Ce n’est pas là une raison pour qu’elle cesse d’être amusante. » — Claire Morissette, 1994

Le nom de Claire Morissette n’évoque rien du tout pour bien des Montréalais. Pourtant, tous les amateurs de vélo en ville profitent de l’héritage laissé par cette pionnière du militantisme cycliste et de ses joyeux compagnons de lutte. La prochaine fois que vous emprunterez la piste cyclable du boulevard De Maisonneuve, au centre-ville, remarquez sa signalisation…

Une militante qui passe à l’action

Monde à Bicyclette - Claire Morissette et Robert Silverman

Claire Morissette et Robert Silverman à un kiosque extérieur « Pédalez au travail ».
Archives Le Monde à Bicyclette (Cyclo Nord-Sud).
Le Monde à Bicyclette (MAB) existe à peine depuis quelques mois lorsque Claire Morissette joint ses rangs en décembre 1975. Elle rencontre Robert Silverman au square Saint-Louis (carré Saint-Louis) lors d’un événement où plusieurs groupes militants prennent la parole et exposent leur travail. Robert y représente le MAB. Ses propos piquent la curiosité de Claire qui décide de rencontrer ce groupe militant cycliste et écologiste montréalais, puis de s’y engager à fond. Silverman sera son complice « vélorutionnaire » pendant plus de 20 ans.

Claire devient l’une des figures de proue de l’organisme, dont elle assure la coordination durant plus de 15 ans. Elle publie régulièrement des articles dans le journal du MAB, met au point et participe à de nombreux « cyclodrames », parlemente avec des politiciens et s’adresse aux médias. Le MAB est l’organisation idéale pour mettre de l’avant ses idées, qui visent à faire de Montréal une véritable ville cyclable où le vélo, véhicule écologique par excellence, aurait sa juste place.

Avec les années et le gain en popularité de la bicyclette, les actions du MAB portent fruit. Les pistes cyclables se développent, le vélo fait son entrée dans le métro et les stationnements pour bicyclettes se multiplient. Claire Morissette s’implique particulièrement dans la campagne pour la création d’un passage cycliste vers la Rive-Sud. Grâce à son travail acharné, le fameux chaînon manquant voit enfin le jour, reliant Montréal et Saint-Lambert en passant par le pont de la Concorde et l’île Notre-Dame.

Deux roues, un avenir, un ouvrage marquant

Le Monde à Bicyclette - Claire Morissette

Claire Morissette est traînée au sol par deux policiers.
Archives Le Monde à Bicyclette (Cyclo Nord-Sud).
Ses nombreux articles publiés dans le journal du MAB, de même que son quotidien de militante, font de Claire Morissette une spécialiste autodidacte de la cause cycliste. Ceci lui vaut d’être sollicitée par la maison d’édition montréalaise Écosociété, qui souhaite publier un livre sur les bienfaits sociaux et environnementaux de la bicyclette. Après une année de recherche, de réflexion et de rédaction, Deux roues, un avenir paraît en 1994.

Le livre vante les vertus du vélo, retrace son histoire et celle des luttes cyclistes. On y trouve aussi bien une réflexion sur le « cycloféminisme » que des conseils techniques sur la mécanique, la conduite en ville et la pratique du vélo en hiver. Avec un style personnel et résolument engagé, l’ouvrage devient une référence pour qui s’intéresse à la bicyclette et à l’histoire du militantisme cycliste. En 2009, Écosociété réédite Deux roues, un avenir dans sa collection Retrouvailles, qui regroupe les classiques de la maison d’édition.

De Communauto à Cyclo Nord-Sud

Claire Morissette

Claire Morissette en entrevue avec CKVL
Archives Le Monde à Bicyclette (Cyclo Nord-Sud).
La rédaction de son livre amène Claire Morissette à se pencher sur les solutions aux problèmes causés par l’automobile. Au cours de sa recherche, elle découvre les coopératives de partage de voitures qui existent déjà en Suisse et en Allemagne. Cette piste la mène ensuite à Québec, en 1994, où Benoît Robert est en train de mettre sur pied un système semblable d’autopartage. Séduite par l’idée, elle communique avec lui et devient sa partenaire d’affaires : Benoît développe la succursale Communauto de Québec et Claire, celle de Montréal.

Après cette incursion dans l’univers automobile, la cycliste prend une année sabbatique et revient à son amour du vélo. Une idée, inspirée par les groupes américains Bikes Not Bombs et Pedals for Progress, commence à prendre forme. Encore une fois, la rédaction de Deux roues, un avenir l’a mise sur une piste prometteuse : l’expédition de bicyclettes usagées vers des pays du Sud.

Claire Morissette

Claire Morissette s'adresse aux médias, à l'extérieur. Elle tient sa bicyclette.
Archives Le Monde à Bicyclette (Cyclo Nord-Sud).
Au cours de sa recherche, Claire Morissette prend conscience des énormes avantages de posséder un vélo dans un pays pauvre. Et ceci est particulièrement vrai en ce qui concerne les femmes, qui écopent souvent du transport des marchandises. Cyclo Nord-Sud voit le jour en 1999. L’organisme, dont la mission est de revaloriser des vélos pour transformer des vies, récupère des bicyclettes inutilisées au Nord pour les envoyer dans le Sud. Depuis sa fondation, l’organisme de bienfaisance a expédié plus de 57 000 vélos dans une vingtaine de pays d’Afrique et d’Amérique latine, dont le Burkina Faso, le Bénin, le Togo, le Guatémala, Haïti et Cuba.

La bicyclette peut jouer un rôle clé dans le développement durable des pays pauvres, particulièrement dans les zones rurales. Écologique, résistante et peu coûteuse à réparer, elle transporte 10 fois son propre poids et roule pendant plus de 20 ans, sans consommer de pétrole. Dans les pays du Sud, chaque vélo est souvent utilisé par 5 à 10 personnes. Il permet de se rendre au travail ou à l’école, de transporter des personnes et des marchandises, et de générer des revenus.

Cyclo Nord-Sud met de l’avant des valeurs chères à Claire Morissette : la justice sociale, l’autonomisation, l’engagement citoyen et collectif, ainsi que la mobilité durable. L’organisme remporte plusieurs prix, dont le Phénix de l’environnement, catégorie réemploi des matières résiduelles, en 2005, et le prix Thérèse-Daviau en 2007.

La piste cyclable Claire-Morissette, une reconnaissance bien méritée

Claire Morissette

Claire Morissette, assise dans l'herbe, sourie au photographe
Archives Le Monde à Bicyclette (Cyclo Nord-Sud).
Le prix Thérèse-Daviau de 2007 est aussi décerné à Claire Morissette, à titre posthume. La militante rend son dernier souffle le 20 juillet 2007, âgée d’à peine 57 ans, après une longue lutte contre le cancer. L’année suivante, la Ville de Montréal lui rend hommage en donnant son nom à la piste cyclable du boulevard De Maisonneuve, qui traverse le centre-ville d’est en ouest.

La Ville souligne ainsi sa contribution exceptionnelle au développement du réseau de voies cyclables. Cette reconnaissance inscrite dans la trame urbaine de Montréal permet de garder vivante la mémoire de cette militante hors du commun.

Référence bibliographique

MORISSETTE, Claire. Deux roues, un avenir, Montréal, Les éditions Écosociété, collection Retrouvailles, 2009, 263 p.

D’où viens-tu Claire Morissette?

Ce poème a été écrit par Robert Silverman pour Claire Morissette.

« Tu es née là où la rivière Outaouais entre dans le fleuve St-Laurent.
Ensuite, tu as vécu à Lacolle, Drummondville et Québec.
Puis finalement Montréal, où je t’ai rencontrée au carré St-Louis!
Mais d’où viens-tu réellement?
Des palais de Versailles ou encore des étoiles lointaines,
un jour tu me diras. »

Femme bionique de notre temps

« Spécialiste de l’impossible,
Génie sans diplôme,
Jeanne d’Arc à bicyclette,
Claire Morissette, je t’aime. »