Un site de la Ville de Montréal

Les membres de l'Ordre

Quelle que soit leur sphère d’activité, les membres de l’Ordre de Montréal partagent un même souci d’excellence. Ce sont des femmes et des hommes d’exception, qui contribuent à rendre notre monde meilleur et inspirent la fierté montréalaise.

Doudou Boicel

Rouè-Doudou Boicel

Chevalier
2018

Formidable promoteur culturel, l’impresario Rouè-Doudou Boicel a contribué à faire de Montréal une destination de prédilection pour les artistes de jazz et de blues les plus célèbres au monde. De 1975 à 1992, il a réussi à attirer de véritables légendes à son club, le Rising Sun.

M. Boicel a quitté sa Guyane natale à l’âge de 23 ans. Après avoir vécu plusieurs années en Europe, il est arrivé au Québec en 1970. Issu d’un milieu modeste, ce peintre et poète a aussitôt désiré s’engager envers les enfants et les adolescents défavorisés. Ainsi, il a dirigé de 1971 à 1975 le Centre de Visosonie, qui offrait diverses activités artistiques aux jeunes du quartier Centre-Sud de Montréal. 

Il s’est ensuite investi d’une nouvelle mission : promouvoir le jazz, à une époque où plusieurs croyaient que cette musique avait connu ses derniers jours de gloire. Déterminé à prouver le contraire, il a fondé en 1975 la boîte de nuit Rising Sun, au slogan évocateur : « Le jazz n’est pas mort ». 

Braquant d’abord ses projecteurs sur les musiciens d’ici, le local chaleureux de la rue Sainte-Catherine Ouest s’est rapidement imposé comme un lieu de rassemblement incontournable pour les amateurs de jazz et de blues. Sa réputation s’élargissant, il a attiré des artistes canadiens et américains de plus en plus célèbres, qui en ont fait un arrêt obligé de leurs tournées.  

En 1978, M. Boicel a fondé le festival international de jazz et de blues Rising Sun Festijazz, qui a réuni des vedettes mondiales à Montréal, sur les scènes du Rising Sun et de la Place des Arts. Pendant trois ans, cet événement annuel a connu un vif succès, pavant la voie au Festival international de jazz de Montréal, qui deviendra, quelques années plus tard, l’une des plus importantes manifestations du genre. 

Ray Charles, Art Blakey, Taj Mahal, Muddy Waters, Buddy Guy, Sarah Vaughan, Dizzy Gillespie et Nina Simone, entre autres, ont foulé les planches montréalaises à l’invitation de M. Boicel, dont la vision et le dynamisme ont contribué à faire reconnaître Montréal en tant que ville de jazz et de blues. 

Lors du 20e Mois de l’histoire des Noirs, en 2011, M. Boicel s’est illustré parmi 20 personnalités dont les actions ont marqué Montréal et le Québec sur les plans social et culturel. La même année, l’arrondissement Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce l’a nommé Grand Citoyen dans la catégorie Sports et culture. En 2013, la Ligue des Noirs du Québec lui a remis le prix Mathieu Da Costa pour sa contribution à la société québécoise. En 2018, il a aussi reçu le Grand Prix Dynastie, qui récompense l’engagement exceptionnel d’un membre de la communauté noire du Québec. M. Boicel a également été honoré à New York, en Guyane française, en Afrique du Sud et au Sénégal.

Le portrait et les notes biographiques apparaissant dans cette page étaient à jour au moment de l’admission de cette personne à l’Ordre de Montréal.