Un site du Centre d'histoire de Montréal

Résultats de recherche

Réintialiser la recherche
Affichage 1 à 8 de 8 résultats
Photographie couleur de la délégation soviétique en orange paradant sur la piste du stade.

En 1976, Montréal accueille les 21e Jeux olympiques. Cet événement d’envergure mobilise une foule de travailleurs qui réussissent à tout mettre en place pour accueillir athlètes et visiteurs du monde entier.

Cyclistes sous la pluie lors du premier Tour de l’Île

Chaque année, depuis 1985, des milliers de cyclistes célèbrent la grande fête du vélo en participant au Tour de l’Île. Durant quelques heures, la voiture cède alors la place à la bicyclette.

Les floralies intérieures dans le vélodrome accueillent de nombreux visiteurs.

Les premières Floralies internationales en sol américain ouvrent à Montréal en 1980. Plus de deux millions de spectateurs profitent de ce formidable succès populaire, touristique et économique.

Pompiers au travail devant le Blue Bird

Avec un bilan de 37 victimes et des dizaines de blessés, l’incendie criminel qui a ravagé le bar le Blue Bird, une institution en 1972, est l’une des pires tragédies survenues à Montréal.

La tourbière des Floralies avec des visiteurs qui observent ou circulent sur le sentier

La transplantation d’un morceau d’écosystème nordique au sud du Québec est l’un des événements des Floralies de Montréal. En 1980, la végétation de la tourbière a séduit des milliers de visiteurs.

Photographie des deux relayeurs, vêtus de blanc, qui courent sur la piste en tenant la torche olympique.

Quelques chiffres et statistiques nous rappellent des éléments marquants des Jeux olympiques de Montréal et révèlent des réalités méconnues.

Éléments de l’église Koimisis Tis Theotokou sur le terrain nettoyé

Le 13 avril 2015, un violent incendie détruit l’église orthodoxe grecque du quartier Parc-Extension. Les paroissiens attristés témoignent de leur attachement à ce lieu de culte.

Ouvriers détruisant l'exposition Corridart.

Quelques jours avant les Jeux olympiques de Montréal, une importante exposition d’art public est démolie sans avertissement. Le maire Drapeau se justifie en parlant de danger public et d’indécence.