Un site du Centre d'histoire de Montréal

Moseley, première tannerie industrielle à Saint-Henri

06 septembre 2017
Temps de lecture

L’ouverture de la tannerie Moseley, première usine de Saint-Henri, illustre la transition des anciennes tanneries artisanales du quartier vers l’ère industrielle.

Lieu : Rue Saint-Ambroise, entre les rues Turgeon et Saint-Augustin

1859 : Ouverture de la tannerie

Aux origines de Saint-Henri-des-Tanneries

Tannerie Moseley

Plan d'assurance couleur montrant les bâtiments de la tannerie Moseley
Bibliothèque et Archives Canada. Mikan 3921191.
L’histoire du travail du cuir et des tanneries à Saint-Henri remonte au XVIIe siècle. En 1686, Jean Mouchère, André David et Jean DeDieu auraient en effet acquis une terre adjacente à l’ancienne rivière Saint-Pierre (aujourd’hui disparue) et y auraient construit la première tannerie sur l’île de Montréal. L’entreprise est rachetée par plusieurs autres commerçants dans les décennies suivantes. L’un deux, Gabriel Lenoir-Rolland, sera à la tête d’une véritable dynastie de tanneurs : tous ses fils, et certains de ses petits-fils, apprendront le métier, si bien qu’à la fin du XVIIIe siècle le secteur de Saint-Henri est connu sous le nom des « Tanneries des Rolland ». Au début du XIXe siècle, le quartier, animé par l’activité des tanneries artisanales et par la construction du canal de Lachine en 1825, est doté d’une école et d’une chapelle. La future municipalité de Saint-Henri est en formation.

La tannerie Moseley, témoin des transformations de Saint-Henri

Tannerie Moseley

Gravure d'une vue de Saint-Henri depuis la rive sud du canal de Lachine.
1er juillet 1882. Canadian Illustrated News.
La tannerie Moseley est construite aux abords du canal de Lachine, dans la rue Saint-Ambroise, en 1859. Il s’agit de la première installation industrielle sur le territoire de l’actuel quartier Saint-Henri. Aussi connue comme la « Moseley Shoe Leather Company », la tannerie se spécialise, comme son nom l’indique, dans la production de cuir verni pour les chaussures et les harnais. Alors que les anciennes tanneries sont davantage gérées par les membres d’une famille et axées sur la production artisanale du cuir, la nouvelle tannerie industrielle utilise, entre autres, la machine à vapeur et profite de l’essor manufacturier lié au canal de Lachine. En 1871, la compagnie, pour laquelle travaillent 30 employés, est la plus importante tannerie de la ville. Moseley présente même ses produits à l’extérieur du pays, notamment à la Centennial International Exhibition de Philadelphie en 1876 et à l’Exposition universelle de Paris en 1878.

À la fin du XIXe siècle, plusieurs incendies auront raison du bâtiment, qui sera finalement reconstruit en 1900. Quelques années plus tard, cependant, la compagnie semble être aux prises avec de profondes difficultés financières. On note dans le Canadian Journal of Commerce de 1907 que la Moseley Shoe Leather Company est en processus de liquidation judiciaire. Le journal Monetary Times affirme quant à lui que Edward Frank Moseley a quitté Montréal sans avoir remboursé ses dettes. Ainsi, vers 1909, la tannerie ferme définitivement ses portes.

Tannerie Moseley - Clos Saint-Ambroise

Édifice des lofts Clos Saint-Ambroise
Photo de Denis-Carl Robidoux. Centre d'histoire de Montréal.

Plusieurs compagnies occupent le bâtiment au courant du XXe siècle. Finalement, en 2004, on transforme l’édifice en un ensemble de lofts résidentiels, le Clos Saint-Ambroise. L’histoire de la tannerie Moseley illustre donc celle du quartier Saint-Henri, qui a évolué d’un passé rural et artisanal à la réalité industrielle, puis a connu la désindustrialisation et la revitalisation.

Contribution à la recherche : Société historique de Saint-Henri.

Articles recommandés

Vue aérienne de la Cité du Havre, avec Habitat 67 au premier plan, et la ville en arrière-plan.

Depuis la fin du XIXe siècle, une digue brise-glace retient les inondations printanières et protège le Vieux-Mo

Vue extérieure du Forum de Montréal et de la station de métro Atwater, situés à l’intersection des rues Atwater et Sainte-Catherine.

En 1996, après plus de 70 ans de services, le Forum cesse de vibrer au rythme des matchs de hockey.

Photographie en hauteur du quartier et du canal Lachine, vue vers le sud.

Domaine agricole sous le Régime français, Griffintown devient un des pivots de l’industrialisation montréalaise au XIX