Un site du Centre d'histoire de Montréal

L’immigration du Vietnam, du Cambodge et du Laos

02 juin 2017
Temps de lecture

Originaires de pays durement marqués par des régimes autoritaires communistes, les immigrants de l’Asie du Sud-Est apportent à Montréal un lourd bagage.

Vietnamiens - arrivée aéroport

Deux réfugiées vietnamiennes arrivent avec leurs enfants à l’aéroport de Dorval.
La Presse Canadienne / John Goddard.
Il est difficile d’identifier les premiers immigrants de l’Asie du Sud-Est à Montréal. On sait cependant que la première véritable vague d’immigration est amorcée au tout début des années 1950. La plupart de ces nouveaux arrivants sont de jeunes étudiants vietnamiens, qui poursuivent leurs études à l’Université de Montréal grâce aux bourses offertes par l’Église catholique. Certains étudiants bénéficient également du Plan Colombo, un projet qui voit le jour en 1951. Cette initiative, d’envergure internationale, avait pour objectif d’encourager le développement des pays asiatiques par l’intermédiaire de l’éducation. Ainsi, une majorité de Vietnamiens, mais aussi quelques Cambodgiens et Laotiens, poursuivent leur carrière universitaire à Montréal. Si plusieurs étudiants retournent dans leur pays natal après l’obtention de leur diplôme, bon nombre d’entre eux choisissent de s’installer à Montréal. Ils restent ainsi à l’abri des conflits militaires qui secouent alors l’Asie du Sud-Est.

Au courant des années 1960, les relations diplomatiques entre la France et le Vietnam sont considérablement réduites. Montréal devient alors l’une des villes les plus attirantes pour les étudiants vietnamiens francophones qui souhaitent poursuivre leurs études à l’étranger. En 1964, une première association étudiante vietnamienne voit le jour à l’Université de Montréal. Ce regroupement, en plus de promouvoir l’intégration dans la vie universitaire de la métropole, permet aux immigrants de tisser des liens et de célébrer leur culture. En 1975, environ 1000 immigrants de l’Asie du Sud-Est habitent Montréal.

Une vague importante de réfugiés

Famille vietnamienne

Jacques Couture, ministre de l’immigration sous René Lévesque, en compagnie d’une famille vietnamienne parrainée.
Henri Rémillard. Bibliothèque et Archives nationales du Québec. E6,S7,SS1,D790727 À 790728.
L’année 1975 marque la fin de la guerre du Vietnam et la victoire subséquente des communistes en Asie du Sud-Est. Des immigrants vietnamiens plus fortunés parviennent à quitter leur pays avant l’escalade des tensions politiques : ce sont pour la plupart des professionnels ou des fonctionnaires anticommunistes, venant de milieux urbains. Environ 4000 d’entre eux arrivent à Montréal en 1975. Ces nouveaux immigrants créent l’Association des ressortissants vietnamiens au Canada, une nouvelle organisation visant à répondre aux besoins des réfugiés.

À la fin des années 1970, les régimes communistes se consolident. L’instabilité, les conflits armés et les conditions de vie déclinantes entraînent d’importantes vagues de migrations. Environ une centaine de Laotiens arrivent à Montréal entre 1975 et 1978, fuyant la répression politique. Au Cambodge, la situation est encore plus dramatique. Le régime des Khmers rouges (1975-1979) est responsable de violences sans précédent, entraînant la mort de plus de deux millions de personnes. Environ 7000 Cambodgiens arrivent au Canada entre 1975 et 1982, s’échappant des horreurs et des injustices de la dictature. Le Vietnam vit aussi un véritable exode, qui s’intensifie avec les années. En 1977, 21 000 personnes choisissent de quitter le pays. L’année suivante, on passe à 100 000 émigrants. Le parcours difficile des boat people, qui quittent l’Asie du Sud-Est par bateau, reçoit alors une attention médiatique internationale. Le Québec accueille, de 1979 à 1981, près de 13 000 de ces réfugiés; ils s’installent pour la plupart à Montréal.

Après la crise

Pagode Quan-Am - intérieur

L'intérieur de la Pagode Quan-Am
Au courant des années 1980, un large mouvement de réunification familiale s’organise. Entre 1983 et 1986, la majorité des Vietnamiens et Laotiens qui arrivent au pays viennent rejoindre leur famille. Cette nouvelle vague d’immigration, qui s’étend jusqu’à la fin des années 1990, est caractérisée, entre autres, par l’arrivée de milliers de professionnels et intellectuels vietnamiens. Une large part de cette population vient alors d’être libérée des camps de rééducation de la classe dirigeante, installés par le régime communiste. Les années 1980 voient également la naissance de plusieurs institutions et associations importantes pour les différentes communautés. Dans Côte-des-Neiges, le quartier où vivent la plupart des immigrants vietnamiens et cambodgiens à Montréal, les épiceries, restaurants, pharmacies et commerces ethniques de tout genre se multiplient. D’impressionnants temples bouddhistes, comme la pagode Quan-Am, ou encore la pagode khmère du Canada, sont aussi inaugurés. Une ruelle est même rebaptisée « rue du Laos » en 1989, pour souligner la présence d’une nouvelle coopérative d’habitation laotienne, la coopérative Santisouk.

En 2006, Montréal compte environ 18 000 Vietnamiens, 9 000 Cambodgiens et 5 000 Laotiens. Si l’immigration en provenance de l’Asie du Sud-Est est considérablement moins significative dans les années 2000 qu’elle ne l’était auparavant, la présence de ces communautés demeure importante dans le paysage culturel de la métropole.

Références bibliographiques

CHAN, Kowk B. et Lawrence LAM. « Resettlement of Vietnamese-Chinese Refugees in Montreal, Canada: Some Socio-psychological Problems and Dilemmas », Canadian Ethnic Studies, vol. 15, no 1, 1984, p. 1-17.

DORAIS, Louis-Jacques. The Cambodians, Laotians and Vietnamese in Canada, Ottawa, The Canadian Historical Association, 2000, 36 p.

DORAIS, Louis-Jacques. Les Vietnamiens de Montréal, Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 2007, 235 p.

KENNEDY, Wayne A. Religious Imagery at the Khmer Pagoda of Canada: The Significance of Images for Education, Mémoire (M.A.), Montréal, Université Concordia, 2000, 171 p.

LAM, Lawrence. From Being Uprooted to Surviving: Resettlement of Vietnamese-Chinese ‘Boat People’ in Montreal, 1980-1990, Toronto, York Lanes Press, 1996, 200 p.

LANGLOIS-THÉRIEN, Ludovic. « À l’ombre des carmélites, un avant-goût du Laos », Le Devoir, 17 juillet 2012.

LAURENCE, Jean-Christophe. « Montréal Vietnamien : Saigon sur la main », La Presse, 20 mars 2011.

PELLETIER, Marie A. Finding Meaning in Oral History Sources through Storytelling and Religion: Case Study of Three Cambodian Refugees, Mémoire (M.A.), Montréal, Université Concordia, 2011, 95 pages.

VILLE DE MONTRÉAL. DIVISION DES AFFAIRES ÉCONOMIQUES ET INSTITUTIONNELLES. « Portraits démographiques : Coup d’œil sur les immigrants nés au Vietnam », [En ligne], 2010.
http://ville.montreal.qc.ca/pls/portal/docs/page/mtl_stats_fr/media/docu...

GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. IMMIGRATION ET COMMUNAUTÉS CULTURELLES. « Portrait statistique de la population d’origine ethnique cambodgienne recensée au Québec en 2006 », [En ligne], 2010.
http://www.quebecinterculturel.gouv.qc.ca/publications/fr/diversite-ethn...

GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. IMMIGRATION ET COMMUNAUTÉS CULTURELLES. « Portrait statistique de la population d’origine ethnique laotienne recensée au Québec en 2006 », [En ligne], 2010. [http://www.quebecinterculturel.gouv.qc.ca/publications/fr/diversite-ethn....