Un site du Centre d'histoire de Montréal

À la Pointe-Claire

14 mai 2018
Temps de lecture

Presqu’île s’avançant dans le lac Saint-Louis, la paroisse rurale de Pointe-Claire, reconnaissable à son moulin du XVIIIe siècle, a aussi accueilli un premier couvent dès 1787.

De cette presqu’île dénudée, il est possible de voir « clairement » les baies environnantes, même tard le soir, d’où son nom. Exposée aux forts vents du lac Saint-Louis, la Pointe est le lieu tout désigné pour bâtir un moulin à vent. Léonard Paillard s’en charge en 1709-1710. Ce charpentier chevronné, ayant élevé 14 moulins à vent, donne des meurtrières à celui de la Pointe, un fait particulier, car il s’agit pour la tour de faire office de redoute en cas d’attaques.

À l’usage des paysans jusqu’en 1866, le moulin est légué aux sœurs de la congrégation de Notre-Dame. Il reste un repère dans le cœur des citoyens qui en font leur emblème municipal en 1911. Il est même rénové partiellement en 1963 et en 1967. Sur les 200 moulins construits depuis la colonie française, 17 sont encore debout, dont le moulin de Pointe-Claire. Sans contredit, il s’agit d’un legs exceptionnel à protéger pour les générations futures.

Une église qui ne fait pas long feu…

Pointe-Claire

La gravure montre, en avant-plan, un quai et une embarcation où s’affaire un personnage. En arrière-plan, le moulin de Pointe-Claire, la troisième église Saint-Joachim et le couvent des sœurs de la congrégation de Notre-Dame sont visibles.
Bibliothèques et Archives nationales du Québec. BAnQ P600, S5, PIMC27.

La jolie gravure nous montre la troisième église de Pointe-Claire. Peu d’images témoignent de son existence. Pas étonnant. Son histoire fut courte et mouvementée! C’est en 1857 que la fabrique prend la décision de construire une nouvelle église. Le clocher et la toiture de la précédente menaçaient de s’effondrer, et les sépultures sous les bancs répandaient une odeur peu invitante. Les plans d’une église plus spacieuse de style néogothique sont alors dessinés par Victor Bourgeau, un architecte apprécié par le clergé. Les travaux s’amorcent en 1868. En 1870, l’entrepreneur Herménégilde Viau, considéré comme insolvable, prend la poudre d’escampette en Californie! Les travaux reprennent avec l’entrepreneur François Archambault. L’église est sur le point d’être terminée quand un incendie se déclare le dimanche de Pâques 1881. Des années d’efforts s’envolent en fumée. Heureusement, le bâtiment est assuré pour 75 000 $. Quatre ans de patience et de travaux seront nécessaires pour reconstruire sur le même site l’église actuelle.

Le couvent, un futur incertain?

Pointe-Claire - moulin et couvent

Cette carte postale colorisée montre le moulin de la Pointe-Claire, le couvent des sœurs de la congrégation de Notre-Dame et le clocher de l’église Saint-Joachim en 1906.
Société pour la Sauvegarde du Patrimoine de Pointe-Claire, Fonds Christian Paquin.
Le couvent des sœurs de la congrégation de Notre-Dame était autrefois un lieu plein de vie. Fondée par Marguerite Bourgeoys, la congrégation de Notre-Dame de Montréal s’occupe de l’éducation des jeunes filles depuis 1653. Installée à Pointe-Claire depuis 1784, l’école est reconnue en 1831 pour son excellence « par rapport à l’éducation élémentaire, à la modestie et la politesse qu’on y enseigne ». Le premier couvent construit en 1787 étant en mauvais état, les sœurs en font construire un nouveau selon les plans de Henri-Maurice Perrault, à côté du moulin, en 1867. Elles obtiennent de la fabrique l’usufruit de la Pointe. Ce chef-d’œuvre du classicisme anglais est sauvé de la destruction par des citoyens de Pointe-Claire en 1961.

Les dernières religieuses ayant quitté le couvent en 2014, la Pointe doit trouver une nouvelle vocation. Toujours vide en 2018, le bâtiment est parfois utilisé pour des tournages. Comme la Pointe est officiellement protégée depuis 2013, un potentiel acheteur du couvent, qu’il soit privé ou public, devra respecter les règles patrimoniales. C’est donc au tour de la Société pour la Sauvegarde du Patrimoine de Pointe-Claire de se mobiliser pour préserver ce lieu emblématique qui a donné son nom à la ville.

Cet article a été écrit en collaboration avec la Société pour la Sauvegarde du Patrimoine de Pointe-Claire. Il est paru dans la chronique « Montréal, retour sur l’image », dans le Journal de Montréal du 29 mars 2015, et dans le livre Promenades historiques à Montréal, sous la direction de Jean-François Leclerc, aux Éditions du Journal, en 2016.

Références bibliographiques

ARSENAULT, Claude. À la pointe claire, fascicule historique, SSPPC, 2005.

ARSENAULT, Claude. Le moulin de Pointe-Claire, 1710-2010, fascicule historique, SSPPC, 2010.

(Ces fascicules peuvent être consultés à la Société pour la Sauvegarde du Patrimoine de Pointe-Claire (SSPPC))

MONGRAIN, Guy. Le développement urbain de Pointe-Claire, une étude historique, [En ligne], Ville de Montréal, Service de la mise en valeur du territoire et du patrimoine, 2005, 56 p.
http://ville.montreal.qc.ca/pls/portal/docs/PAGE/PATRIMOINE_URBAIN_FR/ME...