Un site du Centre d'histoire de Montréal

Paul-Émile Léger : un homme et sa croisade

18 janvier 2016
Temps de lecture

À l’occasion de l’Année sainte, en 1950, Monseigneur Léger dirige une émission radiophonique quotidienne pendant un mois. Plus de 30 000 auditeurs réclameront la prolongation de cette émission.

Paul Émile Léger en 1929

Paul-Émile Léger et deux confrères sulpiciens, Irénée Sauvé et Jean Demers, à bord d’un paquebot en route pour étudier en France (1929).
Fonds photographique Cardinal Léger, Archives de l’Archevêché de Montréal.
Né à Valleyfield en 1904, Paul-Émile Léger a passé son enfance dans un petit village au sud-ouest de Montréal, Saint-Anicet. Élève au Petit Séminaire de Valleyfield à 12 ans, il dut toutefois interrompre ses études en raison de sa santé fragile. Le soir de Noël 1923, à l’âge de 19 ans, il décide de consacrer sa vie à la prêtrise. Après des études au Grand Séminaire de Montréal, il est ordonné prêtre en 1929 avant de devenir archevêque de Montréal en 1950 et finalement cardinal en 1953.

À l’occasion de l’Année sainte, en 1950, Monseigneur Léger obtient 15 minutes de temps d’antenne à la station CKAC, tous les jours pendant une période d’un mois, pour l’émission La Croisade du Rosaire, mieux connue comme Le Chapelet en famille. Les familles catholiques prennent place devant leur poste de radio, tous les soirs à 19 heures, pour réciter le chapelet diffusé de la chapelle privée de l’Archevêché de Montréal.

Paul Émile Léger - prêtres en 1929

Photographie de groupe des jeunes prêtres posant devant le séminaire à Montréal. Paul-Émile se trouve en avant au centre.
Fonds photographique Cardinal Léger, Archives de l’Archevêché de Montréal.

Un succès retentissant et soutenu

À l’approche de la fin de l’Année sainte et de l’émission, la station CKAC reçoit plus de 30 000 lettres d’auditeurs réclamant la prolongation de cette émission. Cet intérêt pour Le Chapelet en famille encourage les dirigeants de la station à poursuivre la diffusion de l’émission.

L’engouement gagna même les enfants. En 1952, Richard Arsenault, un jeune homme de 13 ans résidant sur la rue Casgrain à Montréal, construisit une grotte dans sa cour, où se réunissaient à 19 heures une soixantaine de jeunes pour réciter le chapelet. Touché par ce geste, Mgr Léger se rend dans la cour du 7635 Casgrain pour réciter le rosaire en compagnie des enfants du quartier et de la magie des ondes!

Paul Émile Léger entre 1929 et 1933

L’abbé Léger devant le Foyer de la Solitude à Issy-les-Moulineaux en France.
Fonds photographique Cardinal Léger, Archives de l’Archevêché de Montréal.

Cette grande manifestation religieuse des Canadiens français, que le cardinal Léger avait instaurée, prit fin en 1970. Le cardinal avait toutefois quitté l’antenne depuis 1967 pour se consacrer entièrement à ses œuvres en Afrique.

Décédé en 1991, Son Excellence le cardinal Paul-Émile Léger laisse aux Montréalais et Montréalaises, ainsi qu’à toute la chrétienté, le souvenir d’un modèle de dévotion humaine.

Paul Émile Léger

Photographie du cardinal Léger tenant une enfant.dans un centre.
Cardinal Léger holding a child named Lisa at the Centre for Handicapped Children in Yaoundé, par Ken Bell, vers 1971-1975, Bibliothèque et Archives Canada, PA-203443.

Cet article est paru dans le numéro 13 du bulletin imprimé Montréal Clic, publié par le Centre d’histoire de 1991 à 2008.

Références bibliographiques

ROUTHIER, Gilles. « LÉGER, PAUL-ÉMILE », dans Dictionnaire biographique du Canada, vol. 22, [En ligne], Université Laval/University of Toronto, 2003, [http://www.biographi.ca/fr/bio/leger_paul_emile_22F.html] (Consulté le 24 sept. 2015).