Un site du Centre d'histoire de Montréal

Napperon du restaurant Chic-N-Coop

13 janvier 2016
Temps de lecture

Ce napperon d’un restaurant très populaire de la rue Sainte-Catherine Ouest a été donné par une famille ontarienne qui ne manquait jamais d’aller manger dans cet établissement lors de ses visites annuelles à Montréal.

Contexte 

Objets Napperon Chic-n-coop

Napperon du restaurant Chic-N-Coop.
Centre d’histoire de Montréal. 2007.162.

Le smoked meat et les bagels ne font pas à eux seuls la renommée culinaire de Montréal, son poulet rôti est également fameux. Plusieurs grandes rôtisseries ont contribué à cette reconnaissance : le Saint-Hubert BBQ (né en 1951 rue Saint-Hubert), la Rôtisserie Laurier (ouverte en 1936 dans la rue Laurier), le Chalet BBQ (lancé en 1944, rue Sherbrooke Ouest, près du boulevard Décarie) et le Chic-N-Coop (situé rue Sainte-Catherine Ouest). Un poulet bien dodu dont la peau a été lentement grillée, accompagné de frites, d’un contenant de sauce brune, d’une salade de chou et d’un petit pain grillé : aucun morceau de poulet pané et frit ne peut rivaliser avec cela!

Le Chic-N-Coop a été fondé vers la fin des années 1930 par trois frères, Eli, Cecil et Victor Hill. Un premier restaurant est ouvert rue Saint-Laurent, suivi par un autre, rue Sainte-Catherine Ouest. Dans le bâtiment de la rue Sainte-Catherine, on trouvait également un bar, le Indian Room. Le Chic-N-Coop était non seulement reconnu pour son poulet, mais également pour ses homemade corn fritters (des boulettes de pâte de maïs frites).

Le bâtiment a été détruit par le feu en novembre 1962, mais la chaîne de restaurants est en activité, encore de nos jours, en Ontario.

Ce napperon en simple papier est caractéristique d’un restaurant de type familial et les dessins qui l’agrémentent ont autant trait à l’humour qu’au commentaire sur l’actualité de l’époque et qu’au message patriotique. En effet, alors que toutes les bandes latérales du napperon présentent des dessins amusants de hillbillies accompagnés de poules, de vaches et d’un chien, la scène centrale est d’un tout autre registre. Elle présente Hitler et deux membres de son état-major, dont les corps sont ceux de poulets, enchaînés et jugés par un jury composé de poules et par un juge qui est, en fait, la terre entière. Le résultat de ce jugement fantaisiste est clairement indiqué sous l’image : « Guilty! – Sentenced to fry! [Coupable! Condamnés à la friture!] » Nous pouvons donc conclure que le grand poulet chef cuisinier qui attend derrière Hitler et ses sbires, poêle en main, sera leur bourreau! Le slogan qui entoure le dessin central est aussi fortement teinté par l’imminence de la guerre : « All folks who are hungry, for miles will troop to get the best, at the Chic-N-Coop. [Tous ceux qui ont faim feront des milles pour trouver le meilleur au Chic-N-Coop.] »

Le lieu

Le Chic-N-Coop et le Indian Room étaient situés au 1196, rue Sainte-Catherine Ouest. Ce bâtiment, avant d’être modifié et agrandi jusqu’au trottoir et de devenir le restaurant, était la maison de Thomas D’Arcy McGee, un des pères de la confédération canadienne. Né en Irlande en 1825, McGee était un journaliste, un poète et un activiste politique reconnu autant en Irlande qu’aux États-Unis et au Canada. En 1857, sur l’invitation d’éminents membres de la communauté irlandaise de Montréal, il vient s’établir en ville et, en 1864, on lui offre cet immeuble où il s’établira avec sa famille.

Rue Sainte-Catherine - Carte postale vers 1960

Carte postale de la rue Sainte-Catherine vers l'est dans les années 1960.
Centre d’histoire de Montréal, collection privée, no 1497.

Ce bâtiment était orné de deux linteaux sculptés, décorés de frises de trèfles. Cachés lors des travaux réalisés pour l’installation du Chic-N-Coop, ils ont été redécouverts au moment de l’incendie de 1962. Les frères Hill en ont fait don au collège Loyola (maintenant l’Université Concordia) qui les a intégrés à l’entrée de la bibliothèque Georges-P.-Vanier, dépositaire des archives McGee. Comme ils commençaient à sérieusement se dégrader, ils ont été retirés en 2000 afin d’être restaurés et ils sont maintenant intégrés à l’intérieur du nouveau complexe des départements d’ingénierie, de science informatique et des arts visuels de l’Université Concordia.

 

L’objet

Nom : Napperon de restaurant

Numéro d’inventaire : 2007.162
Matériau(x) : Papier
Dimension : 34,3 cm x 25,5 cm
Année ou période : Vers 1939
Inscription : ALL FOLKS WHO ARE HUNGRY, FOR MILES WILL TROOP TO GET THE BEST, AT THE CHIC-N-COOP 
“GUILTY”! - SENTENCED TO FRY! 
HERE’S A PLEASURE TO THE EXTREME TOP OFF YORE CHICKEN WITH FRONTENAC ICE CREAM
AIR CONDITIONED 
STAY CLOSE DEAR, WE ARE APPROACHING THE CHIC-N-COOP. 
CHICKEN TO TAKE OUT “PIPING HOT”
SHORE!!! WE DELIVER!! 
PHONE PLATEAU 2755
AN UNUSUAL EATING PLACE
“WHERE CHICKEN IS KING” 
1196 ST. CATHERINE ST. WEST MONTREAL — CANADA
TO THE CHIC-N-COOP
CHIC-N-COOP OR BUST
Donateur ou donatrice : anonyme

Le donateur

Le donateur a retrouvé ce napperon dans les papiers de ses parents maintenant décédés. Résidant en Ontario, cette famille venait visiter Montréal une fois par année et elle ne manquait jamais d’aller manger au Chic-N-Coop.

Le fils perpétue encore cette tradition et c’est lors d’un de ces voyages, en 2007, qu’il a fait don du napperon au CHM.