Un site du Centre d'histoire de Montréal

Les Latino-Américains de Montréal célèbrent Noël

16 décembre 2019

Les festivités de Noël des Latino-Américains de Montréal s’inspirent à la fois des traditions des divers pays d’origine et du pays d’accueil. Spiritualité, partage et gaité sont au rendez-vous.

Généralement, la communauté latino-américaine de Montréal participe aux célébrations religieuses commémorant la naissance de Jésus-Christ en suivant les traditions catholiques ou protestantes. Les coutumes encadrant la fête de Noël varient selon le pays d’origine de chaque communauté, même si elles se rattachent globalement à une de ces deux confessions chrétiennes. Certains des éléments communs à plusieurs pays sont l’arbre de Noël, les couronnes de l’avent, les chaussettes suspendues dans la cheminée, les cannes de sucre et les scènes de la Nativité, dont la crèche, qui représentent la naissance de Jésus. Pendant la célébration de la Nativité, des chants et des histoires honorent des personnages tels que l’Enfant Jésus, saint Nicolas et le père Noël.

Les célébrations traditionnelles de Noël

Noël latino-américain

Groupe de personnes de différents âges pour une célébration de Noël. Quelques-uns tiennent des bougies, un tient une crèche.
Collection personnelle de Reina Vega et Enoïn Humanez
Une cinquantaine de personnes de la communauté latino-américaine montréalaise ont accepté de s’exprimer à propos de la célébration de Noël. Parmi elles se trouve Percy Diaz, prêtre de l’église Notre-Dame-de-Guadalupe et l’un des responsables de la mission latino-américaine du diocèse de Montréal. Selon lui, les festivités de Noël de la communauté latino-américaine comprennent les traditions des pays d’origine et certaines des traditions de Noël des cultures québécoise et nord-américaine, ce qui montre un important processus syncrétique sur le plan religieux.

Dans les célébrations, la première étape est la préparation pour Noël. Elle comprend des activités traditionnelles telles que la Noche de las Velitas, las Posadas, la Novena de Aguinaldos, el Pesebre (la crèche) et des réunions en famille et entre amis dans les maisons, mais aussi à l’église. Ont alors lieu la messe pour les enfants, la sérénade matinale pour la Vierge, les petits-déjeuners entre amis après la prière matinale. Selon le prêtre Percy Diaz, dans la perspective du catholicisme latino-américain, les gens pensent que les célébrations traditionnelles de Noël ont une signification « intérieure » propre aux individus et une signification « extérieure » liée à la communauté, où sont organisées les festivités en tenant compte des coutumes de chaque pays.

Parmi les activités les plus remarquables, on note les suivantes : la Noche de las Velitas, « nuit des lumières »; la Griteria, le « tintamarre » ou les « cris »; las Posadas, « les auberges »; la Novena de Aguinaldos, « la neuvième d’Aguinaldo »; et Noël. 

La Noche de las Velitas ou Alumbrado ou « nuit des petites bougies », une des fêtes les plus traditionnelles de la Colombie, est une célébration collective soulignant le début des fêtes sacrées de la fin de l’année. Elle commence la période de Noël, qui s’étend jusqu’au 6 janvier. Traditionnellement, elle se déroule dans la nuit du 7 décembre, ou à l’aube du 8 décembre, selon la région du pays, avec l’allumage de lanternes et de bougies qui illuminent les rues, les centres commerciaux et les résidences des villes et villages pour célébrer la fête de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie.

Noël latino-américain - natilla

Photo couleur montrant un plat contenant de la natilla et une boîte de préparation.
Collection personnelle de Reina Vega et Enoïn Humanez
À Montréal, la communauté colombienne poursuit cette tradition mais, à cause des conditions climatiques, on se limite à illuminer l’intérieur des maisons, et certains se recueillent dans la prière à l’église, pour allumer des bougies et fêter entre amis. Traditionnellement, en Colombie, les maisons et les rues sont illuminées avec des milliers de bougies multicolores qui donnent aux villes une atmosphère forte réjouissante. La célébration inclut la préparation de la nourriture traditionnelle de Noël, comme la natilla, dessert typique colombien (préparé avec de la maïzena, du lait, de la panela, de la cannelle, du beurre, de la liqueur et de l’essence de vanille) et los buñuelos, une pâte de farine frite (pour laquelle on mélange de l’eau, du lait, des œufs, de la levure et du fromage). Ces deux desserts sont parmi les principaux plats offerts durant la fête de Noël. Leur préparation varie selon chaque pays.

Sérénade donnée par des mariachis

Noël latino-américain

Des adultes et des enfants dans une salle communautaire observent un enfant tapant sur une piñata.
Collection personnelle de Reina Vega et Enoïn Humanez
La Griteria est une fête nicaraguayenne vouée à l’Immaculée Conception de Marie. Elle a lieu le 7 décembre, la veille de la fête catholique de l’Immaculée Conception. En plus de la messe, elle inclut une sérénade donnée par des mariachis en l’honneur de la Vierge.

Las Posadas sont des fêtes religieuses populaires célébrées au Mexique, au Honduras, au Guatemala, au Salvador, au Nicaragua, au Costa Rica et au Panama, pendant les neuf jours précédant Noël. Cette tradition rappelle le pèlerinage de Marie et Joseph de Nazareth à Bethléem et la recherche d’un endroit pour la naissance de l’Enfant Jésus. À Montréal, les paroissiens vont de famille en famille en se remémorant le pèlerinage de Marie. Pendant ces neuf jours d’activité religieuse, les gens prient et rencontrent les membres de la paroisse, sans tenir compte du fait qu’ils soient amis ou non.

L’activité religieuse intitulée « neuvième d’Aguinaldo » ressemble aux Posadas. Coutume catholique enracinée en Colombie, au Venezuela et en Équateur, elle rassemble pendant neuf jours les croyants d’une rue, chaque jour dans une maison différente, pour prier, interpréter des chants de Noël et manger ensemble des collations traditionnelles de Noël. La majorité des personnes interviewées natives de ces pays habitant à Montréal ont déclaré qu’elles continuent à fêter la neuvième d’Aguinaldo avec leurs enfants et les membres de leur famille, afin de transmettre les rituels traditionnels de Noël de leur pays d’origine aux nouvelles générations.

Les églises fréquentées par la communauté latino-américaine de Montréal proposent une programmation spéciale pour que les célébrations de Noël soient conformes aux coutumes et rituels de leurs membres. Habituellement, la journée du 24 décembre débute par des concerts suivis de la messe de Nochebuena, nommée aussi « misa de gallo », nom populaire de la messe de minuit chez les Latino-Américains. Les célébrations de la Nativité finissent avec la messe de Noël du 25 décembre. En général, les cérémonies de Noël consacrées à la communauté latino-américaine montréalaise sont tenues dans la basilique Notre-Dame-de-Guadalupe, centre de la Mission catholique latino-américaine de la métropole. Des cérémonies complémentaires ont également lieu à l’Oratoire Saint-Joseph et dans les églises Sainte-Thérèse-d’Avila, Saint-Gilbert, Saint-Arsène et Notre-Dame-du-Bel-Amour. Ces activités sont organisées par une demi-douzaine de fraternités et confréries catholiques hispaniques, dont celles du Señor de los Milagros, de San Martin de Porres, de Santa Rosa de Lima, de San Judas Tadeo et du Divino Salvador del Mundo. Pour les membres de ces confréries catholiques, comme le fait valoir l'auteure Sabrina Di Matteo dans l’article « Signes de vie : la mission Notre-Dame-de-Guadalupe », « la communion fraternelle et les célébrations festives des évènements religieux ont des significations universelles et constituent donc le sommet de la vie chrétienne ».

Noël en famille et dans la communauté

Noël latino-américain

Jeux et activités de loisirs pour les enfants durant le temps des fêtes
Collection personnelle de Reina Vega et Enoïn Humanez
La fête de Noël est un de ces évènements religieux majeurs, et les catholiques latino-américains de Montréal la célèbrent doublement : avec la famille, ils remercient Dieu pour les faveurs reçues pendant l’année et transmettent les traditions catholiques aux nouvelles générations; dans la communauté, ils renforcent les liens d’amitié et de proximité avec les autres membres, dans une ambiance de fête caractérisée par la musique, la danse et la chaleur humaine. En ce sens, Noël est toujours une fête qui allie des aspects spirituels à caractère religieux (la réflexion pieuse, le désir de pardonner et de demander pardon, la volonté de réaffirmer les liens familiaux) et des aspects païens de type communautaire où la danse et le partage sont au centre des célébrations. En suivant ces deux voies, les Latino-Américains de Montréal maintiennent les traditions de leur pays d’origine, malgré les conditions climatiques, la solitude et diverses circonstances. Grâce aux fêtes de fin d’année, un grand nombre de leurs traditions religieuses perdurent, même après plusieurs années passées au Québec, et sont transmises aux descendants.

Cependant, tous les Latino-Américains montréalais ne célèbrent pas de la même façon la Nativité. Si, pour certains, il est important d’aller à l’église, pour d’autres, il est préférable de rester à la maison, de se rassembler autour de la famille et des amis précieux qui sont devenus une nouvelle famille. Dans ces célébrations, on porte habituellement un toast avec du vin ou du champagne. Au cours des festivités, on distribue les cadeaux aux proches, notamment de l’artisanat typique du pays d’origine chez les Équatoriens. Le dîner de Noël inclut la nourriture traditionnelle, qui peut varier d’un pays à l’autre, et certains mets québécois. Parmi ces plats traditionnels, se trouvent, entre autres, le chocolat chaud de Bolivie, le tamal, ou hallacas, de la communauté centre-américaine, colombienne et vénézuélienne, dont la présentation varie d’un pays à l’autre, l’ajiaco colombien, le lechon d’Argentine. Toutefois, la dinde est le plat commun à tous. De plus, on met sur la table un grand nombre de desserts, ainsi que des jus et de la bière.

Parmi les nouveaux éléments incorporés par l’Église à la célébration de la Nativité, on trouve l’adaptation de la programmation aux traditions québécoises, afin d’inclure la participation de personnes de diverses origines. En effet, comme le remarque Sabrina Di Matteo, de nombreux Montréalais parlant espagnol ont adopté les cérémonies liturgiques destinées aux Latino-Américains. Ceci a contribué au mélange des traditions de Noël latino-américaines et québécoises, tout comme l’ont fait les mariages mixtes.

La nouvelle année

Noël latino-américain - famille Gomez

Trois enfants habillés chaudement avec une rangée de bougies allumées à leur gauche
Collection personnelle Anabel Burin
La célébration de la fin de l’année est plus informelle. Les personnes disent la passer en famille et avec des amis. Certains rencontrent leurs amis dans un club nocturne, une discothèque ou un restaurant, dans le but de fêter l’évènement en groupe. Les traditions pour souligner l’arrivée de la nouvelle année sont toujours au rendez-vous : on note les 12 raisins, un toast au champagne, le port de vêtements jaunes (sous-vêtements), le tour du pâté de maisons avec une valise, etc.

En général, les familles de racines latino-américaines déclarent faire des efforts pour conserver certaines traditions de Noël et les transmettre à leurs descendants. Ces coutumes présentent des caractères religieux et païens. Malgré la volonté de célébrer comme chez elles, les personnes interrogées disent ne pas pouvoir le faire comme elles le faisaient dans leurs pays de naissance, car le climat, l’absence de la plupart des membres de leur famille et de leurs proches les obligent à modifier leurs habitudes. Un grand nombre de parents tentent de conserver les coutumes que leurs ancêtres leur ont transmises afin de les inculquer à leurs enfants. Cependant, ces traditions se transforment quand des personnes d’autres horizons s’ajoutent aux familles et influencent les célébrations. Ainsi, de nouvelles coutumes apparaissent dans un esprit d’ouverture et d’acceptation des autres, malgré la nostalgie engendrée par la disparition des traditions reliées au pays d’origine.

Religiosité des Latino-Américains de Montréal

En tenant compte du nombre de personnes provenant d’Amérique centrale, du Sud et des Caraïbes hispaniques, une région géoculturelle désignée par le nom « Amérique latine », la Ville de Montréal comptait 166 180 individus selon le recensement du Canada de 2016. Dans cette population, 85,9 % des personnes se déclaraient de confession chrétienne et, parmi l’ensemble des chrétiens montréalais d’origine latino-américaine, 80 % se déclaraient de religion catholique romaine. Les 19 % restant affirmaient appartenir à différents groupes religieux protestants. Certaines des personnes interrogées ont déclaré être catholiques, mais pas pratiquantes; d’autres, dans un pourcentage négligeable, affirment être juives, musulmanes, bouddhistes ou athées.

Référence bibliographique

DI MATTEO, Sabrina. « Signes de vie : la mission Notre-Dame-de-Guadalupe », Haute-Fidélité, vol. 125, no 4, 2007.