Bienvenue dans l'encyclopédie du MEM - Centre des mémoires montréalaises

Communauté sino-montréalaise : Ju Ming Zhou et Hui Qing Liang

26 mai 2021

Arrivés à Montréal en 1993, Ju Ming Zhou et Hui Qing Liang poursuivent la tradition familiale en ouvrant un commerce spécialisé dans les pâtisseries de Guangzhou.

Ju Ming Zhou et Hui Qing Liang

Photo couleur d’une femme et d’un homme se tenant debout collés l’un contre l’autre devant un édifice dans le quartier chinois.
Photographe : Jennifer Li. MEM - Centre des mémoires montréalaises.
Dans le cadre de l’exposition Dialogue avec la communauté sino-montréalaise, le MEM est allé à la rencontre de personnes de la communauté. Ici, le parcours de Ju Ming Zhou et Hui Qing Liang.

« Le bonheur, c’est l’odeur des pâtisseries sorties du four qui nous replonge dans notre enfance. »

C’est avec cette philosophie du bonheur que Ju Ming Zhou et son épouse Hui Qing Liang ouvrent la pâtisserie Chow, un petit commerce familial spécialisé dans les pâtisseries traditionnelles de Guangzhou. Malgré son allure modeste, la pâtisserie est riche en histoire et regorge de saveurs d’autrefois, à travers lesquelles certains y trouvent des trésors cachés, et d’autres un soupçon de nostalgie.

Les origines de Chez Chow

Pâtisserie Chow

Photo couleur montrant l’intérieur d’une pâtisserie traditionnelle chinoise. On voit une rangée de comptoirs à droite et des bancs à gauche, et la porte vitrée donnant sur la rue De La Gauchetière au fond.
Collection personnelle de Fei Tao Zhao
Installés à Montréal en 1993, Ju Ming et Hui Qing travaillent pendant de nombreuses années dans le domaine de la restauration. Le couple, issu de deux familles pâtissières depuis des générations, décide alors de lancer sa propre pâtisserie en 2005, sur De La Gauchetière. « À l’époque, le local était petit, mal situé et il est resté vide pendant très longtemps. J’ai détruit le mur à l’avant et installé une façade vitrée pour que ça ressemble à un commerce! », explique Ju Ming. Faute de budget, il construit lui-même ses rayons d’étalage sur lesquels il disposera fièrement ses créations pendant plus de seize ans. Contrairement aux autres boutiques modernes, la pâtisserie Chow offre des petites bouchées confectionnées à partir des recettes familiales et des techniques artisanales à l’ancienne, rapportées de Guangzhou. Tout est fait maison, avec des moules et des instruments conçus sur mesure.

Les fameux gâteaux de lune

img_20160831_170537_mdesm.jpg

On voit un homme se pencher pour mettre des gâteaux de lune dans le compartiment du bas d’un grand four à trois étages.
Collection personnelle de Fei Tao Zhao
Chaque année, durant le festival de la mi-automne, le couple entre dans une période de préparation de deux mois pour produire ses gâteaux de lune, de la farce jusqu’à la pâte.

À l’occasion de ces célébrations, les familles se réunissent et dégustent les gâteaux de lune sous la lueur festive des lanternes rouges. C’est là qu’on peut admirer une telle lanterne accrochée devant la pâtisserie Chow. Durant cette période très achalandée, Ju Ming et Hui Qing mettent la main à la pâte et passent plus de 14 heures par jour aux fourneaux. Leur spécialité est le gâteau au lotus original avec deux jaunes d’œufs salés enrobés d’une pâte dorée et fondante. Parmi les autres variétés incontournables, on y retrouve des farces aux haricots rouges, aux haricots verts, au lotus blanc et aux cinq noix. Ces gâteaux restent la plus grande fierté de Ju Ming, car il a pu les faire découvrir à des voyageurs provenant des quatre coins du monde.

Les souvenirs de Fei Tao Zhou

Pâtisserie Chow - moules

Deux moules en bois à gâteaux de lune avec des motifs dans la partie creuse et le nom de la pâtisserie en écriture chinoise.
Photo de Jennifer Li
En 2020, quelques mois après le début de la pandémie, la pâtisserie Chow ferme ses portes. Pour le couple, c’est une transition progressive vers la retraite. Pour le Quartier chinois, c’est le deuil d’une institution qui emporte avec elle les dernières traces d’une tradition. Fei Tao Zhou, l’une des six enfants du couple et infirmière de profession, raconte le privilège qu’elle a eu. Lorsque ses parents ont ouvert la boutique, sa connaissance des pâtisseries classiques était limitée. C’est en les aidant qu’elle a remarqué l’héritage inestimable que ses parents avaient laissé à la communauté. « Cela m’a incitée à créer une page Facebook pour aider à diffuser non seulement les gâteaux, mais aussi la culture et la sagesse d’un art culinaire en voie de disparition. Je pense qu’en plus d’apporter des saveurs traditionnelles, mes parents ont amené avec eux une parcelle inestimable de notre patrimoine. » relate Fei Tao.

Au printemps 2021, on peut encore voir l’enseigne trilingue de la pâtisserie Chow reflétant un chapitre historique du quartier, mais aussi la passion d’une vie dans toute sa splendeur.

周举明和梁惠清

乐春林饼家(2020年关闭)
「我们秉承家族食谱制作广州传统糕点。」

「我们于2005年开设了乐春林饼家。我和我的妻子都来自广州的糕点世家,所以我们觉得在这里开店是顺理成章的。我们的全部工序都是亲手制作,而我们所有的食谱都是世代相传的。
最初,门店并没有窗户,因为原本为住宅楼宇。因此我不得不拆除了门面墙,并装上了玻璃窗和玻璃门。我去了一家五金店,购买并亲自安装了所有陈列架。自开店以来,这些陈列架上每天都摆满了新鲜的糕点,这是我们最值得感到自豪的。 」- 周举明

Traduction en chinois simplifié : Serena Xiong. Révisé par Philippe Liu.

周舉明及梁惠清

樂春林餅家(2020年關閉)
「我們秉承家族食譜製作廣州傳統糕點。」

「我們於2005年開設了樂春林餅家。我和我的妻子都來自廣州的糕點世家,所以我們覺得在這裏開店是合情理的。我們全部工序都是親手做,而我們所有的食譜都是世代相傳的。
最初,該店沒有窗戶,原本為住宅樓宇。我需拆除前壁,並裝上玻璃窗和玻璃門。我去了一家五金店,親自安裝了所有陳列架。自開店以來,這些陳列架上每天都放滿了新鮮的糕點,這是我們最值得感到自豪的。 」- 周舉明

Traductrice : Wai Yin Kwok