Un site du Centre d'histoire de Montréal

L’Oratoire Saint-Joseph

30 mai 2016
Temps de lecture

L’année 2017 marque le centenaire de l’inauguration de la crypte de l’Oratoire Saint-Joseph. L’histoire de ce lieu de pèlerinage emblématique de Montréal est fortement liée à celle du frère André.

Oratoire Saint-Joseph - Frère André devant la petite chapelle d’origine

Frère André devant la petite chapelle d’origine en 1921.
1921, Frère André devant la petite chapelle d’origine, Photo Kraft Studio Limited, Archives de l’Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal, 6-4.

Localisation: 3800, chemin Queen Mary

L’année 2017 marque le 375e anniversaire de Montréal. Dans le cadre des célébrations liées à cet anniversaire, plusieurs legs sont laissés aux Montréalais en héritage. Parmi ceux-ci, d’importants travaux d’aménagement sont prévus à l’Oratoire Saint-Joseph qui célèbre la même année le 100e anniversaire de l’inauguration de sa crypte.

L’histoire de ce lieu de pèlerinage emblématique de Montréal est intimement liée à celle d’Alfred Besset, mieux connu sous le nom de frère André. Portier, commissionnaire et homme à tout faire au Collège Notre-Dame pendant près de 38 ans, le religieux s’occupe aussi des malades du Collège et de leur famille. Il propose à ses interlocuteurs de prier saint Joseph avec lui, leur remet une médaille du saint et leur conseille de se frictionner avec quelques gouttes de l’huile d’olive qui brûle devant la statue de l’époux de Marie dans la chapelle du collège. Le médecin du Collège de même que certains parents et confrères du frère André dénoncent ces pratiques qui relèvent de l’imposture. Malgré ces critiques, la réputation du frère s’établit rapidement et on accourt des quatre coins de la ville pour lui demander d’intercéder auprès de saint Joseph.

Pour accroitre la dévotion à saint Joseph

Oratoire Saint-Joseph - Gare

Petite gare où arrivaient les pèlerins qui venaient visiter le frère André.
Petite gare où arrivaient les pèlerins qui venaient visiter le frère André, Archives de l’Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal, 106-3.
Le frère André se rend quotidiennement sur le vaste terrain escarpé en face du collège Notre-Dame pour prier saint Joseph et y donne parfois même rendez-vous aux malades. Un abri construit à l’arrêt de tramway sert aux rencontres du frère, qui amène ensuite ses visiteurs prier au belvédère aménagé à côté et dans lequel se trouve une statue de Joseph. La dévotion à l’époux de Marie était déjà répandue à Montréal. Dès le début de la colonie, les hospitalières de Saint-Joseph avaient contribué à la diffuser, puis de nombreuses églises et chapelles avaient été placées sous sa protection au XVIIIe et au XIXe siècle. Espérant accroître cette dévotion, le frère André souhaite la construction d’une chapelle qui serait vouée au saint en face du collège Notre-Dame, mais il peine à convaincre ses supérieurs. En 1904, on lui accorde la permission de construire une chapelle s’il en défraie les coûts et on lui concède l’aide du menuisier du Collège, le frère Abundius. Le portier du Collège Notre-Dame recueille les dons en argent et en matériaux et recrute les bénévoles qui aident le frère Abundius à bâtir la première chapelle. Le modeste bâtiment, sans chauffage, est inauguré au mois d’octobre et il ne peut accueillir qu’un nombre restreint de pèlerins.

Oratoire Saint-Joseph - 1925

Célébrations de la fête du travail à l’Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal en 1925.
Célébrations de la fête du travail à l’Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal, le 6 septembre 1925. Photographe : Frère Denis, c.s.c. Archives de l’Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal, 43-13.

La chapelle est agrandie deux fois en 1908, puis en 1910 et en 1912. Chauffée à partir de 1908, elle peut accueillir les fidèles tout au long de l’année. L’année suivante, le frère André devient gardien de l’Oratoire. Plusieurs fidèles s’y rendent dans l’espoir de lui parler et de lui demander d’intercéder en leur faveur. Les récits de guérisons se multiplient, comme en témoignent les cannes, béquilles ou chaussures laissées à gauche de la nef. Les journaux publient plusieurs témoignages qui contribuent à accroitre la notoriété du frère et de l’Oratoire.

Une nouvelle église est construite

Dès 1912, l’archevêque reconnaît que la modeste chapelle ne répond pas aux besoins des pèlerins qui s’y présentent de plus en plus nombreux. Après une période d’hésitation, on signe le contrat pour la construction de la crypte en 1914, qui sera la première étape du projet de basilique. La crypte est achevée en 1917, puis la nouvelle église, qui peut accueillir un millier de visiteurs, est inaugurée le 16 décembre 1917. La cérémonie d’inauguration attire un grand nombre de fidèles dont plusieurs doivent rester debout.

Oratoire Saint-Joseph, 2016

Vue aérienne de l'Oratoire Saint-Joseph
L'Oratoire Saint-Joseph, 2016. Gracieuseté de Denis-Carl Robidoux.

L’oratoire devient le lieu par excellence des grands rassemblements des mouvements de catholicisme social dans la métropole et le nombre de pèlerins qui visitent le lieu ne cesse de s’accroitre. On désire construire une église plus grande encore. Le projet de basilique se poursuit dans les années 1920, non sans susciter l’inquiétude en raison des investissements financiers qu’il requiert. Confrontée à d’importantes difficultés financières, la construction de la basilique prend du retard et les travaux sont interrompus. Le frère André, qui souhaitait ardemment voir le bâtiment achevé, décède le 6 janvier 1937. Ses funérailles attirent un million de fidèles si bien que dès le matin, à neuf heures, la cathédrale est remplie au maximum de sa capacité. Les travaux pour le parachèvement de la basilique reprennent et la partie extérieure du bâtiment est terminée en 1942. L’inauguration a lieu en 1956, quatre ans avant l’ouverture du procès de canonisation du frère André à Rome.

Références bibliographiques

ROBILLARD, Denise. Les merveilles de l’Oratoire. Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal 1904-2004, Montréal, Fides, 2005.