Un site du Centre d'histoire de Montréal

Les plaques d’adresse montréalaises

24 février 2020
Temps de lecture

De nombreux bâtiments montréalais possèdent toujours leurs plaques d’adresse émaillées bleu et blanc. Apparues au début du XXe siècle, elles sont aujourd’hui en voie de disparaître.

Plaque adresse 8421

Photographie d’une plaque d’adresse rectangulaire avec les chiffres 8421 écrits en blanc sur fond bleu.
Collection du Centre d’histoire de Montréal. 1989.222.
Fabriquées en acier émaillé, à bords tombés, la plupart des plaques d’adresse montréalaises ont des chiffres blancs sur un fond bleu contrastant, bien qu’il existe aussi des plaques d’adresse noires et blanches ou vertes et blanches. Leur typographie possède en outre une touche d’originalité, qu’il est possible d’observer dans la forme stylisée de certains chiffres, tels le 4 et le 7.

Nul ne sait qui les a dessinées et fabriquées, mais, entre 1909 et 1979, c’est la Ville de Montréal qui en gérait le stock. Les propriétaires pouvaient ainsi se procurer leur plaque d’adresse directement auprès de la municipalité.

Un besoin d’uniformité dans la numérotation des immeubles

Guide des rues

Plan quadrillé des principales rues de Montréal avec les numéros d’immeuble indiqués entre chaque intersection.
Archives de la Ville de Montréal. VM066-6-P084.
En 1905, la rue Saint-Laurent prend officiellement le nom de boulevard et devient l’axe de division principal entre l’ouest et l’est de la ville. La Main devient ainsi le « point zéro » à partir duquel débute la numérotation des immeubles situés de part et d’autre du boulevard. En 1924, ce sont les adresses des rues dans l’axe nord-sud qui sont renumérotées, en débutant au point le plus au sud, soit le fleuve Saint-Laurent.

Cette décision de la Ville de Montréal est motivée par un véritable besoin d’uniformiser les numéros d’immeuble, à la suite de l’annexion des municipalités en périphérie des quartiers centraux. C’est donc dans ce contexte que seront commandées ces plaques d’adresse, afin d’uniformiser également leur affichage.

Un patrimoine en voie de disparition

3969.jpg

Photographie couleur de la façade d’un duplex avec un balcon peint en vert et deux portes au-dessus de chacune desquelles se trouve une plaque d’adresse bleu et blanc.
Collection du Centre d’histoire. 3969.
Exposées aux conditions climatiques, à la corrosion ou encore brisées lors de rénovations, ces plaques d’adresse sont difficilement remplaçables. Alors que le style d’affichage des adresses est désormais laissé au choix du propriétaire, la Ville de Montréal ne possède plus ces modèles en magasin. Et il ne s’en fait plus de semblables sur le marché canadien, on les trouve uniquement en France, chez un émailleur spécialisé.

Depuis 2014, la difficulté de se les procurer a attiré l’attention de journalistes sur la valeur patrimoniale potentielle de ces plaques d’adresse typiquement montréalaises. Plusieurs considèrent qu’elles font partie de l’histoire architecturale et urbaine de la ville et qu’elles constituent un réel marqueur de l’identité visuelle de Montréal.

L’album ci-dessous regroupe des clichés pris par les participants des concours de photographie du Centre d’histoire de Montréal sur lesquels il est possible d’apercevoir ces plaques d’adresse.

L’objet

Nom : Plaque d’adresse
Numéro d’inventaire : 1989.222
Matériau(x) : métal (acier émaillé)
Dimensions : longueur : 20,3 cm; largeur : 11,3 cm
Inscription : 8421
Année ou période : 1909-1979