Un site du Centre d'histoire de Montréal

Le premier chemin de fer de Montréal

16 octobre 2017
Temps de lecture

Inaugurée en 1847, la première ligne de chemin de fer construite sur l’île métropole reliait les villes de Montréal et de Lachine.

Gare Bonaventure

Vue extérieure de la gare avec des voitures tirées par des chevaux
Archives de la Ville de Montréal. VM094-Z1864.

« The construction of a Rail-road from the City of Montreal to Lachine, would greatly contribute to the facility of intercourse between Upper and Lower Canada, and to the advantage of the City of Montreal and of the Province generally. » [« La construction d’un chemin de fer de la ville de Montréal jusqu’à Lachine contribuerait à une plus efficace liaison entre le Bas et le Haut-Canada, et profiterait à Montréal et à la province en général. »]

La création de la Montreal & Lachine Railroad Company

Plan ancien de Saint-Henri

Plan ancien de Saint-Henri.
Archives de la Ville de Montréal. CA M001 P501-1-D014.

Cet extrait de la loi de constitution en société de la Montreal and Lachine Railroad Company, du 9 juin 1846, montre un langage empreint d’enthousiasme et d’optimisme pour le développement d’un réseau ferroviaire à travers le Canada. Plusieurs publications de l’époque témoignent de l’engouement pour la multiplication des chemins de fer, reliant Montréal à d’autres métropoles nord-américaines. Déjà en 1849, on autorise le prolongement de la ligne Montréal-Lachine jusqu’au Haut-Canada (Ontario). En 1850, la Montreal et Lachine Railroad fait publier un document promotionnel intitulé Philosophy of Railroads dans lequel on affirme que le Canada, à l’image des États-Unis, est amplement capable de se doter d’un vaste réseau de chemins de fer. Pour Montréal, les avantages seraient nombreux : propriétaires immobiliers et commerçants en profiteraient largement. Le document vante aussi les « tendances civilisatrices » de la locomotive; le chemin de fer, traversant des zones agricoles ou moins développées et les transformant, est vu comme le moteur du progrès.

Le premier départ de Montréal en train

Saint-Henri 1945

Un camion flanqué d'un groupe d'enfants est arrêté à un passage à niveau alors que le train traverse cette section de la ville.
Bibliothèque et Archives nationales du Québec (Vieux-Montréal). Fonds Conrad Poirier. P48, S1, P11921.

« C’est vraiment un spectacle intéressant que de voir d’un côté cette file de chars poussés par la vapeur et qui franchissent l’espace avec la rapidité de la flèche… et dans le centre la ligne du télégraphe qui transmet les nouvelles d’un lieu à l’autre avec la rapidité de l’éclair! » La Minerve, 22 novembre 1847.

Le 19 novembre 1847, la ligne Montréal-Lachine est inaugurée à l’ancienne gare située rue Bonaventure (aujourd’hui Saint-Jacques), tout près du square Chaboillez (au coin de la rue Peel). Le journal La Minerve affirme que 250 personnes assistent au départ. Le trajet, d’une distance de 8 miles (près de 13 kilomètres), traverse la Petite-Bourgogne, croise l’actuelle rue Notre-Dame et passe par le « Village des Tanneries » (Saint-Henri). Il est parcouru pour la première fois en 21 minutes. La vitesse du train, d’environ 40 km/h, est remarquable pour l’époque. L’arrivée du chemin de fer à Montréal coïncide aussi avec celle de la première ligne de télégraphe, une nouvelle technologie convoitée et utilisée d’abord par les compagnies ferroviaires.

De chemin de fer à parc linéaire

Premier chemin de fer de Montréal

Photo montrant la borne commémorative du premier chemin de fer dans le parc linéaire
Photo de Denis-Carl Robidoux. Centre d'histoire de Montréal.
Dès le milieu des années 1850, le chemin de fer Montréal-Lachine est incorporé au vaste réseau de la compagnie du Grand Tronc. Rapidement, la ville est reliée à d’autres grandes métropoles nord-américaines, comme Toronto, New York ou Chicago. Le premier chemin de fer, symbole de l’essor industriel à Montréal, va toutefois être démantelé à la fin du XXe siècle. Au début des années 1980, les rails qui traversaient autrefois la Petite-Bourgogne et Saint-Henri sont retirés. En 1995, on aménage sur le site de l’ancien chemin de fer un parc linéaire. Les cyclistes et piétons parcourent désormais le tracé, reliant les stations de métro Lionel-Groulx et Place-Saint-Henri.

Contribution à la recherche : Société historique de Saint-Henri.

Références bibliographiques

Philosophy of railroads [microform] by Keefer, Thomas C., sur le site : https://archive.org/details/cihm_07804

HANNAH, David B. Griffintown : Son histoire et son cadre bâti, Ville de Montréal, Service de la mise en valeur du territoire et du patrimoine, 2007, 126 p.