Un site du Centre d'histoire de Montréal

Ces messieurs et dames de la Société

19 janvier 2016
Temps de lecture

L’inspiration de fonder Montréal vient à Le Royer de la Dauversière en 1635, à la cathédrale Notre-Dame de Paris. Il crée une société qui soutiendra activement ce projet pendant plus de 20 ans.

Ils sont huit en 1641, enthousiastes, déterminés, avec un programme très précis : fonder une ville fortifiée et y instruire colons français et Indiens chrétiens. Ils œuvrent sous le nom de « Société de Notre-Dame de Montréal pour la conversion des Sauvages de la Nouvelle-France ». Pour eux, Montréal doit être « une nouvelle Église, qui imitera la pureté et la charité de la primitive ». L’âme de cette société se nomme Jérôme Le Royer de la Dauversière et réside à La Flèche, en Anjou.

L’inspiration de fonder Montréal lui vient en 1635, à la cathédrale Notre-Dame de Paris. La Nouvelle-France ne lui est pas inconnue. Lecteur des Relations des Jésuites, il connaît plusieurs missionnaires qui sont déjà allés au Canada. Des hasards heureux, qu’on aurait alors qualifiés de « providentiels », le mettent en contact avec ceux qui seront ses associés de la première heure. Ce sont des hommes pieux et argentés : Pierre Chevrier, baron de Fancamp, Jean-Jacques Olier de Verneuil, prêtre, futur fondateur de la Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice et cousin du chancelier de France, et enfin, le baron Gaston de Renty, chef de la section parisienne de la Compagnie du Saint-Sacrement.

Sceau armorié de la Société de Notre-Dame de Montréal

Sceau armorié de la Société de Notre-Dame de Montréal
Sceau armorié de la Société de Notre-Dame de Montréal, tiré de Ville, ô ma ville, 1642-1942, Montréal, Édition de la Société des écrivains canadiens, 1942.

Pour fonder Montréal

En 1641, s’ajoutent la veuve fortunée d’un surintendant des finances, Angélique Faure de Bullion, et un armateur, Pierre de Puiseaux. Sont aussi membres de la Société, l’officier Chomedey de Maisonneuve, qu’on mettra à la tête de la nouvelle colonie, et Jeanne Mance, garde-malade à Langres. Celle-ci déploiera tant d’efforts à faire connaître l’œuvre à Paris, que la reine de France, Anne d’Autriche, voudra la rencontrer avant son départ.

De nombreux membres de la Compagnie du Saint-Sacrement, des clercs, des nobles, hommes et femmes, viendront dans les années suivantes renforcer ce noyau initial. Ils soutiendront activement le projet montréalais pendant plus de 20 ans. Mais la mort des fondateurs, Olier en 1657 et Le Royer en 1659, sera suivie par celle de la Société. Dissoute en 1663, la Société de Notre-Dame lèguera son œuvre et son île à la Compagnie des prêtres de Saint-Sulpice.