COVID-19
Reprise progressive des activités : savoir ce qui est ouvert ou fermé. S'informer

Plan d'urbanisme Plan d'urbanisme Plan d'urbanisme
Plan d'urbanisme
 
Télécharger le Plan d'urbanisme

Télécharger cet extrait du plan
  Version imprimable Version imprimable
Plan d'urbanisme
FermerImprimer l'encadré

Le transport collectif à Montréal

Malgré une diminution de sa part modale, le transport collectif est fortement utilisé à Montréal, comparativement aux autres grandes agglomérations nord-américaines. Les Montréalais effectuent en moyenne 222 déplacements en transport collectif annuellement, contre 210 à Toronto et 63 dans les principales villes américaines (New York, Boston, Chicago, Détroit, Denver, Houston, Los Angeles, Phoenix, Portland, San Diego, San Francisco, Washington et Sacramento).

Plan d'urbanisme
FermerImprimer l'encadré

L’évolution de la population et du nombre d’automobiles par ménage

Entre 1982 et 1998, la population de l’île de Montréal s’est maintenue autour de 1,8 million d’individus, alors que le nombre de ménages a augmenté d’environ 9 %, passant de 709 500 à 772 000 en raison de la diminution du nombre de personnes par ménage. Au cours de la même période, le nombre d’automobiles appartenant à des Montréalais a augmenté de 581 200 à 707 600, soit une croissance de 22 %, le ratio passant de 0,8 à 0,9 automobile par ménage.

3
Consolider et mettre en valeur le territoire en relation avec les réseaux de transport existants et projetés

Les grandes tendances

Les déplacements dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal sont en hausse. Entre 1982 et 1998, le nombre de déplacements quotidiens dans la RMR est passé de 6,2 millions à 8,9 millions. Au cours de la même période, les déplacements sur le territoire de Montréal sont passés de 4 millions à 5 millions. Le MTQ prévoit que, d’ici 2016, environ deux millions de déplacements quotidiens s’ajouteront aux 8,9 millions observés en 1998 dans la RMR. Or, si la mobilité augmente depuis 1982, le poids relatif des déplacements quotidiens effectués à Montréal a cependant chuté en raison d’un accroissement plus important des déplacements en périphérie.

Comme l’indique les graphiques ci-contre, l’accroissement des déplacements s’accompagne d’une hausse significative de la part modale des déplacements effectués en automobile et, parallèlement, d’une diminution marquée de la part modale relative à l’utilisation du transport collectif.

Selon les prévisions du MTQ, l’utilisation accrue de l’automobile se poursuivra si aucune mesure n’est prise pour modifier cette tendance. Déjà, la congestion du réseau autoroutier au centre de l’île entraîne un débordement vers le réseau local qui, dans plusieurs secteurs, ne peut absorber de trafic supplémentaire.

Les réseaux de transport collectif sont aussi fort achalandés, particulièrement dans le sens de la pointe, par exemple, le matin en direction du Centre, occasionnant chez les usagers un certain niveau d’inconfort. Au même moment, certains tronçons ne sont pas utilisés au maximum de leur capacité, notamment dans le sens contraire de la pointe.

Le Plan énonce cinq actions

3.1 faciliter les déplacements entre les différents secteurs de la ville en établissant de nouvelles dessertes de transport collectif
+ Voir cette action
3.2 soutenir une urbanisation favorisant l'utilisation du transport collectif
+ Voir cette action
3.3 lier stratégiquement les secteurs de la ville en parachevant le réseau routier
+ Voir cette action
3.4 assurer la desserte aux secteurs d'activités et l'accès aux infrastructures de transport collectif en complétant le réseau pan-montréalais de voies cyclables
+ Voir cette action
3.5 favoriser la mise en valeur du territoire ainsi que l'utilisation du transport collectif et du vélo en agissant sur l'offre de stationnement
+ Voir cette action
Page précédente Page suivante