COVID-19
Connaître l'état de la situation et les mesures en vigueur. S'informer

Plan d'urbanisme Plan d'urbanisme Plan d'urbanisme
Plan d'urbanisme
 
Télécharger le Plan d'urbanisme
Télécharger cet extrait du plan
4.4
Autoroute Ville-Marie

Orientations générales

  • Optimiser le développement du secteur afin de rétablir les liens entre le faubourg Saint-Laurent et le Vieux-Montréal
  • Améliorer l’image générale du secteur et accroître la place du piéton et du cycliste

Problématique

Construite au cours des années 1970 pour assurer une desserte rapide et efficace au Centre, l’autoroute Ville-Marie traverse un secteur hautement stratégique bordé par le Quartier international, l’arrondissement historique du Vieux-Montréal, le faubourg Saint-Laurent et le faubourg Québec. L’aménagement en tranchée d’une portion de l’autoroute occasionne une rupture dans le cadre bâti et dans le tracé de plusieurs rues nord-sud entre les rues Saint-Urbain et Sanguinet. À cet égard, les aménagements du Quartier international, qui ont permis de mettre en valeur l’un des secteurs les plus déstructurés du Centre, offrent un exemple éloquent des retombées positives générées par le recouvrement d’une portion de la même autoroute.

Le square Viger assure la continuité des rues et de la trame urbaine. Toutefois, son aménagement, entièrement fermé sur lui-même, en fait un lieu souvent perçu comme peu sécuritaire. De plus, son encadrement par l’avenue Viger et la rue Saint-Antoine, qui font office de voies de service à fort débit de circulation, le rend difficile d’accès et diminue son attrait.

Le secteur offre ainsi un environnement peu convivial où l’on retrouve plus de six hectares de terrains vacants dont le développement est vital pour l’image et la cohésion du Centre. Cet environnement contraint, entre autres, les piétons à se déplacer dans des conditions souvent inconfortables. Le tunnel peu attrayant aménagé pour relier la station de métro Champ-de-Mars à la rue Saint-Antoine en offre un bon exemple. L’aménagement d’une bande cyclable bidirectionnelle à même le trottoir ouest de la rue Berri contribue d’ailleurs à cet inconfort. En outre, cette bande cyclable n’assure pas une visibilité adéquate des cyclistes depuis l’avenue Viger et la rue Saint-Antoine.