Sadie | De l’encens

Photo d'une élève avec son trésor de famille

Témoignage

Je m’appelle Sadie. Je viens du Tchad. J’ai 16 ans. Ça fait trois ans que je suis au Canada. Je veux vous présenter mon trésor de famille, l’encens traditionnel fait à la main par ma mère.

Description physique de l’objet

La fumigation de l’encens sert à donner une odeur douce et chaleureuse à la maison selon la manière de fabrication et les goûts de chaque personne. Par exemple, ma mère fait tremper le bois de santal dans le parfum pendant un mois avant de matérialiser l’encens. Les matières utilisées sont le bois de santal, le parfum et le sucre pour caraméliser.

Propriétaire et transmission

Cette transmission est un secret de femmes bien gardé de génération en génération. Ce qui fait la particularité des femmes tchadiennes, c’est créer une odeur douce et parfaite. On ne peut parler du Tchad sans parler d’encens. La première chose qu’une dame tchadienne fait dans sa maison, c’est la parfumer à l’encens. C’est ma mère qui réalise ce produit artisanal et elle nous le fait parvenir à ma sœur et à moi.

Mon histoire

La résine aromatique, accompagnée d’une mélodie douce, me fait oublier mes pensées et me donne de la bonne humeur. L’encens est un trésor tchadien, car partout où une femme tchadienne passe, on la reconnaît à cette odeur. La résine aromatique est importante pour tous les Tchadiens, femmes ou hommes. Peu importe où l’on va, la première chose à mettre dans notre valise, ce sont ces objets pour la fumigation.

Si un jour je me marie, j’amènerai la résine aromatique dans ma maison. Je trouve que c’est important de respecter cette tradition ancestrale. Finalement, ce qui est le plus précieux pour moi, c’est que l’encens est fait par les mains de ma mère.