Bavneet Kaur | La broderie

Élève

Témoignage

La Malaisie, un pays multiculturel, est le lieu de naissance de Bavneet Kaur, qui est moi. Je suis née en 2003. Ma mère, mon grand frère, ma petite sœur et moi avons immigré au Canada en 2019 pour avoir une meilleure vie et une meilleure éducation. C’est la première fois que j’habite dans un pays où il y a quatre saisons. C’est une belle expérience.

Je parle déjà l’anglais, le pendjabi, le malais et l’hindi. En 2020, j’ai appris une cinquième langue qui est le français. Je n’avais jamais pensé qu’acquérir cette nouvelle langue serait sur ma liste d’apprentissage. Maintenant, je suis inspirée par ma capacité d’apprendre de nouvelles langues. Mon aspiration professionnelle est de porter le sarrau à l’hôpital où je travaillerai comme médecin. Dans 15 ans, j’aimerais faire de la randonnée sur le mont Logan. 

La broderie, on l’appelle bagh en pendjabi, est mon trésor de famille. Elle a été fabriquée par l’arrière-grand-mère de ma mère avec l’aide de sa belle-mère. Mon arrière-arrière-grand-mère a tissé cette broderie de ses propres mains, en récoltant la fibre de coton, en la colorant en marron et, enfin, en la brodant avec du fil de soie multicolore. En regardant cette broderie, nous pouvons voir son affection et son travail acharné. On a l’impression de la connaître même sans la rencontrer. 

Ma famille utilise cette broderie pour les cérémonies spéciales comme les mariages. Nous tenons ce tissu aux quatre coins au-dessus de la tête de la mariée ou du marié. Les enfants de mon frère, ma sœur, ma cousine et moi seront la cinquième génération à la posséder.