COVID-19
Montréal est au palier préalerte (zone jaune). S'informer

Agir maintenant pour la relance économique _ 1,3 M$ pour soutenir l'agriculture urbaine

22 janvier 2021

Montréal, le 22 janvier 2021 - La Ville de Montréal annonce deux contributions financières totalisant 1,3 M$ pour soutenir l'élan que connaît le secteur de l'agriculture urbaine. Une contribution financière de 750 000 $ sera attribuée à la Centrale Agricole, une coopérative de solidarité pour les producteurs urbains, et 550 000 $ à AULAB, le laboratoire sur l'agriculture urbaine qui soutient l'acquisition et le transfert de connaissances. Ces deux ententes permettront d'aider concrètement les entrepreneurs agricoles montréalais en matière de démarrage et de croissance d'entreprises, d'accompagnement, et d'accès à des espaces de production. 

Le bioalimentaire représente un secteur stratégique pour le développement économique de la métropole. La crise de la COVID-19 a démontré encore davantage à quel point ce secteur est névralgique dans une optique de résilience et d'autonomie alimentaire. L'agriculture urbaine commerciale montréalaise est une industrie en plein essor qui génère plus de 400 emplois directs et qui regroupe la moitié des entreprises du secteur au Québec. La Ville de Montréal est présente pour soutenir la croissance de ces entreprises dynamiques, notamment via des projets structurants tels que l'aménagement d'un lieu de production agricole sur le toit du futur bâtiment situé à l'Esplanade Tranquille et l'ajout d'une classe d'usage « agriculture urbaine » au règlement d'urbanisme de l'arrondissement d'Ahuntsic-Cartierville. On retrouve aussi à Montréal plusieurs projets phares, tels que le laboratoire d'agriculture urbaine du Palais des congrès, le vignoble Vigne en Ville qui est le plus grand vignoble sur toit au monde, ainsi que l'entreprise Opercule avec son projet de pisciculture intérieure.

Cette annonce s'inscrit dans le cadre du plan de relance économique 2021 de la Ville, Agir maintenant pour préparer la relance, qui vise entre autres à structurer et à renforcer l'écosystème du secteur bioalimentaire dans le but d'augmenter la part de la production locale et d'appuyer ce secteur économique qui connaît une forte croissance.

« Avec notre plan de relance économique, qui cible notamment le secteur de l'agriculture urbaine, nous voulons appuyer des modèles d'affaires durables au bénéfice de la population montréalaise. Ce secteur en émergence présente un fort potentiel de croissance et il est important pour nous de le soutenir. Ces investissements renforceront une production alimentaire locale, la création d'entreprises et d'emplois agricoles en ville, et le développement de nouvelles technologies et de nouveaux procédés, ce qui permet également de revaloriser des bâtiments industriels pour leur mise à contribution pour la production intérieure de produits frais, qui s'ajoutent aux systèmes de production traditionnels. Montréal est déjà bien positionnée dans le secteur de l'agriculture urbaine et reconnue à l'international pour son innovation et son dynamisme dans le secteur. Nous souhaitons conserver notre place de leader et ce secteur contribuera certainement à notre relance verte et résiliente », a déclaré Luc Rabouin, responsable du développement économique et commercial et du design au comité exécutif.   

« On souhaite que l'agriculture urbaine se déploie partout à Montréal dans une logique de proximité avec les citoyens et les citoyennes et pour leur bénéfice. On veut développer une vision de rapprochement entre les lieux de production et de consommation qui sera profitable à long terme pour la réduction des GES. Le secteur de l'agriculture urbaine est en émergence et offre une façon de consommer des aliments de qualité produits localement », a souligné la responsable de la transition écologique et résilience, de l'Espace pour la vie et de l'agriculture urbaine au sein du comité exécutif, Laurence Lavigne Lalonde.

La Centrale Agricole offrira :

●      Hébergement d'entreprises – sous-location d'espaces de superficies variables, espaces collaboratifs (ex.: salle de formation, cuisine, lavage);

●      Contribution à la recherche et à la formation vitrine technologique, formations et ateliers;

●      Soutien à la commercialisation boutique en ligne et livraisons mutualisées, kiosques dans certains marchés publics;

●      Ouverture sur la communauté et rayonnement international – activités ouvertes au public (ex.: portes ouvertes UPA), accueil de délégations.

D'ici 2023, la contribution de la Ville devrait permettre à la Centrale Agricole d'héberger près d'une trentaine d'entreprises.

 

AULAB offrira :

●      Accompagnement d'entrepreneurs en agriculture urbaine et de propriétaires/gestionnaires immobiliers intéressés à accueillir des projets – faciliter et accélérer la création d'entreprises et la réalisation de projets, soutenir la croissance des entreprises et leur pérennité;

●      Incubation – accompagner les entreprises en voie de création et qui présentent un besoin d'accompagnement plus soutenu sous forme de mentorat;

●      Maillage – faciliter la recherche d'espaces pour les agriculteurs en les mettant en relation avec des gestionnaires immobiliers, trouver un locataire pour l'espace de production ou augmenter cet espace.

 

D'ici 2022, la contribution de la Ville devrait permettre à AULAB d'atteindre les objectifs suivants:

●      190 participants à des activités de formation et d'accompagnement;

●      8 entreprises incubées;

●      4 fermes urbaines développées et 10 projets de fermes urbaines dont le développement sera amorcé.

« Hors des jardins communautaires et collectifs et des potagers qui parsèment son territoire, de nombreuses fermes urbaines ont émergé sur l'île de Montréal dans les dernières cinq années. Que ce soit des champignonnières, des fermes maraîchères sur toit ou au sol, des serres sur toit, des élevages d'insectes, des fermes d'intérieur, Montréal est dynamique et se démarque. Avec ce soutien, la Ville de Montréal vient donner des moyens pour aller plus loin et faire de Montréal une ville nourricière innovante, en évolution et internationalement reconnue », a déclaré Éric Duchemin, directeur du Laboratoire sur l'agriculture urbaine.