Un site Web de la Ville de Montréal

L’histoire du bois de Saraguay par ses témoins matériels

16:00 - 16:30
français
Limite : 
60

Le bois de Saraguay témoigne d’un passé riche et unique, ce qui lui a valu le statut de site patrimonial du Bois-de-Saraguay avant même celui de parc-nature. Les éléments naturels en place témoignent de ce passé ainsi que plusieurs vestiges d’aménagements anciens, longtemps oubliés.

La forêt précoloniale a bien sûr laissé les composantes les plus anciennes — plans d’eau, pierres moussues, essences végétales originaires. S’y s’entremêlent les traces des occupations humaines des boisés au cours des derniers siècles.

De nombreuses familles d’agriculteurs ont longtemps utilisé ces boisés en tant que terres à bois, érablières et pâturages ombragés. Leurs champs cultivés et leurs bâtiments se trouvaient plus au sud. Leur présence pendant plus de deux siècles a laissé dans les boisés des murets et des alignements de pierre, longtemps oubliés. Le boulevard Gouin lui-même, étroit à cet endroit, fait aussi partie de cette histoire méconnue, une sorte de chaînon manquant particulier de l’ancien chemin du roi longeant la rivière des Prairies.

 De riches villégiateurs et amateurs de sports équestres ont aussi inscrit leur présence en ces lieux, de façon très singulière. Des bâtiments, des vestiges de maisons disparues et des traces d’aménagements paysagers en témoignent. Il subsiste même au cœur du bois de surprenants petits bassins ayant servi aux activités équestres.

Ce milieu naturel et ce riche patrimoine ont failli disparaître au cours des années 1950 à 1970 au profit de projets immobiliers. Heureusement, la lutte pour la préservation des boisés, la déclaration du site patrimonial et la création du parc-nature ont plutôt permis la conservation du bois et la redécouverte de son passé.

Gilles Lauzon est détenteur d’un baccalauréat en architecture et d’une maîtrise en histoire. De 1997 à 2007 il a coordonné les recherches sur le Vieux-Montréal et il a dirigé la création d’un site Web puis la publication en 2004 de L’Histoire du Vieux-Montréal à travers son patrimoine. Chercheur autonome depuis 2007, il a réalisé des études portant sur de nombreux édifices et autres lieux patrimoniaux de Montréal et de Sherbrooke, dont le parc-nature du Bois-de-Saraguay et un site funéraire situé dans le parc du Mont-Royal. Il a aussi publié en 2014 Pointe-Saint-Charles : L’urbanisation d’un quartier ouvrier de Montréal, 1840-1930.