Découvrir Montréal

Source : Ville de Montréal, Découvrir et Vivre à Montréal, p.13-23

Montréal est une ville reconnue pour son ouverture sur le monde, son dynamisme économique, sa vie culturelle omniprésente et diversifiée. Montréal est une ville unique à l’image des personnes et des groupes provenant de tous les coins du monde. Une harmonie interculturelle y règne.

L’histoire de Montréal

L’histoire de Montréal est jalonnée d’événements importants qui marquent encore notre présent. L’appellation Montréal a d’abord désigné la montagne, ensuite l’île et enfin la ville elle-même.

En 1535, l’explorateur français Jacques Cartier effectue son second voyage en Nouvelle-France. Il est accueilli par des Iroquoiens habitant un village fortifié du nom de Hochelaga et situé au flanc d’une montagne. Jacques Cartier prend possession du territoire au nom de la Couronne française et utilise pour la première fois l’expression mont Royal (« mons realis », en latin) pour baptiser la montagne.

Les Iroquoiens sont un des groupes amérindiens présents sur le territoire depuis plusieurs milliers d’années. Avant l’arrivée du premier Européen sur l’île, de nombreux Amérindiens la fréquentent déjà. Ils y sont demeurés après l’arrivée des nouveaux colons. Encore aujourd’hui, dans la grande région métropolitaine de Montréal, les Premières Nations sont bien présentes.

En 1642, près de 100 ans plus tard, Paul de Chomedey de Maisonneuve et Jeannne Mance fondent Montréal sous le nom de « Ville-Marie », en l’honneur de la vierge. Cependant, dès les premières années de son existence, Ville-Marie est aussi désignée par le nom de Montréal, au même titre que la montagne. À partir de 1665, le nom Ville-Marie n’est plus utilisé.

Montréal, d’une petite colonie à une grande ville du continent nord-américain

Durant les premières années de sa fondation, Montréal est une petite colonie missionnaire. La croissance rapide de la ville s’accélère par la construction en 1824 du canal Lachine et l’adoption d’une industrialisation plus mécanisée. Le grand développement des banques et des autres institutions financières à la même époque lui permet de devenir le centre financier canadien durant la première moitié du 20e siècle. Montréal, métropole du Québec, est aujourd’hui une des grandes villes du continent nord-américain avec une population de 1,6 million d’habitants.

Les vagues migratoires : une tradition séculaire

Montréal a connu différentes vagues d’immigration. D’abord françaises, puis britanniques, elles se diversifient à partir du milieu du 20e siècle avec l’arrivée d’autres groupes du continent européen. Au début des années 1960, l’immigration est encore plus variée avec l’arrivée de communautés provenant d’Asie. Dans les années 1970, les personnes immigrantes proviennent surtout d’Europe, d’Asie et des Caraïbes. À partir des années 1980, les immigrants originaires d’Asie sont les groupes les plus populeux. Les années 1990 confirment cette tendance. Depuis les années 2000, l’immigration continue de se diversifier avec des communautés en provenance d’Afrique du Nord et d’Amérique latine. Aujourd’hui, Montréal s’enrichit toujours de l’apport de personnes de différents pays du monde et conserve encore des traits de la civilisation française d’origine et de l’influence britannique.

Montréal, ville contemporaine, cosmopolite et internationale

Les vagues d’immigration successives qu’a connues Montréal tout au long des derniers siècles en ont fait la ville cosmopolite que l’on connaît aujourd’hui avec plus de 120 communautés ethnoculturelles. Véritable carrefour économique, Montréal se place à la hauteur des défis ambitieux qu’elle s’est fixés en encourageant sans cesse l’investissement. Mondialement reconnue pour sa qualité de vie exceptionnelle, Montréal porte une attention particulière à son environnement, à ses aménagements urbains, à la mise en valeur de son patrimoine et à la qualité de son milieu de vie. Conférences et grands événements internationaux viennent placer cette grande métropole au cœur des enjeux internationaux.

Les symboles de la Ville de Montréal

La Ville de Montréal possède trois symboles qui reflètent son passé et son histoire : ses armoiries, son drapeau ainsi que son logotype.
www.ville.montreal.qc.ca/archives

La géographie de Montréal

Montréal occupe une position stratégique en Amérique du Nord. Capitale économique du Québec, elle est à une heure de vol des grands centres économiques comme New York, Boston et Toronto, et à moins d’une heure de route de la frontière américaine. Montréal est située sur une île qui mesure environ 50 km de long et 16 km à son point le plus large. Baignée par le Saint-Laurent, elle possède plus de 266 km de rives. En son centre, juste au nord du centre-ville s’élèvent les trois pics du mont Royal.

Pour trouver des cartes détaillées de Montréal :
www.ville.montreal.qc.ca

Montréal : la ville, l’île et l’agglomération

Montréal peut désigner à la fois une ville, une île et une agglomération. Montréal en tant que ville couvre le territoire des 19 arrondissements qui la composent. L’île de Montréal comprend la ville de Montréal et 15 villes de banlieue, dites villes liées. L’ensemble de ce territoire forme l’agglomération de Montréal. Elle est représentée par une instance politique formée des élus des arrondissements et des villes liées. Dans le présent document, nous parlerons de Montréal en tant que ville puisqu’il est question du territoire couvert par l’administration municipale montréalaise.

Les 19 arrondissements

  1. Ahuntsic-Cartierville
  2. Anjou
  3. Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce
  4. Lachine
  5. LaSalle
  6. Le Plateau-Mont-Royal
  7. Le Sud-Ouest
  8. L’île-Bizard–Sainte-Geneviève
  9. Mercier–Hochelaga-Maisonneuve
  10. Montréal-Nord
  11. Outremont
  12. Pierrefonds-Roxboro
  13. Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles
  14. Rosemont–La Petite-Patrie
  15. Saint-Laurent
  16. Saint-Léonard
  17. Verdun
  18. Ville-Marie
  19. Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension

Les 15 villes liées

  1. Baie-D’Urfé
  2. Beaconsfield
  3. Côte-Saint-Luc
  4. Dollard-Des Ormeaux
  5. Dorval
  6. Hampstead
  7. L’Île-Dorval
  8. Kirkland
  9. Montréal-Est
  10. Montréal-Ouest
  11. Mont-Royal
  12. Pointe-Claire
  13. Sainte-Anne-de-Bellevue
  14. Senneville
  15. Westmount

Montréal : ses principes et ses valeurs

Les fondements

La Ville de Montréal est guidée par des principes et des valeurs de démocratie, de liberté, d’égalité et de participation des citoyennes et des citoyens à la vie démocratique. Ceux-ci s’appuient sur deux chartes :

Charte québécoise des droits et libertés de la personne

Loi quasi constitutionnelle, la Charte du Québec vise à protéger les droits et libertés de toute personne vivant au Québec et à favoriser l’égalité entre les individus.
www.cdpdj.qc.ca

Charte montréalaise des droits et responsabilités

En vigueur depuis le 1er janvier 2006 et revue en 2011, la Charte montréalaise est un outil essentiel promouvant l’ouverture, le respect, la solidarité et la transparence, des valeurs sur lesquelles repose la vie démocratique à Montréal. Élaborée avec la collaboration des citoyennes et citoyens, elle est souvent citée en exemple sur la scène internationale comme instrument favorisant l’inclusion sociale.
www.ville.montreal.qc.ca/chartedesdroits

L’ombudsman de Montréal

La Charte montréalaise des droits et responsabilités désigne l’ombudsman de Montréal pour voir à son application. L’ombudsman de Montréal est une personne complètement neutre et indépendante de l’administration municipale et des élus auprès de qui toute personne physique – sans égard à son statut – vivant sur le territoire de la ville peut adresser une plainte si elle considère être victime d’une atteinte aux droits énoncés dans la Charte. L’ombudsman de Montréal offre un dernier recours aux citoyens et aux citoyennes qui ont préalablement tenté de régler leur problème en s’adressant à l’arrondissement ou au service concerné.

275, rue Notre-Dame Est, bureau R-100
www.ville.montreal.qc.ca/ombudsman
ombudsman@ville.montreal.qc.ca
514 872-8999

Article 12 de la Charte montréalaise des droits et responsabilités

« Le cosmopolitisme de Montréal représente une richesse mise en valeur par la promotion de l’inclusion et de relations harmonieuses entre les communautés et les individus de toutes les origines. »

La primauté de la langue française

Le français est la langue officielle de communication entre la Ville et ses citoyens. Il est un symbole d’appartenance à la société montréalaise et demeure le principal outil de communication de tous les citoyens.

Office québécois de la langue française
www.oqlf.gouv.qc.ca

Une société laïque

Tout comme l’État québécois, la Ville de Montréal et ses institutions sont laïques : les pouvoirs politiques et religieux sont séparés.

La diversité culturelle et l’inclusion

Montréal est caractérisée par une population très variée au chapitre des cultures et des croyances religieuses. Dès la fin des années 1980, l’administration municipale prend en compte cette diversité et adapte les nombreux services aux besoins de sa population. L’administration municipale prend ainsi position pour assurer un accès équitable aux services et maintenir une cohabitation harmonieuse entre les habitants de son territoire.

Par exemple, elle crée en 1988 une unité administrative, travaillant avec les autres instances de la Ville et des partenaires externes, chargée de coordonner les différentes politiques et actions municipales dans le domaine des relations interculturelles. L’administration municipale met également en place le Conseil interculturel de Montréal (CIM), un organisme indépendant de consultation et d’échanges en matière d’intégration et de relations interculturelles.

Les initiatives de l’administration de Montréal en la matière se poursuivent en 2004 avec la Déclaration de Montréal pour la diversité culturelle et l’inclusion. Celle-ci réaffirme l’engagement de la Ville à structurer les interventions municipales dans une approche inclusive et à prendre toutes les mesures pour favoriser le rapprochement interculturel, le dialogue des cultures et une meilleure gestion de la diversité culturelle. En 2011, Montréal est associée au réseau des Cités interculturelles du Conseil de l’Europe, expression d’une reconnaissance internationale pour l’ensemble de ses actions dans le domaine interculturel.

En 2016, la Ville de Montréal crée le Bureau d’intégration des nouveaux arrivants à Montréal (BINAM) regroupant sous la même bannière tous les services et fonds destinés à l’accueil des nouveaux arrivants dans la métropole.

Bureau d’intégration des nouveaux arrivants
www.ville.montreal.qc.ca/binam

Service de la diversité sociale et des sports
www.ville.montreal.qc.ca/diversite

Conseil interculturel de Montréal
www.ville.montreal.qc.ca/cim

L’accès à l’égalité en emploi dans des organismes publics

La Loi sur l’accès à l’égalité en emploi dans des organismes publics est appliquée à l’ensemble des organismes publics qui emploient 100 personnes ou plus et vise la représentation des groupes cibles au sein de leur personnel, dont les femmes, les personnes handicapées, les autochtones, les membres des minorités visibles et les membres de minorités ethniques. En tant qu’administration publique socialement responsable, la Ville de Montréal souhaite que le visage de sa population se reflète au sein de son organisation. Elle met ainsi en place des mesures dans le respect de cette loi.
www.ville.montreal.qc.ca/emplois

L’égalité entre les femmes et les hommes

Les femmes et les hommes ont les mêmes droits et sont considérés égaux. Avec la politique Pour une participation égalitaire des femmes et des hommes à la vie de Montréal, Montréal continue d’être une ville phare en matière d’égalité à l’échelle nationale et internationale. Cette politique est construite autour de cinq axes d’intervention :

  • La gouvernance
  • La Ville, employeur
  • Les services aux citoyennes
  • Les femmes, moteur de développement économique
  • Les Montréalaises sur la scène internationale

www.ville.montreal.qc.ca/diversite

La reconnaissance des différentes orientations sexuelles

En 2005, l’administration municipale s’engage par l’intermédiaire de la Charte montréalaise des droits et responsabilités à combattre l’homophobie, reconnaissant par le fait même que cette discrimination pouvait miner les fondements d’une société libre et démocratique. Depuis 1969, les relations sexuelles entre personnes de même sexe ne sont plus criminalisées au Canada. En 2005, les mariages entre personnes de même sexe ont été légalisés.