Coût total des services policiers par habitant

Description

Cet indicateur considère les coûts relatifs aux activités suivantes : la protection des personnes et de leurs biens, le maintien de la paix, la préservation de la sécurité publique et la prévention du crime.

Les coûts présentés intègrent de surcroît l’amortissement et les coûts du soutien aux activités de l’indicateur. Ce dernier représente une allocation de dépenses corporatives indirectes incluant la gestion budgétaire, la comptabilité, la gestion des ressources humaines, les achats, la gestion des stocks, l’informatique, les services juridiques, etc.

La population est celle de l’agglomération de Montréal. Elle correspond à la valeur estimée par l’Institut de la statistique du Québec (ISQ) au 1er juillet de l’année de référence.

Particularités de la Ville de Montréal

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) assure la protection de l’agglomération, soit des 15 villes reconstituées de l’île et des 19 arrondissements de la Ville de Montréal.

L’agglomération de Montréal se distingue par la présence d’infrastructures spécifiques sur son territoire (Aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau, raffineries, universités, collèges, centres de recherche, réseau piétonnier souterrain de 32 kilomètres, métro, installations portuaires, casino, etc.). Ces infrastructures sont génératrices de risques pour lesquels le SPVM doit mettre en place des actions de prévention et des mécanismes d’intervention.

La Ville de Montréal dessert une population flottante importante résultant des mouvements quotidiens des banlieusards, des touristes, des résidents saisonniers et des foules. Les festivités, manifestations et divers chantiers façonnent également l’environnement urbain et ont un impact sur la prestation du personnel du SPVM.

La densité de la population et la réalité sociodémographique de Montréal contraignent le SPVM, en collaboration avec plusieurs partenaires, à développer une panoplie de projets de prévention, d’aide et de rapprochements, visant entre autres les aînés, les jeunes, l’itinérance, la prostitution, les crimes de violence et la santé mentale, de même que des plans directeurs spécifiques (sur la prostitution, le profilage racial, la lutte contre les gangs de rue, etc.).

Plusieurs politiques et programmes sont uniques au SPVM tels que le plan d’action directeur sur la prostitution et la traite de personnes à des fins d’exploitation sexuelle et les plans d’action stratégiques en matière de violence conjugale et intrafamiliale, de santé mentale et de profilage racial et social.

Représentation graphique de l'indicateur

Tableau des données de la Ville

20132014201520162017
Coûts directs relatifs aux services policiers664 164 906673 564 636658 607 606660 392 735685 074 949
Coûts des activités de soutien relatifs aux services policiers118 019 639118 754 82493 028 05692 618 29789 204 377
Amortissement relatif aux services policiers20 678 14422 271 89724 965 97521 696 25622 121 491
Revenus relatifs aux services policiers en provenance des autres municipalités00000
Population de l’agglomération de Montréal1 937 9991 974 4081 997 7062 011 7782 025 127
Coût total des services policiers par habitant414,27412,57388,75385,09393,26
Écart avec l'année précédente--0,4%-5,8%-0,9%2,1%
Évolution-5,1%

Analyse

Le coût total des services policiers par habitant a légèrement augmenté entre 2016 et 2017. Cette variation s’explique essentiellement par l’impact des heures supplémentaires des effectifs policiers pour gérer la fluidité de la circulation aux abords des chantiers de construction.

Par rapport à 2013, l’indicateur est à la baisse. Cette tendance s’explique par l’effet combiné des deux facteurs qui suivent.

D’une part, il y a eu une diminution des cotisations de l’employeur au régime de retraite depuis 2015 (incluses dans la variable A) et la mise en place d’un plan rigoureux de réduction des effectifs dans le cadre de la mise en œuvre du plan quinquennal de main d’œuvre (PQMO). Ces deux éléments ont contribué de façon importante à contrôler les dépenses en réduisant la masse salariale qui, à elle seule, représente près de la moitié du budget de la Ville. Cette diminution de la masse salariale a été accompagnée d’une baisse significative des charges relatives au déficit actuariel (qui sont incluses dans la variable B), ce qui résulte de l’adoption en 2014 de la Loi favorisant la santé financière et la pérennité des régimes de retraite à prestations déterminées du secteur municipal (RLRQ, c. 15) et également de bons rendements des placements de la caisse de retraite dans les dernières années.

D’autre part, la croissance de la population de l’agglomération durant les dernières années (variable E) a elle aussi contribué à contenir l’évolution de la tendance propre à cet indicateur.

Représentation graphique de l'indicateur - Montréal versus les autres villes sélectionnées du REMC

Analyse Montréal versus les autres villes sélectionnées du REMC

L’écart par rapport à la médiane est jugé non significatif, car il se situe dans la fourchette de plus ou moins 10 % d’écart jugé acceptable compte tenu des facteurs d’influence.

Facteurs d'influence

Facteurs d’influence recensés par le REMC :

— Importance de la population flottante : bien que la portée des mouvements quotidiens des banlieusards, des touristes, des résidents saisonniers et des foules qui se déplacent pour assister aux grands événements culturels, sportifs ou aux manifestations soit tout à fait majeure, les calculs des indicateurs sont uniquement basés sur le dénombrement de la population résidente.
— Population : chaque municipalité estime le dénombrement de sa population. Cette pratique peut entraîner des écarts entre les indicateurs publiés par les services de police et ceux qui sont publiés par Statistique Canada, qui réfèrent à des données démographiques moins récentes.
— Protection des établissements commerciaux et industriels : les coûts engagés par les services de police pour la protection des commerces et des industries sont intégrés dans le calcul des indicateurs, et ce, même s’ils sont basés sur le nombre d’habitants.
— Services spécialisés : les grandes agglomérations requièrent des services spécialisés à plusieurs niveaux (par exemple : groupe d’intervention tactique, mesures d’urgence, services de renseignement axés sur la lutte antiterroriste, agence assurant la sécurité de dignitaires étrangers en visite, cavalerie, unité d’intervention marine, unité médico-légale).
— Composition socio-économique de la population de la municipalité.
— Structure gouvernementale : différents paliers de gouvernance municipale et différentes responsabilités relatives aux services rendus, entre autres, à la Cour municipale.

Provenance

REMC

Variables