Coût total de l’entretien hivernal des routes par kilomètre de voie entretenue l’hiver

Description

Cet indicateur considère les coûts relatifs aux activités suivantes : déneigement et chargement de la neige, contrôle du verglas par l’épandage de sel et d’abrasifs, exploitation des sites de gestion de la neige et activités de veille météorologique. L’entretien hivernal des trottoirs et des stationnements est par définition exclu.

Le coût total présenté intègre de surcroît l’amortissement et les coûts de soutien aux activités de l’indicateur. Ces derniers représentent une allocation de dépenses institutionnelles indirectes incluant la gestion budgétaire, la comptabilité, la gestion des ressources humaines, les achats, la gestion des stocks, l’informatique, les services juridiques, etc.

Une voie est pour sa part définie comme une subdivision longitudinale de la chaussée permettant la circulation ou le stationnement de véhicules et est représentée par une largeur standard de 3,65 mètres. La méthodologie de classification des voies est présentée dans le Règlement 239/02 de l’Ontario relatif aux normes d’entretien minimales des routes municipales. Elle est établie en fonction de deux facteurs : le débit journalier moyen annuel et la vitesse maximale autorisée.

Particularités de la Ville de Montréal

La Ville de Montréal se distingue dans un premier temps par la quantité de précipitations de neige qui tombe sur son territoire. Elle a été en moyenne de 217 centimètres au cours des 30 dernières années.

Elle se distingue également par le nombre d’épisodes de gel et de dégel qui surviennent durant la saison hivernale. Ces nombreux épisodes requièrent un entretien soutenu du réseau et l’épandage de sel ainsi que d’abrasifs sur les chaussées et les trottoirs.

En outre, une faible portion de la neige enlevée, soit approximativement 10 %, est soufflée à l’extérieur des rues. Le reste, soit approximativement 90 %, est chargé dans des camions et transporté vers des sites d’élimination. Or, le chargement et le transport de la neige sont bien plus coûteux que le soufflage sur des terrains adjacents.

Représentation graphique de l'indicateur (avec amortissement)

Tableau des données de la Ville (avec amortissement)

2014201520162017
Coûts directs relatifs à l’entretien hivernal des routes123 358 669130 394 048128 080 008163 324 505
Coûts du soutien aux activités relatifs à l’entretien hivernal des routes28 542 64832 372 88331 326 63430 869 360
Amortissement relatif à l’entretien hivernal des routes12 453 94913 397 56612 687 38713 562 721
Revenus relatifs à l’entretien hivernal des routes en provenance des autres municipalités200 09413 93613 9360
Nombre de kilomètres de voie entretenue durant la saison hivernale11 56011 52011 32911 436
Coût total de l’entretien hivernal des routes par kilomètre de voie entretenue l’hiver14 20015 29115 18918 167
Écart avec l'année précédente-7,7%-0,7%19,6%
Évolution27,9%

Représentation graphique de l'indicateur (sans amortissement)

Tableau des données de la Ville (sans amortissement)

2014201520162017
Coûts d’exploitation relatifs à l’entretien hivernal des routes par kilomètre de voie entretenue l’hiver (excluant l’amortissement)13 12314 12814 06916 981
Écart avec l'année précédente-7,7%-0,4%20,7%
Évolution29,4%

Représentation graphique de l'indicateur - Montréal versus les autres villes sélectionnées du REMC (avec amortissement)

Représentation graphique de l'indicateur - Montréal versus les autres villes sélectionnées du REMC (sans amortissement)

Facteurs d'influence

Facteurs d’influence recensés par le REMC :

— Politique de capitalisation et d’amortissement : les seuils de capitalisation des dépenses et les taux d’amortissement diffèrent selon les municipalités. Dans une municipalité, une activité pourrait être considérée comme relevant du budget de fonctionnement tandis que dans une autre, elle pourrait être capitalisée.
— Conditions économiques : la croissance des coûts de l’asphalte, du béton et des services contractuels peut contribuer à réduire l’entretien pour un budget donné.
— Normes d’entretien : l’existence de différentes normes, adoptées par les conseils municipaux respectifs, peut avoir un impact sur les coûts et sur la qualité des routes.
— Trafic et modèle urbain : le trafic peut accélérer la dégradation des routes et accroître la fréquence ainsi que le coût d’entretien de ces dernières. La congestion, l’étroitesse des rues, la présence de feux de circulation additionnels et l’entretien effectué à des heures non conventionnelles peuvent également engendrer un accroissement des coûts.
— Réparation des infrastructures : les coûts des réparations peuvent varier de façon significative d’une année à l’autre.
— Conditions climatiques : la fréquence et la sévérité de certaines conditions climatiques ont une incidence sur les coûts d’exploitation et d’entretien, de même que les seuils de réponse et les normes de service adoptés par chaque municipalité.

Provenance

REMC

Variables