La montagne des jours

Patrimoine artistique et commémoratif

Légende : Gilbert Boyer, "La montagne des jours", 1991, élément 1.
Source : Collection Ville de Montréal Pierre
Credit : © David Giral, 2010

Groupe d'onglets

Informations générales
Emplacement : 
Précision de l’emplacement : 
1- reliant le chemin Olmsted et le monument à Sir George-Étienne Cartier 2- près de l’escalier sous l’observatoire (près du chemin Olmsted) 3- près de la tour Radio-Canada (antenne) 4- près de l’abri 5- entre le terrain de jeux et le lac aux Castors
Matériaux : 
Pierre
Dimensions : 
Diamètre : 152 cm

Description

L’œuvre est composée de cinq disques de granit poli, disposés sur le sol de la montagne à cinq emplacements différents. Sur chacun de ces disques, des phrases et des bribes de conversation ont été gravés de manière concentrique. Les courts textes sont tirés de conversations captées et sélectionnées par l’artiste dans le parc ajoutés à ses réflexions personnelles.

1- UNE BOULE DE BRUME AUTOUR DE LA LUNE DEUX TROIS ÉTOILES / ÇA VA ON A MOINS UN QUART D’HEURE AVANT QU’IL ARRIVE IL VA NOUS REJOINDRE AU VIEUX PEUPLIER / LUNDI MARDI MERCREDI JEUDI VENDREDI SAMEDI DIMANCHE / AVANT PROMET DE NE RIEN DIRE À PERSONNE TU ES AU COURANT DE CES HISTOIRES QU’IL RACONTE TOUT LE TEMPS À TOUT LE MONDE ET BIEN / G BOYER 1991

2- ODEURS / JE NE ME RAPPELLE MÊME PLUS POURQUOI / PAS LOIN D’ICI CHARLES ET MOI ON S’ÉTAIT CHICANÉ / MOI, J’AIME TOUJOURS ÇA VENIR SUR LA MONTAGNE. ÇA ME FAIT DU BIEN / TOUTE LA VIE / LE ROCHER / UNE PLUIE FINE / AH! UNE PERÉCE DE SOLEIL. JE TE L’AVAIS DIT. NON? ON FAIT LE GRAND TOUR / G BOYER 1991

3- TONNERRE / ON VA PASSER PAR LE CHEMIN DE LA DAME. JE VAIS TE MONTRER QUELQUE CHOSE/ ÉCOUTE… FAUDRAIT Y ALLER. C’EST À LA VEILLE DE TOMBER / DE TEMPS EN TEMPS, JE LÈVE LES YEUX. IL Y A LE PAYSAGE. COMME ÇA, JE FAIS DURER LE PLAISIR / C’EST BEAU NON? QUAND JE VEUX LIRE LES DERNIÈRES PAGES D’UN BON LIVRE, JE M’INSTALLE ICI / LOIN LOIN LOIN VOLER AU-DESSUS DE LA MONTAGNE JUSQU’À S’ENDORMIR / G BOYER 1991

4- À TOUS LES JOURS / TU VAS M’ÉCRIRE SOUVENT? / TU SAIS, ÇA ME MANQUE BEAUCOUP. DES FOIS JE FERME LES YEUX, J’IMAGINE QUE JE SUIS LÀ-BAS. TU SOURIS. / OUI. MOI AUSSI ÇA FAIT LONGTEMPS QUE JE NE SUIS PAS RETOURNÉ… BIENTÔT… TU AURAIS DÛ M’AMENER ICI AVANT / APPUYER SUR UN ARBRE LE VENT DANS LES FEUILLES DES TACHES DE LUMIÈRE / G BOYER 1991

5- AEIOUY / DES POISSONS ROUGES! IL Y A PLEIN! / MAIS L’HIVER, OÙ ILS VONT? / HÉ! T’AS UNE COCCINELLE SUR L’ÉPAULE/ NON ENLÈVE LA PAS, ÇA PORTE CHANCE / VEUX-TU ALLER TE BALANCER? LE PREMIER ARRIVÉ / MOI JE PEUX MONTER PLUS HAUT QUE LE CIEL / UN PETIT GARÇON A RETROUVÉ SA MAMAN. ELLE A UN CHANDAIL BLANC / G BOYER 1991

Interprétation

En 1988, Gilbert Boyer, artiste montréalais reconnu pour ses installations en art public réalisait Comme un poisson dans la ville, une œuvre constituée d’une douzaine de plaques en pierre fixées sur différents édifices de Montréal. Avec ses phrases fragmentées et ses pensées fugaces, toutes tirées de la vie quotidienne, cette œuvre marquait le début d’une série sur les mots, série dans laquelle s’insère La montagne des jours.

Tout comme les autres œuvres de cette série, l’œuvre du parc du Mont-Royal met en valeur la mémoire collective à travers des mots, glanés ici et là dans le quotidien, des bouts de phrases qui autrement se seraient perdus à tout jamais. En récoltant ces paroles éphémères, en les figeant dans la pierre, l’artiste non seulement les expose publiquement mais leur accorde une valeur d’éternité. Ces disques de granit deviennent en effet des monuments, fixant les conversations des passants là où elles ont eu lieu, sur le mont Royal. Ces gens sont-ils encore vivants? Et nous, qui se souviendra de nous, une fois que nous nous serons tus? Du coup, c’est toute notre notion du temps qui s’en trouve bouleversée.

Mais pour vivre cette expérience il faut également s’arrêter, prendre le loisir de dénicher l’œuvre, de la lire, de la comprendre.

La montagne des jours nous invite donc à faire une pause dans notre quotidien pour nous questionner sur nous-mêmes et sur nos liens avec la montagne.

Documentations

Références bibliographiques

BOYER, Gilbert. La montagne des jours. Montréal, Centre international d'art contemporain de Montréal, 1992, 36 pages.

LESPÉRANCE, Marie-Claude. L’art public à Montréal. Montréal, Éditions Logiques, 2000 199 pages.

LUSSIER, Réal. Gilbert Boyer : inachevée et rien d’héroïque. Montréal, Musée d’art contemporain, 1999, 24 pages.

« La montagne des jours », dans L’art public à Montréal : La collection municipale. [En ligne]. http://ville.montreal.qc.ca/portal/page?_pageid=678,1154690&_dad=portal&.... Consultée le 1er mars 2011.

VILLE DE MONTRÉAL. Dossiers Art public.

VILLE DE MONTRÉAL. Site Internet du Bureau d’art public.

Auteur

Boyer, Gilbert (1951 - )

Type

  • Œuvre d'art

Arrondissement/ville

  • Ville-Marie

Sommet

  • Colline Mont-Royal

Unité topographique

  • L'entre-monts