Services en ligne

Sélectionnez un service à droite pour plus de détails.

 

Choisir un service

 

Tous les services en ligne

 

Historique d’Hochelaga-Maisonneuve

Livreur de l'ancienne biscuitterie Viau
1850-1860 Début de la révolution industrielle au Canada. Aménagement du canal Lachine. Les espaces agricoles de l’est de Montréal commencent à être convoités à des fins d’urbanisation et d’industrialisation.
1870-1883 Création de la municipalité d’Hochelaga.
1871 à 1881 La population passe de 1061 à 4000 habitants.
Établissement de nombreuses industries : filatures de coton, papier de goudron, fabriques de tabac, ateliers de tramway et articles de bois. Ces industries exigent une main-d’œuvre abondante qui s’installe dans les environs.
1883 La municipalité d’Hochelaga est annexée à Montréal et la municipalité de Maisonneuve est créée par des promoteurs afin de faire fructifier leurs terrains situés à l’est d’Hochelaga.
Le conseil municipal de la ville de Maisonneuve attire les entreprises en instaurant des mesures de subvention et d’exemption de taxes pour les entreprises, ce qui hisse Maisonneuve au 5e rang des villes industrielles du Canada. D’importantes industries s’y installent :
  • La raffinerie St. Lawrence Sugar Co.;
  • Canadian Vickers, centre de construction navale;
  • Dufresne & Locke, une importante fabrique de chaussures;
  • La biscuiterie Viau.
1914 Le mouvement urbanistique « City Beautiful » influence le développement de la ville de Maisonneuve. Plusieurs lieux de marques sont construits :
  • L’hôtel de ville (maintenant la bibliothèque Maisonneuve);
  • Le bain Morgan;
  • Le marché Maisonneuve;
  • Le poste de pompier et de police numéro 1 (plus tard le Théâtre sans fil);
  • Le parc Maisonneuve.
1918 La ville de Maisonneuve est annexée à Montréal en raison de la crise économique créée par la Grande Guerre et l’important développement de la ville.
1950-60 Après la Deuxième Guerre mondiale et des années de rationnement et de chômage, le quartier se modernise : début des banques populaires, popularisation de l’automobile et organisation communautaire, sous fond de pauvreté à cause de la désindustrialisation du quartier en temps de crise économique.
Source : Atelier d’histoire Hochelaga-Maisonneuve