Services en ligne

Sélectionnez un service à droite pour plus de détails.

 

Choisir un service

 

Tous les services en ligne

 

Pierre Lessard-Blais est Maire d'arrondissement, Conseiller de la Ville, Projet Montréal - Équipe Valérie Plante

Karine Boivin Roy est élue conseillère de ville pour le district Louis-Riel de l’arrondissement de Mercier−Hochelaga-Maisonneuve à l’élection municipale du 3 novembre 2013.

Originaire de Chicoutimi, elle a grandi à Boucherville sur la Rive-Sud de Montréal, où elle a habité pendant 19 années. Elle habite le district Louis-Riel depuis 2010 et l’arrondissement de Mercier−Hochelaga-Maisonneuve depuis 2006.

Karine Boivin Roy détient un baccalauréat en droit de l’Université Laval, un baccalauréat en art avec majeur en anthropologie de l’Université McGill et un certificat en gérontologie de l’Université de Montréal.

Elle est admise au Barreau du Québec en 2004. Elle amorce sa carrière d’avocate en cabinet privé et la poursuit ensuite à titre de conseillère juridique en milieu d’entreprise. Elle est la responsable interne des Affaires juridiques du Groupe F. Farhat inc. pendant 5 ans, soit de 2006 à 2010. Elle y pratique le droit corporatif, le droit commercial, le droit immobilier, ainsi que le droit de l’emploi. Elle revient en cabinet privé en 2010. Sa pratique s’exerce toujours dans les domaines du droit corporatif, commercial et immobilier, mais aussi en droit de la famille et en litige matrimonial.

Dans le cadre de ses études en droit, madame Boivin Roy avait été sélectionnée à l’été 2001 pour participer à un stage sur les réfugiés internationaux au Pearson Peecekeeping Center, à Halifax en Nouvelle-Écosse. Elle avait également été sélectionnée pour effectuer un stage de recherche au Ministère de la Justice (Québec) et y avait complété la rédaction d’un rapport sur l’impact du droit dans la vie des personnes âgées. Pour l’année universitaire 2001-2002, elle avait été choisie avec un autre étudiant de sa cohorte pour participer à un concours de plaidoirie, ayant eu lieu à Vienne en Autriche, sur une problématique de droit commercial international.

Avant la pratique du droit, ses intérêts académiques et personnels l'ont amenée à étudier et à travailler sur la scène internationale. En 1997, elle avait été sélectionnée pour effectuer un stage en archéologie sur 3 sites de fouilles et recherches à Osaka, au Japon, sous les auspices de l’organisme japonais « Osaka City Cultural Properties Association ».

Toujours en 1997, elle avait fait un stage en tant que préposée dans un projet humanitaire visant à lutter contre la pollution de l’environnement à Perm, en Russie, sous les auspices de l’organisme québécois « Chantiers Jeunesse ». Elle avait complété ensuite, à l’hiver 1998, un trimestre universitaire à Mombasa et ailleurs au Kenya.

La combinaison de ces diverses expériences a permis à madame Boivin Roy d’acquérir une formation solide, dynamique et évolutive, en phase avec les réalités actuelles d'un monde sans frontières et en perpétuel changement. Un fil d’Ariane parcourt par ailleurs son cheminement académique et professionnel : celui d’être au service d’autrui et celui de son intérêt pour l’être humain en interaction avec ses semblables dans une société donnée. Dynamique et engagée, elle adopte une approche à la fois humaine et rigoureuse dans le traitement de ses dossiers, centrée sur les besoins et les attentes des gens qui requièrent ses services.

Animée par le constant désir de s’impliquer socialement, elle a occupé à la fois des postes pour l’Association internationale francophone des aînés (1996-1997) et l’Association des paraplégiques du Québec (1998-1999). Elle siège depuis 2013 sur le conseil d'administration de la Corporation de sensibilisation VPH, un organisme national à but non lucratif dont la mission est de sensibiliser les jeunes et leurs parents sur les risques et la prévention du virus du papillome humain.

Éric Alan Caldwell est un Montréalais qui s’intéresse vivement à la vie communautaire. Pour lui, la vie de quartier passe par une implication citoyenne locale forte qui permet des projets rassembleurs autour d’enjeux ciblés.

Depuis son plus jeune âge, il s’intéresse grandement à l’histoire. Né dans le village de Ste-Hedwige-de-Clifton, il s’est toujours intéressé à l’histoire de sa région. Maintenant, depuis son arrivée dans l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, l’histoire industrielle d’Hochelaga passionne encore le conseiller de ville. Le quartier étant rempli d’un patrimoine historique important, M. Caldwell lui accorde une valeur culturelle inestimable.

Éric Alan Caldwell accorde également beaucoup d’importance aux liens historiques établis entre Hochelaga et Maisonneuve. En effet, pour lui, la mixité du nom du village iroquois avec le notable quartier riche francophone met bien en perspective la difficulté encore réelle aujourd’hui de vivre en société inclusive, et ce, peu importe le statut social. Pour M. Caldwell, cette facette du quartier rend hommage à notre histoire et explique bien les difficultés sociétales dans lesquelles nous vivons actuellement.

En plus de l’histoire, le conseiller d’Hochelaga a plusieurs autres champs d’intérêt. En effet, il a également fait partie de la Coalition pour humaniser la rue Notre-Dame qui réclamait une plus grande place réservée au transport en commun. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il a joint la vie politique : pour avoir un impact concret sur la qualité de vie de la population. Il préconise d’ailleurs une meilleure intégration des aînés et des écoles pour améliorer la vie de quartier.

Le conseiller d’Hochelaga a également plusieurs expériences au niveau international. Il a notamment visité un camp de travail haïtien dans les plantations de canne à sucre en République Dominicaine dans l’objectif d’y observer la qualité de vie au travail. Il a également visité un camp de réfugié au Kosovo lors des conflits interethniques s’étant déroulés dans les années 1999-2000. Son objectif était d’y observer l’application des droits de l’Homme.

M. Caldwell est diplômé de l’UQAM. Il détient un certificat en scénarisation cinématographique et un certificat en économique. Il étudie présentement à temps partiel en planification territoriale et gestion de risques. Il est également diplômé de l’Institut nationale de l’image et du son (INIS) en production télévisuelle.

Dans ce mandat, il a pour objectif de redonner plus de transparence à l’arrondissement, et ce, tant au niveau de la planification urbaine que des choix budgétaires. Il croit beaucoup à l’importance d’avoir une culture locale forte et affirmée, car le moteur d’une société est dans son identité notamment dans Hochelaga.

M. Éric-Alan Caldwell siège également sur plusieurs comités :

  • Président du comité de la toponymie;
  • Membre du comité du Pôle olympique;
  • Membre du comité logement 

Laurence Lavigne Lalonde est une jeune femme originaire de Montréal qui a décidé depuis plusieurs années de s’établir dans Mercier–Hochelaga-Maisonneuve.

Depuis plus de 15 ans, elle s’implique dans la communauté tant par intérêt personnel que professionnel. Ces expériences lui ont donné envie d’être à l’écoute des gens, de leurs histoires et de travailler avec eux en vue de trouver des solutions aux situations difficiles, à Montréal mais également à l’international.

Elle détient un baccalauréat en psychologie de l’Université de Montréal qui lui a permis de faire un stage au Rwanda, dans une organisation travaillant avec des jeunes en difficultés. Puis elle a travaillé dans un organisme montréalais avec des adultes vivant avec des problèmes de santé mentale, comme responsable d’un programme d’insertion socioprofessionnel en lien avec les Centres locaux d’emploi. Elle a aussi travaillé avec des jeunes du quartier Hochelaga-Maisonneuve dans le cadre de son emploi au Centre jeunesse et comme bénévole à la Maison des enfants.

Face aux programmes existants et aux besoins des usagers des différents organismes qu’elle côtoie, elle a envie d’aller plus loin et fait une maîtrise en développement international spécialisée en gestion de projets sociaux à l’Université Paris 1 Sorbonne. C’est ce qui l’a amenée à travailler au développement de projets humanitaires en économie sociale et à la planification stratégique pour des organisations non gouvernementales tant à Montréal qu’à l’étranger (Laos, Pérou). Ces différentes expériences ont été très enrichissantes et lui ont permis de poser un regard critique, notamment sur la société montréalaise.

Pour Madame Lavigne Lalonde, la réalisation collective passe inévitablement par la réalisation des individus qui composent cette collectivité. Elle croit qu’il est primordial de travailler à offrir les outils nécessaires afin que tous puissent se réaliser, personnellement et professionnellement. La santé, l’éducation, les loisirs, la culture, un environnement sain, une offre d’emploi adéquate, des loyers accessibles, etc., sont les conditions de base d’une société en santé où les citoyens sont actifs, participent à la démocratie, mais aussi au développement économique et au rayonnement de la ville qu’ils habitent. C’est ce à quoi elle aspire pour les Montréalais et Montréalaises.

Au conseil municipal elle est :

  • Membre de la Commission permanente sur les finances et l’administration

Au conseil d’arrondissement elle est :

  • Membre du conseil d’administration de la Corporation de développement de l’Est (CDEST)
  • Membre du comité du Pôle olympique
  • Membre du comité sur les finances et les ressources matérielles
  • Membre du comité du développement économique et habitation

 

Conseillère de la Ville
Conseillère associée
Projet Montréal - Équipe Valérie Plante